A la uneActualitésSociété

LASALLE Grande et belle leçon d’humanité de trois héros gardois

Au premier plan, Michelle Rocher (à gauche) accompagnée de Guy et Jack Fabaron. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Ce jeudi après-midi, à la filature du Pont de fer de Lasalle, la ministre près l’ambassade d’Israël, Anita Mazor, a remis aux petits-enfants d’Hélène et René-Louis Fabaron, ainsi qu’à la petite nièce d’Odette Hofbauer, le diplôme et la médaille de Juste parmi les nations.

« Ma tante était sobre, généreuse, honnête. C’était dans sa nature d’aider les gens. Elle a fait des gestes simples qui lui ont pourtant fait courir beaucoup de danger ». Le témoignage de Michelle Rocher, la petite nièce d’Odette Hofbaeur, en dit long sur la simplicité de sa tante qui, durant la Seconde Guerre mondiale, a tout fait pour que les soldats allemands ne découvrent pas « la petite », comme elle l’appelait.

La petite, c’est une enfant de confession juive âgée de 7 ans, prénommée Esther Bergman. Pendant des années, dans son Mas de Banière près de Saint-Jean-du-Gard, Odette nourrit et cache sa protégée, qu’elle considère très vite comme sa propre fille. Seulement, à la fin de la guerre, l’enfant rejoint sa famille. Odette et sa fille d’adoption ne se retrouveront que 43 ans plus tard.

À gauche, la ministre Anita Mazor avec la sous-préfète du Vigan, Joëlle Gras. Photo Tony Duret / Objectif Gard

L’antisémitisme revient

À la même époque, le frère d’Esther, Emmanuel Stern, dit « Manny », a lui été recueilli par les époux Fabaron à Saint-Félix-de-Pallières. Comme sa sœur, le petit garçon de 9 ans a été sauvé par des « héros anonymes qui ont fait le choix de la miséricorde, de la solidarité et de la fraternité », résume la ministre Anita Mazor. Devant une salle composée des familles et des proches, du maire de Lasalle, Henri de Latour, de la sous-préfète du Vigan, Joëlle Gras, mais aussi des écoliers du village, la représentante de l’État israélien a exprimé ses inquiétudes quant à cet « antisémitisme qui renaît au grand jour », s’appuyant sur la hausse de 69% des actes antisémites sur les neuf premiers mois de l’année 2018. « Oui, nous devons raconter et témoigner. Nous sommes les passeurs d’une histoire de l’humanité », déclare-t-elle en regardant les jeunes élèves très attentifs.

46 Justes dans le Gard

En fin de cérémonie, les petits-enfants du couple Fabaron, Guy et Jack, ainsi que la petite-nièce d’Odette, Michelle, se sont avancés pour recevoir, au nom de leurs illustres aïeux, le diplôme et la médaille de Juste parmi les nations. Une distinction rare, décernée par l’État d’Israël, qui récompense ceux qui ont mis leur vie en danger pour sauver des juifs. Ils sont 4 086 en France et 46 dans le Gard. Hélène Fabaron, René-Louis Fabaron et Odette Hofbauer font désormais partie de l’Histoire. Ils sont ces « petites étincelles d’espoir qui ont percé les ténèbres », conclura joliment la ministre.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité