ActualitésSociété

NÎMES Toquées ? Les Costières de Nîmes réussissent leur pari

À l'instar de Vignes Toquées, Nîmes Toquée allie gastronomie et dégustation (Photo Archives Anthony Maurin).

Nîmes Toquée, l'événement épicurien de l'AOC Costières de Nîmes, s'est terminé dimanche 25 novembre dernier après trois jours d'effervescence dans la préfecture gardoise. Près de 1 000 participants sont venus profiter de ce festival automnal qui affichait complet. Un beau succès pour l'appellation  qui continue de s'inscrire comme un acteur majeur du territoire.

Culture, vin et gastronomie, la recette gagnante de Nîmes Toquée est trouvée et ne risque pas de changer ! En effet, la réussite de cette nouvelle édition de Nîmes Toquée a démontré l'adhésion des gourmets et gourmands à ce concept qui permet de déguster mets et vins dans des lieux inédits de la ville.

Le top départ du week-end a été donné le vendredi soir à l'occasion du Room Service. 200 visiteurs ont pu investir les suites de l'Appart'City, installés au sein d'un hôtel classé aux monuments historiques, pour des moments privilégiés avec étaliers et vignerons.

La Maison Toquée aménagée dans la Chapelle des Jésuites et son cloître attenant a accueilli samedi 500 festivaliers pour une déambulation oeno-gastronomique sur le thème du voyage et le brunch final organisé le dimanche midi a connu un véritable succès, complet dès le lancement des réservations. Le menu était signé par le chef Franck Putelat (deux étoiles), tout juste titré MOF la veille de l'événement. Organisé dans le restaurant La Table du 2 qui est installé sur le toit du Musée de la Romanité au cœur du patrimoine nîmois face aux arènes, il a permis de clôturer en beauté cette 9ème édition de Nîmes Toquée.

" Nîmes Toquée c’est l’accord parfait entre le meilleur du savoir-faire vigneron, la gastronomie de haut niveau et un patrimoine nîmois plein de promesses ", déclare Magali Jelila, directrice des Costières de Nîmes, au regard de cette réussite et de l'engouement des participants. " Nous sommes heureux de célébrer le savoir-vivre à la nîmoise avec autant de succès " conclut la directrice.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité