A la uneFaits Divers

NÎMES Le calme est revenu, ce soir, dans le centre-ville : 11 gardes à vue en cours

Même gazé, le gilet jaune filme pour immortaliser le moment (Photo Anthony Maurin).

Après une manifestation inter-régionale dans les rues de Nîmes, ce samedi durant toute la journée et une partie de la soirée, le calme est revenu dans l'Écusson.

Mais les dégâts sont visibles. Plusieurs agences bancaires ont fait les frais de la furie de certains casseurs qui étaient mêlés aux gilets jaunes. C'est sur l'avenue Victor-Hugo, ce samedi à partir de 17h30 que la situation a été le plus difficile à gérer pour les autorités. Neuf banques ont été la cible de dégradations et de vandalisme. " Une banque près des arènes a été saccagée", souligne le procureur, Éric Maurel, et "il y a eu une tentative d'attaque du centre des finances publiques"... Le bâtiment des impôts a une nouvelle fois été en partie incendié, avec un feu qui a pris à l'intérieur d'une pièce avant que les pompiers ne parviennent à stopper le sinistre.

Six policiers et gendarmes ont été légèrement blessés, tandis que 11 personnes ont été interpellées notamment pour des violences sur les forces de l'ordre. Des individus qui ont été placés en garde à vue. Ce samedi soir, le préfet du Gard, Didier Lauga, a tenu " à féliciter pour leur professionnalisme les forces de police et de gendarmerie engagées aujourd’hui dans les opérations de maintien de l’ordre à Nîmes. "
Il apporte tout son soutien "aux 6 membres des forces de l’ordre blessées lors des échauffourées violentes qui se sont déroulées à Nîmes." Enfin, il condamne "avec fermeté l’ensemble des actes de vandalisme qui ont touché la ville de Nîmes et notamment le centre des impôts et les établissements bancaires du centre-ville".

Il faut également préciser que lors des saccages et dégradations des établissements bancaires, des gilets jaunes ont essayé de s'interposer, d'autres étaient déçus de la tournure des événements, estimant que de tels actes étaient "inadmissibles et ne servaient pas la cause", nous a confié un manifestant.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “NÎMES Le calme est revenu, ce soir, dans le centre-ville : 11 gardes à vue en cours”

  1. Élu municipal je condamne les violences, toutes les violences mais, parce que oui, il y a un mais, j’accuse Macron, le Gvt et LREM de provocation, de manipulation pour pointer du doigt dans l’amalgame tous les manifestants alors qu’ils sont dans la très grande majorité pacifiques.
    Je suis depuis le 17 novembre de tous les samedis sur Nîmes. Je marche avec les G.J, des G.J qui sont des Français, des citoyens qui revendiquent un mieux vivre légitime. Des femmes, des hommes de tous âges, des commerçants, des entrepreneurs, des salariés, des fonctionnaires, ils sont de gauche ou de droite, ont voté Macron ou pas et c’est bien d’être ensemble.
    J’ai de la sympathie pour ce mouvement qui ose, propose et ouvre l’avenir sur qqchose.
    Oui je pense aux commerçants du centre ville et d’ailleurs qui subissent la chose mais leur salut viendra d’une autre politique locale et nationale. La revalorisation du pouvoir d’achat des clients fera leurs bénéfices, le stationnement, la sécurité, la propreté, l’animation … de la ville de Nîmes aussi.
    Macron, le Gvt, LREM veulent diviser … rassemblons nous !

    1. Même si je ne suis pas totalement en phase avec votre Parti, je partage pour le coup votre analyse : le véritable responsable de cette situation est à l’Elyssée, ce monsieur a trop tendance à oublier que s’il occupe cette fonction, c’est parce qu’il a été élu par dépit!

  2. Il serait temps de rétablir l’ordre républicain et de mater ces manifestations non déclarées. Faites payer les casseurs, saisies des salaires et comptes bancaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité