A la uneActualité générale.ActualitésCulture

NÎMES Les thèmes de la comédie et du Brexit au coeur du 22e Festival des écrans britanniques

Le sémaphore, le Carré d'art et le théâtre Christian Liger accueillent le Festival des Écrans britanniques du 8 au 17 mars

Daniel-Jean Valade, adjoint au maire délégué à la culture, Bernard Raynaud et Isabelle Cases, présidents du festival présentant le programme 2019 (Photo Kelly Peyron)

C’est un programme très varié que propose le Festival à l’image du thème principal de cette année : la comédie.

L’humour British tient en effet une place de choix dans la programmation 2019, ce sera l’occasion de voir ou revoir des "classiques", mais aussi de découvrir des comédies culte au Royaume-Uni mais méconnues en France. Ce 22e festival fait aussi la part belle au jeune cinéma britannique, avec plusieurs premiers films remarqués à Dinard. À découvrir :  les réalisateurs Tom Edmunds, James Gardner et Chanya Button, et les actrices Liv Hill et Maxine Peake.

Les temps forts du festival 

Rétrospective Carol Reed

Réalisateur, producteur et scénariste, Carol Reed (1906-1976) fut anobli pour son œuvre en 1953, ce qui était à l’époque une première. La restauration récente de certains de ses films a incités à revenir sur une petite partie de ses œuvres, qui témoigne notamment de la manière dont il s’inspira, dans son travail cinématographique, de ses propres expériences pendant la deuxième Guerre mondiale.

Pour ce festival, quatre films de Carol Reed ont été choisis pour les présenter aux spectateurs nîmois. The Way Ahead, le samedi 9 au Carré d'art à 10h30, The Fallen Idol, le dimanche 10 au Sémaphore à 14h, The Third Man, le dimanche 10 au Sémaphore à 20h45 et The Man Between, le samedi 16 au Sémaphore à 18h30.

Hommage à Nicolas Roeg

Nicolas Roeg est l’une des figures iconoclastes majeures du cinéma britannique. Il a su marquer les générations avec juste une poignée de films. Il fait ses premiers pas de réalisateur en co-signant Performance avec Donald Cammel en 1970. Dans les années 70 et 80, il signe des œuvres ambitieuses qui deviennent cultes, comme l’initiatique Walkabout (1971), l’horrifique Don’t Look Now (1973)et le film de science-fiction The Man Who Fell to Earth (1976). Des films qui s’inscrivent dans un genre précis mais qui sont marqués par son empreinte très personnelle.

Ces trois films seront projetés au Sémaphore, pendant le festival : Don't Look Now, le dimanche 10, à 11H, The Man Who Feel to Earth, le lundi 11, à 20h15 et Walkabout, le lundi 11, à 18h.

Table-ronde sur le Brexit

Depuis que les Britanniques ont, à une étroite majorité, voté en faveur d’une sortie de l’Union européenne, le calendrier, les modalités, et jusqu’au principe même du Brexit, ont fait l’objet de discussions acrimonieuses entre et au sein des partis politiques, des régions et même des familles. Plus on se rapproche de l’échéance du 29 mars, plus les dissensions s’exacerbent et les incertitudes se multiplient.

Une table ronde, le vendredi 15 au Sémaphore à 18h30 est donc organisé avec des journalistes du Guardian, après la projection de neufs courts métrages " Brexit shorts : Dramas from a divided nation " en réaction au vote pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Des scénaristes tels que David Hare et Maxine Peake ont été commandités pour écrire ces monologues dramatiques interprétés par des acteurs réputés.

 

Actualité du cinéma britannique 

Voici l’occasion de découvrir les derniers développements thématiques et artistiques du cinéma britannique, avec les nouvelles productions de réalisateurs et d’acteurs connus comme de nouveaux talents, dont certains seront présents. Il y aura des avant-premières, des films repérés au Festival de Dinard, des films restaurés, de la fiction et du documentaire, du drame et de la comédie, de l’Histoire, bref une actualité particulièrement riche, regroupée en diverses thématiques.

Ainsi, plusieurs œuvres autour de la musique rock seront présentées par le journaliste musical Stan Cuesta, auteur notamment d’un ouvrage sur le groupe Queen. Quant à la littérature, elle sera bien représentée avec des adaptations, mais aussi des biopics de Virginia Woolf et d’Oscar Wilde qui renouvellent ambitieusement le genre. Quelques exemples de films présentés.

Funny Cow, en avant-première, en présence de Maxine Peake. Funny Cow porte un regard captivant sur les efforts d’une femme d’exception pour changer de vie et se frayer un chemin dans l’univers majoritairement masculin de la comédie stand-up. Le film se déroule dans les clubs ouvriers du nord de l’Angleterre dans les années 70 et est porté par l’impressionnante interprétation de Maxine Peake dans le rôle principal.

> Vendredi 8, Sémaphore à 21h

Jellyfish, en avant-première, en présence de James Gardner et Liv Hill. La vie n’est pas facile tous les jours pour Sarah Taylor : en plus de s’occuper de ses petits frère et sœur et de leur mère dépressive, elle se fait chahuter à l’école et exploiter par son patron. Grâce à son professeur de théâtre, elle découvre un biais inattendu pour canaliser ses frustrations et son énergie : le standup comique.

> Samedi 9, Sémaphore à 21h

Burn Burn Burn, en présence de Chanya Button. Seph, Alex et Dan étaient inséparables. Dan est mort. Pour respecter ses dernières volontés, Seph et Alex prennent la route pour disperser ses cendres dans divers lieux de Grande Bretagne. Dan est avec elles, dans la boîte à gants et à travers des messages vidéo où il leur donne des instructions d’étape en étape et leur explique pourquoi ces lieux ont compté pour lui.

> Dimanche 10, Sémaphore à 18h45

Bohemian Rhapsody. De la plus fantasque et exaltante des envolées du fameux groupe british Queen, ce biopic a gardé le titre, sinon la folie débridée. En ordre chronologique, la vie de Freddie Mercury, l’âme du fameux quatuor, nous est présentée dans les règles du genre : de l’irrésistible ascension d’un jeune homme excentrique et inspiré, dans les années 1970, jusqu’à l’arrivée de la maladie.

> Voir programmation du Sémaphore

Soirée musicale

Le projet HarmoNîmes – porté par Kristine Charmasson, réunit des enfants de 8 à 15 ans issus de plusieurs orchestres (conservatoire, écoles Paul Marcelin, Langevin, Léo Rousson et Mont Duplan, collège Jules Vernes) et équipés d’instruments offerts par la Hijos de Tuba. Au-delà des cuivres et des percussions, il s’agit d’un véritable projet humain, social et éducatif qui ambitionne de faire se rencontrer des enfants venus de milieux très différents, favorisant ainsi l’ouverture à l’autre et l’apprentissage de valeurs fondamentales

HarmoNîmes, toujours sous la direction de Zania Ziouani, accompagnera deux films muets. D’abord un grand classique, The Motorist, de Walter R. Booth, sur une partition écrite par une jeune compositrice nîmoise, Aimée Hege ; puis, autre grande nouveauté, un film d’animation réalisé par les élèves de la section cinéma du lycée Philippe Lamour. En deuxième partie de soirée, vous pourrez voir ou revoir l’immense Yellow Submarine.

Kelly Peyron

Le programme complet ici.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité