A la uneActualitésCulture

FAIT DU JOUR Laurent Chanadet cherche la voix du succès

Ce nîmois de 36 ans a participé à la Star Academy 6 et prépare une tournée pour 2019 avec toujours l'espoir de réussir dans la musique.

Laurent Chanadet dans un coin de son salon transformé en studio où sa guitare n'est jamais très loin (photo Corentin Corger)

En septembre 2006, Laurent Chanadet a connu un début de notoriété en participant à la sixième saison de la Star Academy sur TF1. Depuis, sa guitare ne l'a jamais quitté mais sans lui avoir permis de faire décoller sa carrière. Ce nîmois de 36 ans ne perd pas espoir et prépare une tournée pour 2019. Portrait. 

Dans la famille Chanadet, la musique se transmet de génération en génération. Mais Laurent va attendre l'âge de 12 ans pour attraper le virus : "J'allais voir ma sœur aînée au conservatoire et je me disais que je ne rentrerais jamais dans cette secte."  Une première déclaration qui place le personnage entre un côté naturel et sûr de soi, et il convient de donner parfois l'impression d'être prétentieux.

C'est un artiste américain blues des années 60, qui va lui donner l'envie de faire du saxophone : "Si je n'avais pas entendu Otis Redding, je n'aurais jamais fait de musique". Les rencontres vont bercer sa vie en attendant celle qui lui fera décoller sa carrière. Le jeune homme qui joue "pour le fun", se lance dans des études d’hôtellerie à l'école Vatel, dont il sortira diplômé. C'est justement lors d'un stage qu'il va se lancer dans une double vie professionnelle. "J'étais sur l'île de Saint-Martin et j'ai rencontré un petit artiste local qui m'a dit : "tu as des doigts pour jouer de la guitare". Alors que le jeune gardois n'en avait jamais fait, motivé par cette remarque, il va apprendre seul plusieurs heures par jour : "Je ne m'arrêtais plus, c'était devenu comme une évidence." 

Du saxo à la guitare

L'étudiant se met alors à composer ses propres morceaux accompagné de sa gratte. L’hôtellerie l'amène à Paris où il se dit que c'est l'occasion rêvée pour tenter sa chance dans la chanson. Il se produit sur quelques scènes ouvertes mais ne parvient pas à être accepté dans des salles plus huppées : "Je me faisais refouler car j'écrivais exclusivement en anglais. Quand on ne chante pas de la variété et du Piaf, c'est plus compliqué. Alors j'ai pris ma valise et je me suis cassé à Los Angeles." 

Aux États-Unis, c'est le problème du visa qui va se poser. Il en profite néanmoins pour renforcer l'influence de sa musique avec le genre new country. S'ensuit un retour en France, qui le pousse par amour du côté de Grenoble, avec des textes en français qui lui permettent de remporter des concours locaux. Mais c'est le casting d'une célèbre émission de télé qui va lui donner l'opportunité de percer.

Le couac de la Star'Ac

La photo de présentation de Laurent à la Star Ac

En mars 2006, son meilleur ami lui indique qu'un des casting de la Star Academy se tient à Lyon. "Je lui ai répondu : c'est la honte, ne m'envoie pas là-bas. Je ne vais pas me retrouver à faire une bataille de polochon avec 17 blaireaux." Mais la possibilité d'une notoriété future le convainc à s'y rendre. "J'ai commencé à faire la queue à 7h du mat', sous la neige, pour être entendu à 19h. Il y avait 10 000 personnes !", se souvient-il en souriant.

Guitare à la main, il tape dans l’œil du jury qui lui demande de revenir le lendemain. Une des jurés, Jasmine Roy, ne rate pas la ressemblance (physique) de Laurent avec le chanteur Gérald de Palmas et veut l'entendre sur une reprise de "Regarde-moi bien en face". "J'ai aussi dû faire trois pas de danse. Mais heureusement, ça n'a pas trop joué sur la décision", plaisante t-il.

Premières parties de Michael Jones

Deux mois plus tard, Laurent figure encore parmi les 150 derniers et est convoqué à la tour TF1. C'est avec son titre "La fille de Bogota", en hommage son ex-épouse d'origine colombienne, qu'il va charmer le jury : "Il y avait au moins 50 personnes présentes, notamment Pascal Nègre, et tout le monde s'est levé et a applaudi à la fin de la chanson." 

Une performance qui lui offre son ticket d'entrée dans le château de la Star Academy. "Je me suis demandé dans quelle merde je me mettais." Le jeune homme, âgé de 24 ans à l'époque, hésite jusqu'au dernier moment. "J'étais déjà mature et je me suis dit quand tu vas ressortir de là et que tu vas retourner au boulot ça va être chaud."

Avec les directeurs du programme, Laurent négocie de pouvoir interpréter ses compositions. Il accepte car il s'agit soi-disant d'une saison dédiée aux auteurs-compositeurs-interprètes. L'actuel résident de Remoulins sent le couac arriver : "Deux jours avant, on est dans un hôtel et ils décident de changer dix candidats. Au premier prime, je chante du Francis Cabrel (voir la vidéo ci-dessus) et après il voulait me faire chanter du Charles Trenet", explique t-il.

Le Nîmois s'embrouille avec la direction et demande à ses camarades de l'éliminer dès la deuxième émission. Une sortie précoce qui va lui permettre de faire la connaissance de Michael Jones, le chanteur et guitariste qui a longtemps collaboré avec Jean-Jacques Goldmann. "Il m'a dit : le seul qui était compositeur et interprète, ils viennent de le virer. Je vais t'aider". Une rencontre qui reste son meilleur souvenir de cette aventure, avec les 1 500 euros touchés pour la vente de disques de la promotion et un contrat de quelques semaines chez Universal rapidement rompu.

Un album et une tournée

 
Le soutien du Franco-Gallois va permettre à Laurent d'assurer ses premières parties, de jouer dans des festivals et de participer notamment à l'enregistrement d'un album de country. Mais sans jamais pouvoir vivre de cette passion. Avec le goût amer de voir sa crainte d'avant l'émission se confirmer. "Quand je suis retourné travailler c'était difficile parce que les gens te reconnaissent, veulent faire une photo. J'ai même eu un paparazzi de Voici, qui m'a pris en photo à Calvisson avec ma famille". L'avantage d'une courte notoriété c'est qu'elle s'atténue rapidement. "Après je ne crache pas dans la soupe car faire la Star Ac' m'a permis de rentrer dans certains endroits". 

De cette expérience, il s'est fixé une ligne de conduite pour savoir comment se faire repérer par une production : "Je me concentre que sur les salles de spectacle, même si ça peut paraître ambitieux". Dans cette optique, il entame une tournée en 2019 avec une première date à Nîmes, le 23 février, un "show case" à Cultura avant des dates à Lyon et Béziers. "Il faut que ça décolle. C'est pour ça que je suis accompagné de quatre musiciens à la guitare, basse, clavier et batterie." Il espère pouvoir toucher la bonne personne qui investira sur lui. "Je n'ai jamais arrêté d'y croire", confie t-il.

Après un premier album sorti en 2010, "Sans ailes", Laurent Chanadet se consacre exclusivement à la musique depuis septembre 2017 et compte en sortir un deuxième : "Je ne l'ai pas encore enregistré." Une tâche qui s'avère assez onéreuse. Il interprète déjà le single "Dans les yeux de mes filles", dont vous retrouvez un extrait vidéo ci-dessus, en hommage à ses deux enfants. Ses deux premiers fans qui en appellent certainement d'autres...

Corentin Corger

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité