A la uneActualitésSociété

GILETS JAUNES RN 106 direction Dions : détruire pour mieux revenir

Face aux forces de l'ordre les Gilets jaunes ont brûlé leur cabane et barricades mais promettent de revenir et de durcir le ton.

André, agriculteur à Saint-Chaptes, bloque depuis le début la RN 106 au niveau de Dions (photo Corentin Corger)

Ce mercredi matin, les forces de l'ordre sont intervenus sur un blocage des Gilets jaunes sur la RN 106 au niveau de Dions afin de les déloger. Les frondeurs ont brûlé eux-mêmes leur campement de fortune et promettent de revenir plus déterminés. 

Vers 10h30, la police bloquait la RN 106 dès le panneau Nîmes franchit, forçant les automobilistes à prendre direction Lédignan pour rejoindre Alès. À hauteur de Gajan, nous avons pu traverser la Calmette et arriver au barrage en question. Il suffisait de suivre l'épais panache de fumée noire pour tomber dessus.

Le message clairement affiché par les Gilets jaunes (photo Corentin Corger)

Nous nous y rendons à pied précédé par Florian, un gilet jaune qui arrive à la rescousse, "car la police veut nous déloger". Des renforts pour montrer que la mobilisation est forte mais pas pour en découdre avec les forces de l'ordre. "Ici c'est convivial. Nous sommes pacifistes", répètent-ils. Les discussions se sont déroulées dans le calme. Les différents incendies allumés ça et là retardent les opérations de délogement. La seule requête des gilets était de ne pas abîmer le grand portrait de Bernard exposé sur le bas-côté.

Les Gilets jaunes ont brûlé eux-mêmes leur cabane (photo Corentin Corger)

Effectivement, plusieurs compagnies de gendarmes sont postées en contrebas. Une présence justifiée après le blocage intensif de cette nuit où des centaines de poids-lourds sont restées sur place. Indignés de voir les forces de l'ordre, les manifestants ont mis eux-mêmes le feu à leur cabane et aux ballots de foins, morceaux de bois et mobilier éphémère qui leur servaient de barricades.

"On ne veut pas leur laisser le plaisir de dire qu'ils nous ont fait partir. C'est nous qui partons. Ce n'est pas un souci de reconstruire", explique Christian. Car les manifestants ont prévu de revenir après le passage des pompiers, de la police et des agents d'entretien. Ils sont même prêts à attendre un ou deux jours si une patrouille veille sur place.

Ce mercredi matin, au barrage de la RN 106 au niveau de Dions (photo Corentin Corger)

André, Christian et les plus de 200 gilets jaunes qui se relaient à cet endroit ont prévu de revenir et de durcir le ton. "Le fait de voir les forces de l'ordre, cela nous motive davantage. On va revenir et tout bloquer. On va réfléchir aussi à d'autres actions", reprend Christian, présent sur place depuis quasiment deux jours sans dormir. À l'heure où nous écrivons ces lignes, les forces de l'ordre sont toujours sur place alors que les agents nettoient la voirie devant quelques dizaines de gilets jaunes encore présents.

Corentin Corger

Retour en vidéos sur le barrage de Dions :

Etiquette

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “GILETS JAUNES RN 106 direction Dions : détruire pour mieux revenir”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité