A la uneActualités

FAIT DU JOUR Le salon Miam comme si vous étiez

Le Miam est rythmé tout le week-end par des démonstrations à la cuisine centrale. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

L’événement n’a pas échappé aux amoureux de la table. Depuis vendredi, le 26e salon Miam réunit en un seul et même lieu – le parc des expositions de Méjeannes-lès-Alès – tous les bons produits du terroir.

Si vous débarquez au Miam le ventre vide, celui-ci ne le restera pas longtemps ! Dès les premiers pas dans ce salon dédié à la gastronomie et aux produits du terroir, on se laisse happer par les bonnes odeurs qui se dégagent des différents stands. Plus d’une centaine de producteurs, venus du coin pour certains, ou de régions plus lointaines pour d’autres, se plaisent à titiller les papilles des passants.

Au stand de la filière Baron des Cévennes, on déguste un jambon unique... Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

On trouve de tout, particulièrement de la charcuterie et des salaisons, mais aussi du fromage de toutes sortes (comté, parmesan et, bien sûr, le célèbre Pélardon !), du miel et des confitures, des huiles d’olive, des vins, des beignets aux oignons doux des Cévennes, des crêpes, des gaufres, etc. Et c’est sans compter les spécialités de la Drôme, département invité d’honneur cette année, qui s’étalent sur les stands de l’entrée du bâtiment principal : pogne de Romans, ravioles du dauphiné, foie gras d’oie, truffe noire, huile d’olive de Nyons, chocolat Valhrona, clairette de Die…

La pogne de Romans, l une des spécialités drômoise. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Dans ce temple éphémère de la gastronomie ou qualité et excellence sont les mots d’ordre, on peut aussi faire la rencontre de chefs du territoire, comme l’étoilé de la Table d’Uzès Christophe Ducros, parrain du salon. Comme lui, le temps d’un week-end, d’autres chefs sortent de leurs restaurants respectifs pour dévoiler au grand public leurs techniques et astuces permettant de réussir, par exemples, un bar entier farci aux légumes d’automne, une mousseline de potiron avec foie gras poêlé et éclats de châtaignes ou encore des pommes reinettes du Vigan rôties au caramel beurre salé et safran bio d’Anduze.

L incontournable huile d olive de Nîmes. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Enfin, aux quatre coins du salon et entre les stands, plusieurs lieux de restauration font le plein aux heures des repas. Ceux qui veulent rester dans le thème du Miam vont s’attabler à la Drôme Gourmande, où l’on savoure des caillettes chaudes et du foie gras poêlé. Les amateurs de saveurs gardoises préfèrent le restaurant bistronomique du Mas Saint-Jacques tandis que d’autres privilégient le carré gourmand pour ses spécialités du terroir, ou le restaurant mezzanine pour ses brochettes de viande et de poissons. À toute heure de la journée, les espaces pique-nique sont très prisés pour se délecter, en famille ou entre amis, d’une bonne assiette d’aligot-saucisse ou de charcuteries, de ravioles à la crème, d’escargots en sauce… Une chose est sûre : les visiteurs du Miam repartent repus !

Différents âges d'affinage sont proposés pour ce comté. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Élodie Boschet

 

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité