Faits Divers

TRIBUNAL Le conducteur octogénaire était armé et menaçant : « Votre véhicule est une forteresse »

Dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

" Je suis sidéré de voir monsieur devant le tribunal. À 80 ans, il n'a aucun antécédent judiciaire, mais il était armé comme pour aller au combat. On a trouvé dans sa voiture, une arme de poing avec laquelle il aurait menacé la victime, deux bâtons, une dague, un nerf de bœuf, un couteau avec une lame de 30 centimètres", détaille le procureur adjoint Stanislas Vallat.

"Votre véhicule est une forteresse, c'est fort Chabrol", poursuit le magistrat du parquet de Nîmes qui réclame 4 mois avec sursis, une suspension du permis de conduire pour un an et une amende de 1 000 euros, pour cet octogénaire "intolérant à la frustration et armé jusqu'aux dents", affirme le procureur adjoint.

" Mais à quoi peut bien servir cet arsenal dans le coffre d'une voiture", interroge le président du tribunal correctionnel? " J'ai énormément de place dans ma voiture... C'est pour ma femme, elle part en randonnée, si elle en a besoin", déclare sans aller plus loin dans son explication et d'une voix à peine audible, le vieil homme, qui comparaît pour la première fois devant une juridiction répressive.

L'ancien CRS se retrouve devant le tribunal correctionnel pour "violences avec usage d'une arme, délit de fuite, et port sans motif légitime d'une arme". Les faits sont simples, ils se sont déroulés dans le centre-ville de Marguerittes entre deux automobilistes, le 24 juillet dernier. Le retraité aurait percuté la voiture d'un jeune conducteur, avant de prendre la poudre d'escampette. Rattrapé deux fois par la victime, l'octogénaire n'a rien voulu savoir. Il aurait même sorti une arme de poing en guise de menace et a roulé sur un trottoir pour échapper à l'autre conducteur.

La victime a fini par appeler les gendarmes qui ont fourni des éléments précis notamment sur l'accrochage entre les deux voitures. Une enquête qui accrédite la thèse du jeune automobiliste. Le vieil homme n'en démord pas : " Je n'ai pas percuté ou touché sa voiture", poursuit-il.

"Pourtant les gendarmes repèrent des traces sur votre véhicule qui correspondent à l'impact sur la voiture de la personne qui vous met en cause", interroge encore le président. "Oui c'est vrai, il avait la priorité, mais il est arrivé comme un fou. Il a forcé la priorité ", complète l'octogénaire. "Et puis le reste c'est du n'importe quoi. Je suis cardiaque. On va m'opérer de la hanche. Il m'a insulté et je me retrouve là maintenant", s'indigne le prévenu.

Lundi en soirée, le tribunal correctionnel de Nîmes, a condamné le retraité de la police à trois mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité