A la uneActualitésSociété

NÎMES MÉTROPOLE Transdev compte transcender l’agglo

Le nouveau délégataire de service public des transports en commun de Nîmes métropole est acté. Transdev vient de signer le contrat qui va durer plus de cinq ans.

Thierry Mallet, PDG de Transdev et Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole (Photo Anthony Maurin).

C'est un bol d'air frais que vient de respirer Yvan Lachaud, président de Nîmes métropole. En effet et après une lutte longuette et des choix à assumer, il vient de signer la nouvelle délégation de service public concernant les transports en commun de l'agglo avec Transdev, une société spécialiste en la matière.

« Pour nous, c’est un grand moment, un moment rêvé qui arrive enfin. L’ancienne Délégation de service public (DSP) était trop onéreuse pour l’agglo et il y avait une nécessité d’économies et de changements à faire. Nos services, opiniâtres, n’ont pas compté leurs heures et les élus n’ont pas participé aux discussions », relate le président de Nîmes métropole. C'est donc la société qui emploie 82 000 salariés à travers 20 pays qui sera le nouveau délégataire.

Ludovic Martin, futur responsable du réseau nîmois pour le compte de Transdev, Thierry Mallet, Yvan Lachaud et William Portal, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à la Mobilité et aux transports (Photo Anthony Maurin).

« Transdev a remporté le morceau grâce aux qualités mises en avant et aux innovations tout en proposant des économies de 74 millions d’euros sur cinq ans ce qui, en y réfléchissant bien, nous finance quasiment la ligne T2. On change de braquet car malgré ces économies, on parle de l’extension de la T1 et de la création de la T2 », poursuit Yvan Lachaud. Un système plus vertueux et le 11 décembre prochain avec les futurs chauffeurs, Nîmes fera un tour sur place pour voir les bus hybrides en Belgique. Dès que la construction de la centrale de méthanisation sera finie, l'Agglo fera passer ses bus au biogaz électrique.

Côté prestations, quelques tarifs sont en baisse mais, comme le rappelle le président Lachaud, « la gratuité n’existe pas, ce sont les contribuables qui la paient. Nous baissons les tarifs pour les +65 ans et les personnes handicapées à 90 euros par an dès le 1er janvier prochain. Pour les jeunes, on parle de -10 à -20% à partir du mois de septembre 2019 ». D'autres projets sont en cours. Covoiturage, vélo, paiement par smartphone... « Nous voulons faire le maximum sans hausse d’impôt car les contribuables sont déjà matraqués par des augmentations. Nous gérons l’Agglo comme une entreprise », assure Yvan Lachaud.

Thierry Mallet et Yvan Lachaud, deux hommes qui s'entendent visiblement bien et qui ont su travailler ensemble (Photo Anthony Maurin).

De son côté et visiblement heureux d'avoir remporté le marché, Thierry Mallet, PDG de Transdev, se veut lui aussi rassurant. « C’est un moment fort. Nîmes deviendra une référence car nous sommes spécialisés dans la mobilité du quotidien et dans la liberté des déplacements. Mobilité, agilité, souplesse et durabilité au meilleur coût et avec un bon niveau de performance. Tango accueillait 15 millions de visiteurs par an. Nous ferons mieux. D’ici la fin de la DSP, nous prévoyons une hausse de 32% du nombre de voyageurs et de 23% des recettes ».

Il paraîtrait même que Nîmes métropole a poussé la société internationale à s'améliorer pour aller chercher des économies auxquelles elle n’aurait pas pensé. « Nous avons déjà déployé des bus à haut niveau de service comme la T1 ou T2. Nous avons une expertise forte dans le domaine. Nous allons aussi travailler sur la sécurité, la fraude, la ponctualité, le transport à la demande et les modes de transports alternatifs pour une meilleure cohésion sociale du territoire », continue le PDG.

Sous le charme de cette nouvelle aventure, Thierry Mallet signe le livre d'or de l'Agglo (Photo Anthony Maurin).

La sous-traitance locale sera quant à elle attribuée à une seule entreprise bien connue des Nîmois, Coop Voyageurs 30 qui rassemble la vingtaine d’entreprises privées gardoises en conservant le personnel, ses grilles salariales et leurs avantages. « Nous discuterons des heures de travail plus tard », glisse tout de même un Yvan Lachaud qui va certainement vouloir augmenter le nombre d'heures passées au travail. En tout cas, pas de casse sociale brutale au programme.

Une collaboration avec l’École nationale de police de Nîmes sera aussi établie pour une meilleure formation des chauffeurs et personnels de Transdev dans la France entière en termes de situation de crise et de fraude. « Nous voulons faire de Nîmes une véritable vitrine de la mobilité », avouait le PDG Thierry Mallet. « Y' a plus qu’à mettre tout ça en musique ! », concluait Yvan Lachaud. Espérons ne pas tout à fait connaître la chanson…

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 33 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “NÎMES MÉTROPOLE Transdev compte transcender l’agglo”

  1. Lachaud vu l’étendue de ses bourdes financières ( ex : emprunts toxiques) on se demande comment il fait pour rester en place. Faut vraiment que le troupeau des élus soit bien grégaire et peu regardant des dossiers.

  2. « Une collaboration avec l’École nationale de police de Nîmes sera aussi établie pour une meilleure formation des chauffeurs et personnels de Transdev dans la France entière en termes de situation de crise et de fraude. »
    Et pourquoi ne pas installer une cellule avec des barreaux dans chaque bus ? En voilà une idée qui est bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité