ActualitésPolitique

LAUDUN-L’ARDOISE Le maire Yves Cazorla : « nos actions vont dans le bon sens »

Le maire de Laudun-l'Ardoise Yves Cazorla, vendredi soir lors de sa cérémonie de voeux (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le maire de Laudun-l’Ardoise Yves Cazorla donnait vendredi soir au Forum sa première cérémonie de voeux. Au menu : un discours offensif contre son prédécesseur et les projets à venir pour 2019.

Il avait des comptes à régler, contre l’Agglo du Gard rhodanien et ses prédécesseurs. Mais avant, le maire a démarré son discours par un hommage à ses lointains prédécesseurs Francis Roman (1983 - 1989) et Christian Prade (1989 - 1995), qui ont respectivement construit le complexe sportif, qui comporte la fameuse piscine couverte, et le Forum. « Il suffit de regarder la taille de ces équipements pour s’apercevoir qu’ils n’étaient pas tournés uniquement vers Laudun-l’Ardoise », estimera le maire. Un message destiné au président de l’Agglo Jean-Christian Rey, qui avait donné le 14 janvier dernier lors de ses voeux une fin de non recevoir aux appels de la commune pour transférer la seule piscine couverte du territoire, fermée car devenue dangereuse et qui nécessite de lourds travaux, à l’intercommunalité. « Tout le territoire en a profité, ces deux élus avaient un sens du partage, et ont en quelque sorte agi dans une logique intercommunale », a poursuivi Yves Cazorla, avant de faire respecter une minute de silence en mémoire de Francis Roman, récemment disparu.

Reprenant le fil de son discours, le maire élu en mars dernier rappellera une nouvelle fois le contexte de la commune, mise en demeure par la préfecture sur plusieurs dossiers, comme sa station d’épuration, « qui impacteront plusieurs exercices. » Passant rapidement sur le rétablissement de l’éclairage public la nuit, le recrutement d’un policier municipal supplémentaire et l’audit du personnel communal, Yves Cazorla reviendra sur le cas de la piscine. « On la savait malade, nous avions prévu la réalisation d’un audit pour diminuer le déficit, qui était de 600 000 euros par ans, rappellera-t-il. Mal entretenue, elle perdait 50 mètres cubes d’eau chauffée par jour. » Devenue dangereuse, la piscine a fermé ses portes en septembre dernier. « Mon équipe n’est en rien responsable de la perte de cet équipement », martèlera le maire, qui affirme que la nouvelle majorité fait ce qu’elle peut pour sauver la piscine.

Côté financier, Yves Cazorla évoquera l’audit, dont « nous savions qu’il ne serait pas réjouissant, mais nous ne savions pas à quel point. » Le cas du legs de l’héritière du peintre Albert André, qui aurait disparu des comptes, ce que les maires précédents Patrice Prat et Philippe Pecout contestent, est revenu. Ce dernier, qui avait été invité à monter sur la scène comme toute l’opposition municipale, a apprécié (voir ci-dessous). Yves Cazorla abordera ensuite la Vierge à l’enfant, dont les travaux de restauration sont désormais achevés, et l’épineuse question de la gestion du Forum, sur laquelle un groupe de travail extra-municipal a planché.

Affirmant avoir mené des économies sur le fonctionnement, Yves Cazorla expliquera que « nos actions vont dans le bon sens, et les préconisations de l’audit financier l’ont confirmé. » Le premier édile se lancera ensuite dans un inventaire à la Prévert de toutes les animations qui ont rythmé la commune « malgré la recherche d’économies, l’abandon de l’Étoile de Bessèges et de la Biennale », avant d’avancer que « 2018 a été riche en événements, et 2019 le sera tout autant voire plus. » Sur la contestation sociale du moment, le maire expliquera que la commune mettrait un formulaire à disposition en mairie, et organiserait une réunion publique le 11 février, en présence du député Anthony Cellier.

Passant aux projets de 2019, Yves Cazorla évoquera deux projets immobiliers à Canet-et-Cordier et à Suc-et-Pradelle, qui « si tout va bien » débuteront cette année, tout comme les travaux de la déviation de l’Ardoise. Les travaux de voirie, de mise aux normes des personnes à mobilité réduite des bâtiments communaux, l’installation de la vidéo protection, de panneaux lumineux, de radars pédagogiques et la mise en service du nouveau château d’eau sont aussi au programme de 2019. Au rayon obligations préfectorales, la poursuite des études de la station d’épuration ou encore l’acquisition des terrains du bassin d’écrêtement de l’Ardoise sont aussi inscrits.

Enfin, revenant à l’Agglo, Yves Cazorla regrettera d’avoir été « exclu de l’exécutif sans explication », ayant échoué à être élu vice-président. « Mais malgré ce handicap, nous participons et continuerons à le faire au développement du Gard rhodanien, poursuivra-t-il. Nous travaillons depuis plusieurs mois avec une entreprise qui pourrait créer 500 emplois sur l’ancien site sidérurgique. » Et Yves Cazorla de conclure en mettant un coup de pression sur l’Agglo : « la balle est maintenant dans le camp de l’Agglo. Il y a des trains qu’il ne faut pas laisser passer. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

« J’ai eu l’impression d’assister à une réunion publique de campagne électorale », commentera Philippe Pecout à l’issue de la cérémonie.

Marcelle Armand a été mise à l'honneur lors de la cérémonie (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La cérémonie a été l’occasion de distinguer Marcelle Armand, 85 ans, et bénévole à l’école de danse depuis près de 45 ans.

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité