A la uneActualitésCultureSociété

AIMARGUES 30e hommage à Fanfonne Guillierme

Dimanche 3 mars toute la journée.

Fanfonne Guillierme, toute une vie dédiée à sa passion des chevaux et des taureaux de Camargue

La mairie d’Aimargues organise, le dimanche 03 mars prochain la 30e édition de la journée mettant à l’honneur la célèbre manadière, Fanfonne Guillierme. Cette journée rassemble toute la Camargue et la Provence autour de cette figure emblématique et de la fête des traditions taurines, célébrées à cette occasion. 

Depuis 1989, date de sa mort, Aimargues fête sa célèbre manadière, Fanfonne Guillierme. Grande amie du Marquis Folco de Baroncelli, elle fut la première femme manadière et est devenue depuis une icône de la Camargue. D’une grande culture et d’une incroyable modernité, elle fut distinguée comme ambassadrice de la Camargue en 1975 à Paris pour l’Année de la femme. Cavalière émérite, Fanfonne a toujours fait primer sa passion des chevaux et des taureaux et c’est grâce à elle que la race Camargue a été reconnue.

Femme respectée dans un monde tenu par les hommes, elle est aujourd’hui encore, un exemple formateur pour nombre de gens de bouvine, au féminin comme au masculin. Ses anciens et fidèles gardians, les frères Espelly, ont repris le flambeau de sa manade toujours dans le même esprit.

Une journée dédiée aux traditions

Hommage Fanfonne Guillierme (Photo DR)

Placée sous le signe de la Bouvine et des traditions camarguaises, l’événement ouvre la saison taurine et attire sur le territoire aimarguois plus de 3 000 aficionados chaque année. Elle démarre dès 8h30 avec un défilé sur les boulevards du cœur du village. On y retrouve la Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur, une quinzaine de groupes folkloriques provençaux, plus de 300 manadiers et gardians à cheval, des musiciens dont les tambourinaïres et des calèches.  Tous se dirigent vers la place de la mairie où ils se scindent en deux groupes. Les cavaliers rejoignent la place Albert Fontanieu et se préparent pour la bénédiction des chevaux.

Les Arlésiennes, les groupes folkloriques, les musiciens et les aficionados se rendent à l’église Saint-Saturnin dont le clocher culmine à 40 mètres de hauteur et qui est l’une des rares églises en France à posséder sur sa façade l’inscription « République française, Liberté, Égalité, Fraternité ». Là, à 9h30, dans cette église pleine à craquer, va se dérouler la messe des gardians en provençal par le père Michel Desplanches qui se déplace spécialement pour l’occasion. 

Roussataïre (photo d'archives)

Lorsque la messe se termine, un autre des temps forts de cette journée débute. Les cavaliers s’installent avec leur monture sur la place de l’hôtel de ville, rejoints par la foule. Installé sur le perron de la mairie, l’abbé procède alors à la bénédiction des chevaux. À l’issue de cet événement, Jean-Paul Franc, maire d’Aimargues, invite la foule à le retrouver place du château, près de la statue de Fanfonne Guillierme réalisée par l’artiste Ben K. Cette sculpture représente la manadière montée sur son cheval de Camargue « Prince » et entourée de ses deux bious d’or « Segren » et « Galapian ». 

Acampado et Coupo santo

Statue Fanfonne Guillierme (photo d'archives)

Sur cette place débute à 10h45, l’acampado sur le maintien des traditions et les discours en l’honneur du 30e anniversaire de la disparition de cette grande dame qu’était Mlle Fanfonne. Le maire mais aussi sa Majesté la Reine d’Arles, le capitaine de la Nation gardiane et majoral du Félibrige, le Syndic de la maintenance du Félibrige, le président de la Fédération française de course camarguaise, la petite nièce de Fanfonne et le manadier actuel de la manade Fanfonne Guillierme prennent la parole. Cet acampado s’achève sur la «Coupo Santo» (l'hymne provençal), reprise par les milliers de personnes présentes. 

Abrivado et cinéma

Abrivado (photo d'archives)

À partir de 11h30, une abrivado de cinq taureaux traversera le village suivie par une abrivado de trois taureaux menée exceptionnellement et exclusivement par des femmes en référence à Mlle Fanfonne. Puis, une roussataïa, également conduite exclusivement par des cavalières, clôture la matinée.Un apéritif offert par le comité des fêtes de la ville d’Aimargues est servi à tous dans la cour de l’école Fanfonne Guillierme.

Les uns iront déjeuner dans la salle communale Lucien Dumas, les autres dans les restaurants et brasseries de la commune. Dès 15h, les animations reprennent avec une Course des Espoirs de la Manade Guillierme ouverte par une capelado d’arlésiennes. Après la course, une rediffusion du film « La Grande Dame et ses Gardians » réalisé par François De Luca pour ce 30e anniversaire est diffusé dans la salle Jacques-Serres. Et, c’est sur cette projection, offerte et ouverte à tous, que se termine cette magnifique journée d’ouverture de la saison taurine.

Véronique Palomar-Camplan

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité