Actualités

NÎMES En ville ou aux Costières, un parfum de fête…

Manège sapin en centre-ville (Photo : Coralie Mollaret)

Si des gilets jaunes sont toujours mobilisés, les fêtes de fin d’année ont repris leurs droits, à Nîmes. 

« C’était dingue, on est resté enfermé dans le Starbuck samedi après-midi ! », témoigne Sisi. La raison du confinement de cette jeune nîmoise ? La manifestation des gilets jaunes qui s’est terminée de manière impromptue sur les quais de la gare SNCF. Le mauvais souvenir passé, l'adolescente et sa cousine n’ont pas hésité à regagner, ce dimanche, les ruelles de l’écusson : « c’est joli, animé, on sent la magie de Noël ! »

Avec elles, Christine, une amie de la famille. Cette trentenaire n’a pas eu le temps de faire ses cadeaux de Noël. « Il y a d’abord le travail… Mais surtout l’ambiance et l’atmosphère qui ont découlé de la manifestation des gilets jaunes. » Car si les commerçants, notamment du centre-ville, n’ont pas été vraiment impactés par le mouvement flou, « ça ne donnait pas envie de consommer, au contraire. Leur combat nous rappelle nos galères financières… Donc, on n'avait pas spécialement envie de se retrouver dans les magasins. »

Dans l’écusson, la plupart des visiteurs du dimanche viennent pour l’ambiance festive, alimentée avec saveur par les attractions du haut de l’avenue Feuchères, le marché de Noël près de la Maison Carrée et les nombreuses illuminations suspendues au-dessus des rues piétonnes. 

Trêve des confiseurs

Aux Costières, dans un magasin cosmétique (Photo : Coralie Mollaret)

À quelques kilomètres de là, dans les zones commerciales, c’est la foire à l’empoigne. Sur le parking, « on piste les gens qui partent pour prendre leur place » , raconte Loïc. Lui et sa petite-amie sont venus chercher des cadeaux pour les parents de la jeune fille : « on mange chez eux demain soir… C’est vrai qu’il y a pas mal de monde ici, mais on n'avait pas spécialement le temps avec nos boulots. Là, on a l’occasion de venir à deux puisque c’est ouvert le dimanche. »

Le manque de temps, principal argument des retardataires, particulièrement nombreux cette année. Alors si les gilets jaunes, leurs revendications et l’ambiance qu’ils suscitent, sont toujours dans les conversations des Nîmois, ces derniers ont décidé de marquer une pause. La sacrosainte trêve des confiseurs. 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité