A la uneFaits Divers

FAIT DU JOUR Les grands procès en 2019 : un père de famille, un boxeur et un artisan tués

Nîmes, le 1er septembre, le corps de Fakir, un père de famille de 44 ans est retrouvé mort carbonisé (Photo : Boris De la Cruz/ Objectif Gard)

De nombreux procès criminels se dérouleront à partir de la mi-janvier devant la cour d'assises du Gard. Un nouveau président va officier devant la juridiction gardoise. Geneviève Perrin a décidé de prendre sa retraite, ce sera donc un nouveau conseiller à la cour d'appel qui dirigera les débats.

Viol et agressions sexuelles dans un centre de loisirs pour enfants

Le premier procès de l'année, qui devrait être fort en émotion, se déroulera à partir du 21 janvier et concerne le viol et les agressions sexuelles survenus dans un centre de loisirs ayant pignon sur rue à Nîmes, "l'oeuvre Argaud". Des faits qui avaient éclaté en juillet 2015. Au cœur de l’été, le directeur qui était en place depuis un an à peine, a été interpellé et placé en garde à vue après la plainte de la famille d'une jeune fille, âgée de 11 ans à l'époque, qui l'accusait d'abus sexuels. Des faits qui se seraient déroulés dans le centre de loisirs qui accueille des enfants et des adolescents.

Une structure privée qui est située derrière la gare de Nîmes, avenue Général Leclerc, et qui est depuis quelques années dirigée par d'anciens pensionnaires, alors que pendant longtemps des prêtres en étaient les responsables. Le mis en cause avait été arrêté quatre jours après la plainte de l'enfant. Cet homme a depuis avoué "une pulsion" qu'il a reconnue en audience publique devant la chambre de l’instruction de Nîmes. Il a été placé sous contrôle judiciaire au milieu de l’année 2017 après deux années de détention provisoire. Son procès est prévu sur deux jours.

L'entraîneur abat son boxeur à Beaucaire

Le crime est survenu le 17 avril 2015 à Beaucaire. Ce jour-là, un entraîneur de boxe a rendez-vous avec son poulain. Le boxeur qui a raflé de belles médailles et qui s’est fait un nom sur les rings aurait voulu récupérer une dette d’argent. Mais l’explication va devenir sanglante. L’entraîneur va sortir une arme et tirer sur son ancien élève. Farid, 38 ans, père de famille, s’écroule. Le meurtrier essaie de brûler le corps et il va l’enterrer dans le jardin de sa compagne. Ensuite, il brûle la voiture de la victime à Bellegarde, à une dizaine de kilomètres de son domicile, histoire de brouiller les pistes. Le procès de l'entraîneur meurtrier va se dérouler en mars.

Un artisan tué à coups de sabre : une femme et deux hommes aux assises

Le procès devait intervenir juste avant les vacances d'été. Deux hommes, le père et le fils d'une famille des gens du voyage de l'Hérault, et une femme proche du clan seront jugés pour le meurtre d'un artisan survenu en janvier 2017 sur la petite commune de Massillargues-Attuech, près d'Anduze. La victime avait été tuée chez elle, de nuit, suite à des violences extrêmes et des coups de sabre. Un chien de garde de l'artisan avait été abattu dans le jardin de cette propriété située en pleine campagne. Les malfaiteurs recherchaient un coffre et de l'argent. Le procès devrait se tenir début juillet si tous les avocats sont disponibles.

Le crime d'un père de famille dans la garrigue Nîmoise

Si le procès n'a pas encore été audiencé, la justice prévoit de juger une mère de famille et ses deux enfants avant la fin de l'année 2019 et probablement lors du dernier trimestre. Les trois "accusés" de cette famille sont soupçonnés d'assassinat. Fakir Badre, un père de famille originaire du quartier Pissevin à Nîmes, qui vivait sur la commune de Milhaud au moment du drame, a été retrouvé tué et brûlé sous un pont SNCF, le 1 septembre 2015. Quelques semaines plus tard, l'enquête de la police judiciaire a permis d'interpeller les deux fils et l'épouse de la victime. Une information judiciaire est depuis ouverte et le procureur souhaitait dans son réquisitoire définitif, rendu il y a deux mois, que le trio soit renvoyé devant la cour d'assises pour assassinat. Une information judiciaire qui arrive à son terme avec les réquisitions du procureur, à charge maintenant pour le juge d'instruction de rendre son ordonnance de mise en accusation...

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité