Actualités

UNESCO Les lauréats des Trophées des réserves de biosphère à Paris

Photo DR ObjectifGard

Pour la cinquième année consécutive, les lauréats des Trophées des réserves de biosphère ont été accueillis à l’Unesco, à Paris.

Les Trophées récompensent des initiatives originales dans le domaine du développement durable, menées par des acteurs des réserves de biosphère, dans le cadre d’un concours. Ils encouragent leur engagement en faveur d’une gestion durable des ressources naturelles, de la biodiversité, de la lutte contre les changements climatiques et plus généralement du développement durable.

Cette année, ce sont 10 réserves de biosphère françaises : marais Audomarois, Cévennes, bassin de la Dordogne, Fontainebleau & Gâtinais, gorges du Gardon, archipel de Guadeloupe, îles et mer d’Iroise, Luberon Lure, Mont Viso et Mont Ventoux qui ont organisé des trophées sur leur territoire et récompensé 24 lauréats.

Cette année également, des Trophées transfrontaliers ont été organisés conjointement en Italie et en France dans la réserve de biosphère transfrontière du Mont Viso.

Une présentation des lauréats des trophées était organisée à l’Unesco. Elle a réuni une centaine de participants, lauréats des Trophées accompagnés des coordinateurs des réserves de biosphère organisatrices.

À cette occasion, Madame Cottet-Plantavid, lauréate de la première édition des Sylvotrophées du Parc national des Cévennes, a été mise à l'honneur pour la gestion multifonctionnelle et durable de sa forêt privée située à Saint-Germain-de-Calberte. «J'ai apprécié cette rencontre au siège de l'Unesco et j'ai découvert des choses étonnantes...Je pense qu'il y a encore bien du pain sur la planche si l'on veut que l'Humanité progresse dans de bonnes conditions et c'est nécessaire...Les contacts avec les autres lauréats des réserves de biosphère françaises étaient très intéressants et enrichissants », a réagit la lauréate.

Les réserves de biosphère sont des sites reconnus par l’Unesco dans le cadre du programme MAB (l’Homme et la Biosphère). Chaque Réserve a pour vocation de devenir un modèle de développement durable à l’échelle régionale, en favorisant la prise en considération des relations entre l’Homme et l’environnement par les acteurs locaux, dans leurs différents domaines d’activité.

En 2018, les réserves de biosphère constituent un réseau mondial de 686 sites dans 122 pays, dont 14 en France.

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité