ActualitésSociété

GARD RHODANIEN Des « doggy bags » pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Le président de l'Agglo du Gard rhodanien, Jean-Christian Rey, entouré de sa vice-présidente, Claire Lapeyronie, et de la gérante du Mas de l'Olivier, Aurélie Froppier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

L’opération initiée par l’Agglo du Gard rhodanien, baptisée « Rest’o frais », a été lancée ce mercredi du restaurant du Mas de l’Olivier de Pont-Saint-Esprit, qui fait partie des dix établissements concernés.

Dix établissements (*) se sont engagés aux côtés de l’Agglo pour proposer des boîtes recyclables (et qui passent au micro-ondes, c’est important) permettant aux clients d’emporter leurs restes gratuitement. « Il y en a 1 600 soit 160 par établissement. L’idée est d’initier cette pratique », explique le président de l’Agglo, Jean-Christian Rey. Car si l'usage du « doggy bag » est courant dans les pays anglo-saxons, il est encore balbutiant en France, bien que la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire encourage cette pratique.

Trop de déchets non traités par habitants

Pourtant, l’enjeu est de taille. Outre la lutte contre le gaspillage alimentaire, l’idée pour l’Agglo est aussi de limiter le tonnage de déchets collectés et traités. En effet, chaque année ce sont près de 400 kilos de déchets par habitants non recyclés, dont une bonne partie de restes alimentaires, qui sont produits dans le Gard rhodanien. « Chaque kilo non jeté est économisé », ajoute le président, avant de préciser que « les restaurants sont des gros pourvoyeurs de déchets. » Alors lorsque les services de l’Agglo ont contacté les établissements du territoire, « la plupart ont trouvé la démarche intéressante », explique Pascal Thourez, de l’Agglo, qui en a sélectionné dix pour lancer cette opération. Un bilan sera fait en milieu d’année pour en évaluer l’impact et envisager son développement à plus grande échelle. Quoi qu’il en soit, le risque pris par l’Agglo n’est pas très grand, puisque la fabrication des boîtes a coûté… 500 euros.

Cette opération s’inscrit dans un territoire lauréat du « Territoire zéro déchet zéro gaspillage » en collaboration avec l’ADEME (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) qui a pour objectif "de réduire de 10 % la quantité de déchets ménagers", comme le rappellera la maire de Pont-Saint-Esprit et vice-présidente de l’Agglo déléguée à l’environnement, Claire Lapeyronie. C’est déjà dans cette optique que l’Agglo a mis en place 29 aires de compostage collectif ou encore des opérations pédagogiques dans les écoles autour du tri des déchets.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

* Le Lauret’s (Bagnols), O pas Sage (Bagnols), La Soleïade (Orsan), Le Mas de l’Olivier (Pont-Saint-Esprit), La Pergola (Saint-Etienne-des-Sorts), Le Papet (Saint-Laurent-des-Arbres), La Maison (Gaujac), La Cantonade (Goudargues), Le Bienheureux (Saint-Alexandre), l’Auberge de Tavel (Tavel).

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité