ActualitésPolitique

GILETS JAUNES À Nîmes, les habitants écrivent leurs doléances…

Plusieurs Nîmois sont venus écrire dans le cahier de doléances de la ville de Nîmes... (Photo : Coralie Mollaret)

Installé dans le hall de de la mairie, un cahier de doléances recueille les revendications et propositions des Nîmois.

Madame, Monsieur… C’est par des formules courtoises que les citoyens s’expriment dans le cahier de doléances, mis en place par la municipalité. Depuis jeudi, ce carnet recueille remarques, mécontentements mais aussi propositions des habitants. L’initiative a été prise la semaine dernière par le maire, Jean-Paul Fournier, à l'issue de sa rencontre avec des gilets jaunes.

Mobilisés depuis le 17 novembre, la grogne des manifestants contre la hausse du carburant s’est transformée, au fil du temps, par une volonté de réformer, de changer le système. D’ailleurs, « la justice sociale » est l’une des revendications les plus courantes des Nîmois.

Si Astrid pense à s'engager en politique, la citoyenne se dit déçue des pratiques des partis politiques (Photo : Coralie Mollaret)

« Les classes moyennes sont surtaxées »

Las d’être « des vaches à lait », plusieurs Nîmois issus de la classe moyenne ont pris leur plume. C’est le cas d’Astrid, une infirmière de 28 ans. Ce lundi matin, la jeune femme « apolitique » a pris sur son temps pour écrire une demi-page : « Ça fait longtemps, au cours de nos repas de famille ou entre amis, qu’on disait que ça allait péter. »

« Péter » parce que « les classes moyennes sont surtaxées : quand je vois mes impôts, la TVA… Alors oui, on comprend qu'il faut financer les services et équipements publics, mais à un moment donné, il y a trop d’injustice ! Regardez, les frais des élus qui ne sont pas plafonnés, les coiffeurs de l’Élysée surpayés… Je trouve ça indécent. »

Ce carnet sera remis par le maire au président de la République (Photo : Coralie Mollaret)

Critique, la jeune femme émet quelques propositions : « Je ne suis pas une grande économiste mais l’on pourrait plafonner les frais des élus. Moi, quand je pars en formation, mes frais sont plafonnés. » Une moralisation de la vie publique à laquelle s’adosse le « RIC », Référendum d’initiative citoyenne « pour permettre au peuple de proposer des choses. » Une façon là aussi de s’impliquer dans la vie publique.

S’il est encore trop tôt pour tirer les leçons du mouvement jaune fluo, la mobilisation aura permis à plusieurs citoyens de renouer avec la politique. Vox populi, vox Dei (*).

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

* « La voix du peuple est la voix de Dieu » 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité