ActualitésSociété

NÎMES Naturalisation : les légionnaires font le job et plus encore

Quatre légionnaires du 2ème Régiment étranger d'infanterie vont recevoir leur décret de naturalisation.

N'oublions pas le nombre de " tombés au champ d'honneur "... Ici au carré militaire du cimetière du Pont du justice à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Le 13 décembre, un décret de naturalisation sera remis à quatre légionnaires du 2ème régiment étranger d’infanterie de Nîmes.  Parmi eux, Tavite Veredamu, bien connu des sportifs nîmois pour évoluer au poste de troisième ligne de l’équipe de France de rugby à 7.

C’est désormais en tant que Français, et non plus d'étrangers au service de la France, que ces quatre légionnaires serviront leur pays demain et pour toujours, avec honneur et fidélité. La spécificité majeure de la Légion étrangère repose sur sa capacité à recruter des militaires servant à titre étranger, à qui l’on va confier les armes de la France dès le temps de paix. Le statut " à titre étranger ", inscrit dans la loi (décret du 12 septembre 2008) a pour objet d’encadrer cette capacité.

Au cours de son premier contrat de cinq ans, le légionnaire qui le désire peut demander aux services de l’État d’accéder à la nationalité française. Celle-ci est accordée selon les critères du code civil. Quatre légionnaires particulièrement exemplaires du 2ème régiment étranger d’infanterie de Nîmes se verront remettre leur décret de naturalisation le 13 décembre et scelleront ainsi leur appartenance définitive à la nation française.

Parmi ces quatre légionnaires, un d’entre eux représente la France depuis déjà plus d’un an dans un tout autre domaine. D’origine fidjienne, le caporal-chef Tavite Veredamu est à la fois légionnaire et aussi 3ème ligne émérite de l’équipe de France de rugby à 7. 

Passé par l’équipe nationale militaire de rugby à 7 avant de se bâtir une réputation de joueur percutant, endurant et particulièrement polyvalent sur les pelouses du Rugby Club de Nîmes en Fédérale 1, le caporal-chef a rejoint les rangs de l’équipe de France de rugby à 7 où il excelle désormais.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité