A la uneActualitésCultureSociété

FAIT DU JOUR La saison 3 de la série Tandem en tournage en Camargue gardoise

Pour en savoir plus, visite "sur les extérieurs" à Port-Camargue.

Les camions techniques sont sur le parking, sur le quai, un studio en extérieur et un voilier où les prises du moment se déroulent (Photo Véronique Camplan)

La saison 3 de Tandem, série policière diffusée sur France 3, est en tournage chez nous. L'occasion d'un petit tour en coulisses et d'une rencontre avec Fabrice Bey, le régisseur, pour se faire une idée de l'ambiance et glaner quelques infos. 

"On sera tout au bout de la Route des Marines sur le quai. On trouvera bien un petit moment pour se parler vers 14h30," affirme Fabrice Bey. Rendez-vous est pris. Fabrice est le régisseur de la série, c'est-à-dire un personnage clé sur un tournage. Il est l'interface entre l'équipe et le reste du monde. C'est lui qui répond aux besoins, du scénario en gérant, les décors, les extérieurs, à ceux du réalisateur, des acteurs, des techniciens.

Il négocie les autorisations de tournage, s'occupe de l'intendance… Bref, il est indispensable et doit être partout. Sauf que lorsque nous arrivons il n'est pas là. Une femme souriante, s'avance :  "Audrey, Fabrice est au téléphone, il va arriver. Il y a du café là-bas si vous voulez. Coupez votre sonnerie de portable. En attendant, vous pouvez faire des photos , je préviens le réalisateur"…

"Silence total ça tourne au son !"

Les moniteurs sont sous une tente noire, l'ingénieur du son lui est au grand air et travaille comme en studio sur sa console (photo Véronique Camplan)

Après tout c'est peut être aussi bien de s'imprégner de l'ambiance en attendant. Il y a une vingtaine de personnes, certaines semblent très occupées et d'autres attendent. D'autres encore regardent. Audrey fait l'intermédiaire entre la script qui prend ses ordres du réalisateur et le public. Elle demande le silence fort et clair et sa voix porte jusque de l'autre côté du quai.

La phrase consacrée étant "silence total, ça tourne au son". Les prise sont courtes, à peine une ou deux minutes à chaque fois. Sous une tente noire, les écrans des moniteurs renvoient les prises, visionnées par le réalisateur ou ses assistants. Les techniciens sont concentrés. Pendant les prises, ambiance de cathédrale où les seuls bruits sont en provenance du voilier à quai. Car, c'est bien là que tout se passe. Acteurs et une partie de l'équipe technique tournent à l'avant d'un voilier. Les minutes s'égrainent au rythme des silences demandées et de conversations reprises. Il ne pleut pas, un bataillon de moustiques gros comme des avions de chasse et affamés se ruent en escouades sur tous les malheureux présents sans distinction.

Comment se fabrique une série à succès

Fabrice Bey est le régisseur de la série depuis ses débuts. Originaire de Perpignan, il se réjouit de la délocalisation de la production cinématographique (photo Véronique Camplan)

Audey souriante annonce enfin, "Fabrice est juste derrière vous". Le temps d'un bref échange entre les deux collaborateurs sur les "modifs" qui n'ont pas manqué d'intervenir pendant le temps pour Fabrice de régler deux ou trois détails au téléphone et l'on s'éloigne un peu pour ne pas gêner les prises.

Pas de question sur les photos, étant entendu au préalable que les acteurs ne peuvent pas être pris en gros plan, leurs agences les soumettant à un droit à l'image très strict. Ce n'est pas grave notre curiosité est tournée côté coulisse. Comment se fabriquer une série comme Tandem qui s'offre un audimat plus que respectable et rencontre un public fidèle ? Il y bien sûr les talents conjuguées des scénaristes, des réalisateurs qui se succèdent sur les épisodes mais les clés du succès, selon Fabrice Bey, sont aussi ailleurs.

Un parti pris esthétique et une série profondément ancrée dans les territoires

Ce n'est pas Robocop mais bien un cameraman harnaché de stabilisateurs qui soulagent du poids de la caméra (photo véronique Camplan)

"Tandem ne se passe pas à Paris mais en province et nous tenons à être vraiment ancrés dans les territoires qui servent de toile de fond aux intrigues, ce qui plonge chaque épisode dans un univers particulier. À chaque fois, on démarre par un survol en drone des lieux. Nous avons sans cesse présent à l'esprit, un parti pris esthétique ainsi que la mise en valeur des territoires", pointe Fabrice Bey.

Et la Camargue gardoise offre des décors somptueux. "Lors de la saison 1 nous avions tourné au Salins", se souvient Fabrice. "C'était magnifique. La saison 2 nous avait conduit au Grau-du-Roi. Cette fois-ci nous avons tourné 3 jours à Aigues-Mortes, 2 jours à Saint-Laurent et 5 jours à Port-Camargue. En tout, ce sont deux épisodes sur 12 qui sont entièrement tournés dans le Gard", conclut le régisseur.

L'Occitanie 3e région de France en termes de tournages

Audrey est attentive au bon déroulement des prises et veille à tout y compris au silence absolu pendant les prises de son (photo Véronique Camplan)

"Et ce, pour les extérieurs parce que la série se tourne en "double plateau", explique Fabrice. C'est-à-dire, à la fois en extérieur et pour tous les plans intérieurs en studio à Montpellier où a été reconstitué la gendarmerie. C'est pourquoi les intrigues se situent dans un rayon d'une cinquantaine de kilomètres maximum autour de Montpellier.

L'intendance, pour les tournages en extérieur, est lourde. L'équipe au complet se compose d'une quarantaine de personnes qui se partagent les deux plateaux. Ceux qui tournent hors du studio se déplacent avec quatre camions techniques, régies, cantines… Une intendance qui garantit une autonomie quasi totale. Les acteurs sont logés à l'hôtel mais une petite moitié des techniciens est originaire du coin et certains rentrent même chez eux le soir.

Il est fini ce temps où tout se passait à dans la capitale. "Aujourd'hui, la Région Occitanie est la 3e de France en termes de tournage après Paris et Marseille," affirme Fabrice qui ajoute," le succès c'est aussi une petite équipe où tout le monde s'entend bien et à plaisir à se retrouver pour travailler ensemble".

Deux mots de la série…

Le pitch. Série policière sur fond d'histoire de couple… où le contraire. Le commandant Léa Soler (Astrid Veillon) et le capitaine Paul Marchal (Stéphane Blancafort) sont divorcés mais vont pourtant devoir faire équipe. Sans compter sur leurs ados, Alice et Thomas, qui les obligent aussi à se croiser en dehors du travail…

Chaque saison comporte 12 épisodes. Une saison demande 12 semaines de tournages en trois sessions de deux semaines en extérieurs et deux semaines en studio. Le réalisateur des épisodes tournés en Camargue gardoise est Jason Joffé. les réalisateurs changent tous les un ou deux épisodes afin de donner à chacun d'eux une patte particulière.

La saison 3 sera diffusée au printemps et devant le succès d'audience rencontré par les précédentes, une saison 4 est en projet.

Véronique Palomar-Camplan

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité