A la uneActualitésEconomieSociété

MARDI ÉCO Phytocontrol, leader français qui se développe à Nîmes

Phytocontrol est un groupe privé et indépendant de laboratoires, leader de la sécurité sanitaire des eaux et des aliments.

Phytocontrol et son nouvel équipement nîmois (Photo Anthony Maurin).

" Avec cet agrandissement, nous possédons une capacité d’analyses plus importante. De plus et grâce à notre exigence d’innovation permanente, nous renforçons et adaptons sans cesse notre savoir-faire historique et notre cœur de métier ", commentait Eric Capodanno, directeur scientifique de Phytocontrol lors de l'inauguration d'un nouveau bâtiment la semaine dernière.

En effet, Phytocontrol vient d'ajouter 1 000 m² à son laboratoire central, à Nîmes, pour accompagner sa dynamique de développement (de l'ordre 30% de croissance par an) sur les analyses agroalimentaires et hydrologiques. Depuis cet été, cette aile héberge la production analytique et l’ensemble des services R&D. En effet, le labo nîmois reçoit entre 500 et 1 000 échantillons à contrôler chaque jour.

Soutenu par la Région, l’État et Nîmes métropole, ce nouveau bâtiment de près de 2,5 millions d’euros porte ainsi la surface totale du pôle d’analyses à 4 000 m² au sein du parc scientifique Georges Besse 2. Ce plateau technique de pointe ISO 14001 est accrédité sur tous les programmes d’analyses développés, certifié BPL et agréé par les ministères de la Santé et de l’Environnement.

Phytocontrol est leader français dans son domaine et le groupe a été créé à Nîmes en 2006 (Photo Anthony Maurin).

Récemment, c’est l’intégralité du parc analytique (LC-MS/MS) du laboratoire qui a été renouvelé et Phytocontrol a investi plus de 2 millions d’euros en 2018, dans cette technologie de pointe. " Nous sommes fiers d’accueillir dans nos locaux les partenaires qui nous soutiennent depuis nos débuts, de leur montrer nos installations dernière génération et de partager avec eux notre enthousiasme et nos projets pour le futur ", a déclaré Mikael Bresson, président de Phytocontrol Group.

En présence de la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, cette inauguration fut aussi l’occasion de rappeler la fidélité de Phytocontrol à son territoire gardois et particulièrement à la ville de Nîmes où le laboratoire est implanté depuis toujours et compte s’y développer. À l’horizon 2021, Phytocontrol a pour objectif de créer dans le Gard, un grand centre européen d’expertise sur l’authenticité des aliments.

Le travail de contrôle concernant les pesticides représente environ 60% du chiffre d'affaire du groupe mais celui des contaminants inorganiques (minéraux ou métaux lourds par exemple) gagne du terrain, représente aujourd'hui 10% du CA mais devrait connaître une belle expansion dans les mois à venir.

Chaque année, Phytocontrol recrute et développe son site nîmois (Photo Anthony Maurin).

Dans un avenir plus proche encore, le groupe a prévu de mettre en place une formation BTS orientée " contrôles et analyses ", en collaboration avec la Région, le rectorat, la CCI (Chambre de commerce et d'industrie) du Gard, Nîmes Métropole et les laboratoires des grandes industries gardoises, afin de pourvoir la cinquantaine de postes ouverts chaque année, notamment dans le cadre du développement du département hydrologie engagé dans les plans de surveillance régionaux et nationaux. De bonnes annonces pour l'économie locale !

Pour simple rappel, Phytocontrol, a été créé en 2006 à Nîmes et est devenu le leader de la sécurité sanitaire des eaux et des aliments. Ses activités sont réparties en trois départements que sont AgriFood (analyses agroalimentaires), Hydro (sécurité sanitaire des eaux) et Biopharma ( portant sur les études de bonnes pratiques de laboratoires). Actuellement, le groupe compte 13 agences en France, en Belgique, en Espagne, en Angleterre et en Italie. Il emploie 250 salariés et réalise un chiffre d'affaire de 20 millions d'euros soutenu par une belle croissance annuelle.

Programme hebdomadaire et enjeux sanitaires (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité