Actualité générale.

NÎMES 95% des professeurs du collège Condorcet en grève

 

Ce mardi matin devant le collège Condorcet (Photo : Coralie Mollaret)

Installés devant le collège de Pissevin, les professeurs dénoncent « une hausse des effectifs sans les moyens qui vont avec ! » 

Opération « collège mort », ce mardi. L’équipe pédagogique de Condorcet a déposé les velledas. Enseignante depuis 25 ans, dont 20 passées en Seine-Saint-Denis (92), Pascale Bouyahmed est inquiète. Syndiquée au SNUipp-FSU, elle dénonce « une hausse de 40% des effectifs depuis 2014 : à la rentrée, on aura 640 élèves, dont beaucoup sont en difficultés scolaires ».

Les enseignants ont réalisé plusieurs pancartes pour illustrer leur colère (Photo : Coralie Mollaret)

Une hausse, « sans moyens supplémentaires », déplorent ces manifestants, s’en référant à la nouvelle DHG (dotation horaire globale) fournie par le rectorat. Implanté dans le populaire quartier de Pissevin, le collège Condorcet est classé en REP+.

« Près de 90% de nos élèves sont issus de milieux très défavorisés, sans aucune mixité sociale. Une population qui se trouve logiquement soumise à une tendance communautaire. Nous accueillons un nombre croissant d’élèves d’Outre-mer qui ne maîtrisent pas le français ainsi que des d’élèves relevant d’ULIS (Unités localisées pour l'inclusion scolaire) ou de SEGPA (Sections d'enseignement général et professionnel adapté)», poursuit  l'enseignante.

Pascale Bouyahmed, enseignante syndiquée au SNUipp-FSU (Photo : Coralie Mollaret)

Le rendez-vous, la semaine dernière, avec les collaborateurs du Dasen (directeur académique des services de l'Éducation nationale), Laurent Noé, a, selon elle, accouché d’une souris : « Il renvoie la balle au Département, qui s’occupe de la carte scolaire, c’est-à-dire de la répartition des élèves par établissement ».

Une ligne de défense « un peu facile », commentera plus tard l’une de ses collègues de l’école élémentaires, Corinne Place, lors d’une conférence de presse sur la réforme de l’Éducation nationale, : « Le Département rédige cette carte en coopération avec les services de l’État ».

(Photo : Coralie Mollaret)

Dans l’après-midi, les parents doivent rencontrer les professeurs pour décider des suites à donner à la mobilisation.   

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité