A la uneActualitésPolitique

BAGNOLS/GARD RHODANIEN Bilans, projets, annonces : ce qu’il fallait retenir des vœux

Le maire de Bagnols, Jean-Yves Chapelet, hier soir lors de la cérémonie de vœux (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La traditionnelle cérémonie de vœux de la ville de Bagnols et de l’Agglo du Gard rhodanien se tenait hier soir devant 750 personnes(*) au complexe des Eyrieux de Bagnols, avec deux discours et des enseignements.

Côté mairie

Premier à prendre le micro, l’hôte du soir Jean-Yves Chapelet. Le maire déroulera un discours commençant par un bilan de l’année écoulée, en évoquant d’abord la réorganisation des services, la mise en place d’une prime au mérite pour les agents et les nouveaux locaux de la police municipale. « Ça peut sembler accessoire, mais tout ce travail de l’ombre n’a pour unique but que de garantir la qualité du service qui vous est rendu », commentera le maire, avant de louer « la gestion rigoureuse des deniers publics » de la municipalité, prenant en exemple les économies réalisées sur l’éclairage public.

« Et si on économise et qu’on désendette, on peut investir et mener à bien nos projets », poursuivra le premier édile, en évoquant les travaux engagés à Bourdilhan, dans les rues de Feltre, de Braunfels, le chemin La Garaud, le nouvel Ehpad dont la première pierre sera posée le 28 janvier ou encore les nouvelles animations l’été dernier et pour Noël, « avec derrière la synergie de l’Association des commerçants, du comité des fêtes, des services, des élus, du cabinet, tous réunis pour que Bagnols bouge ! » Côté sport, le maire reviendra sur les nouveaux sols des gymnases des Eyrieux et Saint-Exupéry, le prochain remplacement de la pelouse du stade des Escanaux par un terrain synthétique et la construction de deux « city-stade », d’ailleurs d’autres « verront le jour dans d’autres quartiers », annoncera Jean-Yves Chapelet.

Après un mot pour les associations et les bénévoles qui les font tourner, notamment les seniors, le maire passera à la culture, avec la « programmation riche » de la Pyramide, Pyramide qui « sera restructurée grâce à un investissement lourd, pour redonner à cet écrin l’éclat qu’il mérite. » Passant rapidement sur le projet de futur musée porté par l’Agglo, Jean-Yves Chapelet se tournera vers le patrimoine, et l’église dont les travaux vont s’achever en 2019 : « ce bijou sera de nouveau offert à nos yeux d’ici quelques mois. » Question sécurité, une compétence que le maire a choisi de ne pas déléguer à un adjoint, Jean-Yves Chapelet rappellera notamment que les effectifs de la police municipale avaient augmenté en 2018, et que le nombre de caméras de vidéosurveillance haute définition serait multiplié par deux en 2019.

Puis, c’est dans l’actualité avec le mouvement des Gilets jaunes, dont certains membres étaient présents hier soir (voir ci-dessous), Jean-Yves Chapelet parlera implication des citoyens et relation de la collectivité avec ses administrés. « Chaque citoyen peut prendre sa part, la méthode que nous avons appliquée sur le stationnement en est la preuve, affirmera l’élu. Vous avez été consultés, et des modifications seront appliquées dès le mois de février. C’est la preuve que nous sommes à l’écoute et que nous savons nous adapter. » Il en va de même pour le guichet unique, l’équipe relation citoyens, « un cahier de doléances vivant. » Quant aux cahiers de doléances - les vrais - voulus dans le cadre du « Grand débat », un cahier est désormais à disposition en mairie et un autre par mail. Un autre moyen de communiquer va également être mis en place prochainement, par le biais de l’application gratuite Tell my city, un outil de signalement.

Jean-Yves Chapelet a ensuite ouvert un chapitre solidarité, avec les travaux de mise aux normes pour les personnes à mobilité réduite des bâtiments communaux, « un investissement fort de 2019. » Le maire fera ensuite brièvement venir sur scène une professeure de langues des signes, pour un exercice d’initiation à ce langage, afin de « faire un pas vers l’autre. »

Lors de la démonstration de langage des signes (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Un pas vers l’avenir aussi : « Les actions que nous entreprenons s’inscrivent dans le long terme. 2019 est le point de départ de la transformation de la ville », lancera le maire, évoquant « la place Jean-Jaurès, deux millions d’euros seront investis sur ce projet, qui préfigurera la ville de demain. » Une « ville de demain » dans laquelle le maire veut voir une gare rouverte, même si ce projet « prend du temps », et des « grands projets urbains » dans le cadre des dispositifs Action coeur de ville et du Programme national de rénovation urbaine, pour lesquels « plusieurs millions d’euros seront investis dans les années à venir. Nous préparons l’avenir de nos enfants, ça va bien au delà des échéances électorales, de nos cas personnels », lancera ensuite Jean-Yves Chapelet. Ce qui ne l’empêchera pas de se dire « tourné vers l’avenir » et d’annoncer, sans surprise, sa candidature pour les municipales : « Je solliciterai votre confiance en 2020 pour construire la ville de demain. »

Côté Agglo

Après un mot de vœu de Carla, élue du Conseil municipal des enfants et des jeunes, le président de l’Agglo du Gard rhodanien Jean-Christian Rey, prendra le micro pour un discours plus porté sur l’actualité sociale : « Aujourd’hui nous avons l’occasion de surmonter ensemble les difficultés afin de proposer des solutions pour chacun. C’est évidemment le sens du grand débat national qui s’ouvre et dans lequel je prendrai, comme nous tous, ma part. »

« Il faut sortir par le haut de cette situation », poursuivra l’élu, avant d’affirmer que, de par l'exercice d'un mandat d’élu local, « les problèmes nous les connaissons, la colère nous l’entendons. »

Le président de l'Agglo du Gard rhodanien, Jean-Christian Rey, hier soir lors de la cérémonie de vœux (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Se disant « du côté de ceux qui veulent construire », le président de l’Agglo versera dans la pédagogie pour présenter les activités de l’Agglo. « Une Agglo de services à 85 % ». Comprendre que 85 % du budget passe dans la collecte et le traitement de 25 000 tonnes d’ordures ménagères chaque année, les centres aérés fréquentés par 2 000 familles, les 900 élèves accueillis dans les écoles de musique et de danse, les crèches qui accueillent les enfants de plus de 1 000 familles ou encore les 3 500 élèves transportés chaque jour. « Avec ces actions du quotidien, notre Agglo se mobilise pour le pouvoir d’achat », affirmera le président, arguant du niveau de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, des tarifs des crèches et des centres aérés ou encore la mutuelle intercommunale.

Mais « 2019 c’est aussi l’année de grandes décisions », notamment de planification. « Ces décisions ce sont de l’urbanisme, du logement, de la rénovation urbaine, c’est dire ce que nous voulons bâtir, l’endroit et les moyens pour y parvenir. Cela concerne la fibre et le numérique, l’accueil des populations, les infrastructures à installer, la protection des terres naturelles et agricoles, les productions commerciales, la répartition des services publics et leurs accès, l’installation des unités industrielles, la valorisation de nos patrimoines et bien d’autres choses encore. C’est cela l’Agglo : une vision du territoire à 20 ans qui transforme des oppositions stériles en complémentarités », énumérera Jean-Christian Rey. 2019 verra également la préparation de l’intégration de la compétence eau et assainissement, ou encore la poursuite des études sur le futur musée.

Le président fera ensuite « une mise au point » sur la piscine de Laudun, après avoir expliqué que l’Agglo ne récupérait pas les anciens équipements communaux « pour une raison simple, c’est que les anciens équipements ont des logiques d’implantation et de gestion communale. Chacun a fait ce qu’il a voulu et l’agglomération n’y étant en rien responsable ne saurait l’être davantage aujourd’hui. »

Mais la raison première est venue ensuite : « la piscine de Laudun, pour toute une série de raisons qui ne sont pas de notre domaine, est fermée et a besoin de travaux, poursuivra le président de l’Agglo. Certains se tournent vers l’Agglo. Tavel, Bagnols ou Pont ont aussi des piscines, bien gérées avec leurs impôts locaux. Il faudrait que ces contribuables payent une seconde fois pour un équipement qui n’a pas eu le même suivi dans une autre commune ? » Le maire de Laudun-l’Ardoise, Yves Cazorla, présent dans la salle, a sans doute apprécié.

Passant au développement économique, Jean-Christian Rey évoquera le Contrat de transition écologique, signé fin 2018, dont « l’idée est d’être un territoire expérimental pour saisir la troisième révolution industrielle et la transformer en emplois et en avenir pour notre territoire. » L’avenir toujours, au moment de dresser un bilan des actions menées depuis des années : « Les graines que nous avons semé ces dernières années commencent à germer, fécondées par l’énergie nouvelle et les acteurs locaux de l’économie qui sont dans une dynamique ambitieuse et porteuse d’espoirs », affirmera Jean-Christian Rey sans se faire beaucoup plus précis, avant d’achever son discours par l’affirmation de son « héritage humaniste » et un hommage aux forces de sécurité.

La cérémonie s'est achevée par une Marseillaise (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Et pour rajouter une nouvelle touche de jeunesse, les classes à horaires aménagés musique du collège du Bosquet viendront ensuite chanter la Marseillaise, clôturant un exercice de communication maîtrisé.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

Les Gilets jaunes présents. Ils étaient là, le gilet sur les épaules, mais n’ont pas pris la parole comme évoqué lors de leurs réunions. « Ils voulaient nous donner le micro. On a refusé, on ne veut pas entrer dans leur jeu », avancera Jérôme, Gilet jaune. À la fin de la cérémonie, ce même Jérôme nous confiera dans la même veine que « la salle (réservée par les Gilets jaunes via l’association de l’un d’entre eux, ndlr) on ne la prendra pas. On ne veut pas l’avoir à travers une association et nous ne cautionnons pas le débat. Soit ils nous la donnent au nom des Gilets jaunes, soit nous ne la prendrons pas. Bagnols est la seule commune de l’Agglo à nous demander une association. »

Le point de vue des communistes. Dans un communiqué, la section Gard rhodanien du PCF dit avoir « l'impression que tout le monde ne vit pas dans le même univers. Jean-Christian Rey et Jean-Yves Chapelet ne voient pas les mêmes souffrances et difficultés que nous. » Et les communistes de poursuivre en estimant que « les Gilets Jaunes ne sont qu'une colère négative pour le président de l'agglomération, quant au maire de Bagnols […] il n'a pas eu un moindre mot pour les victimes de l'incendie de la Tour des Escanaux dans sa rétrospective de l'année 2018. Un oubli révélateur qui montre bien que ceux qui n'ont pas de problèmes de fin de mois ne voient pas ceux qui galèrent, qu'ils soient en gilet jaune ou qu'ils courbent la tête. Quant à l’intervention de Jean-Christian Rey ce fut, surtout dans la première partie, plus la litanie d’un militant LREM que le discours d’un président d’Agglomération. »

* Chiffre donné à l’issue de la cérémonie par la municipalité.

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité