A la uneActualitésOAC AlèsSports Gard

COUPE DE FRANCE Sans trembler, Alès fait chuter Ajaccio

Grâce à deux buts de Mouzaoui, l'OAC s'est qualifié pour le 8e tour de la coupe de France. Un bel exploit signé par des Cévenols en feu.

Alès a évolué en blanc, les Corses en vert (photo Carine Palpacuer/OAC)

La coupe de France nous réserve chaque année des surprises. Évoluant trois divisions en dessous des professionnels de l'A.C. Ajaccio, qui voisinaient l'an dernier avec les Crocos, l'OAC est parvenu à créer l'exploit en s'imposant 2-0. 

Après avoir successivement battus Sommières (1-3), Montarnaud (0-1), Saint-Esteve (4-2) et l'Entente Golfech-Saint-Paul (1-5), l'Olympique d'Alès en Cévennes s'est qualifié pour le 7e tour de la Coupe de France. La plus prestigieuse des compétitions nationales de football. Place à un gros morceau, l'AC Ajaccio, club professionnel, pensionnaire de Ligue 2. Amateur, Alès évolue en National 3, soit trois niveaux inférieurs.

Mais les Cévenols n'affichent pas de complexe. Après un premier quart d'heure un peu rugueux, sous une pluie battante, où Gea (4e), pour Alès et Marin (8e), côté Corse, étaient avertis, l'OAC proposa du jeu. Après une première tentative infructueuse, pour un hors-jeu signalé (13e), Breant parvenait à débouler sur la gauche.

Briançon ne pouvait reprendre le ballon sur un centre en retrait et Mboup, du droit, manquait le cadre (24e). Le virevoltant milieu droit, a subi de nombreuses fautes en tentant de filer au but. Un temps fort côté alésien, conclut par la seule frappe cadrée du premier acte, signée de Gea, qui réalisait un retourné dans la surface. Le gardien ajaccien, Scollaro, captait facilement le cuir (26e). Une domination pas suffisante pour trouver la faille.

Deux coups de patte de Mouzaoui

En face, les visiteurs corses se contentaient de défendre, privés de ballon. Dembélé était d'ailleurs averti. C'est d'ailleurs après une énième faute corse que le compteur se débloquait. Sur un coup franc près de l'angle droit de la surface, alors que tout le monde s'attendait à un ballon déposé, Mouzaoui jouait de malice pour trouver la lucarne de Scollaro, trop court (1-0, 45e). Logiquement, les Cévenols remportaient le premier round.

Certainement houspillés à la pause, les Corses revenaient sur la pelouse plus incisifs. Gimbert ratait une première fois le cadre (47e). Puis, à bout portant, il butait sur Mannkour, auteur d'un double arrêt après une frappe lointaine de Laci (53e). Dans la foulée, le tir du numéro 10 ajaccien décalait Michelin dont la frappe flirtait avec le poteau droit du gardien gardois. Derrière, Laci, encore, redonnait un coup de chaud aux supporters en tentant sa chance de loin. Sans succès. Et alors que l'on imaginait les Alésiens dans le dur, la magie de la coupe opéra.

Sur une des rares incursions des Cévenols dans cette seconde période, Mouzaoui et son fabuleux pied gauche faisaient le break. Encore une fois à droite de la surface, il enroulait pour trouver le petit filet opposé. Simple et efficace (2-0, 67e). Pibarot exultait ! Mboup était proche de sceller la rencontre mais son subtil lob était détourné par Scollaro (74e). Les pensionnaires de Ligue 2 se procuraient quelques opportunités en fin de rencontre mais sans faire vaciller les Cévenols. Un exploit retentissant qui en appelle sûrement d'autres. Rendez-vous mardi, pour le tirage au sort du 8e tour !

Corentin Corger

7e tour de Coupe de France. Stade Pierre-Pibarot. Alès Olympique en Cévennes – AC Ajaccio 2-0   (Mi-temps : 1-0). Spectateurs :  3 200  Arbitre : M. Pignard. But pour Alès : Mouzaoui (45e, 67e) . Avertissements à Alès : Gea (4e), à Ajaccio: Marin (8e), Dembélé (42e)

Alès : Mannkour, Peyrard, Laffaille, Gea, Oswald (cap.), Fadil (Belazzoug,87e), Mboup (Moreira, 87e), Leterme, Briançon, Mouzaoui, Breant (Barbosa, 69e). Entraîneur : Stéphane Saurat. Remplaçants non utilisés : Demontant, Bosne Vialet. 

Ajaccio : Scollaro, Michelin (Tomi, 70e), Marin, Dembélé, Avinel, Coutadeur (cap.), El Idrissy (Zady Sery, 58e), Hergault, Gimbert, Laci, Lejeune (Cabit, 79e). Entraîneur : Olivier Pantaloni. Remplaçants non utilisés :  Pellegrini, Leroy. 

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité