A la uneActualitésSociété

EN IMAGES Abrivado de la Tour Carbonnière de Saint-Laurent-d’Aigouze : à pied, à cheval et… à vélo !

C'est une fois par an et c'était hier.

Abrivado Tour Carbonnière (photo Véronique Camplan)

L'abrivado de la Tour Carbonnière se déroule une fois par an et c'est une tradition à laquelle aucun Saint-Laurentais et peu de Camarguais dérogent. Du soleil et pas le moindre incident à déplorer. 

L'abrivado longue part un peu avant la célèbre tour et va jusqu'au centre de Saint-Laurent-d'Aigouze, ce qui représente un parcours d'environ cinq kilomètres. La manade Lescot, créée en 1875 par Joseph Lescot et toujours dans la famille, conduisait quatre de ses taureaux. Des bêtes magnifiquement "embannées" (avec de belles cornes), rompues à l'exercice autant que leurs gardians. Ici pas d'attrapaïere, une abrivado longue dans le pur respect des traditions, pour le plus grand plaisir de tous et en toute sécurité.

Tout commence par un petit déjeuner solide

Tomas Pagnon, président de l'Avenir Saint-Laurentais ainsi que de l'Union des jeunes pour la préservation des traditions et des fêtes votives, en compagnie de Yaoub El Moussaoui, président du comité des fêtes de Saint-Laurent d'Aigouze. Aucun des deux n'aurait manqué ce rendez-vous (photo Véronique Camplan)

Rendez-vous à partir de 9 heures aux pieds de la Tour Carbonnière où des tables avaient été dressées par la commune pour servir un petit déjeuner substantiel tandis que les protagonistes arrivaient peu à peu. Jus de fruit, petit vin de pays des trois couleurs, pain, charcuterie, fromage et bien-sûr la délicieuse fougasse d'Aigues-Mortes pour la note sucrée. On discute mais surtout on scrute le ciel. Plus de menace de pluie et un espoir d'éclaircie. Départ prévu 11h30.

Mise en place

Abrivado Tour Carbonnière (photo Véronique Camplan)

11h10, le char est ouvert, les jeunes du villages, à vélo pour la plupart, se préparent à escorter l'abrivado tandis que les gardians se positionnent pour encadrer les taureaux à leur sortie du camion. Le sommet de la Tour Carbonnière offre un point de vue unique sur la scène.

C'est parti !

Abrivado Tour Carbonnière (photo Véronique Camplan)

11h30 précises, c'est parti ! La jeunesse a majoritairement choisi le vélo tandis que les habitués se massent sur les côtés de la départementale fermée à la circulation pour l'occasion.

Passage sous la Tour

Abrivado Tour Carbonnière (photo Véronique Camplan)

Ils sont nombreux, armés d'appareils photos, à attendre le passage sous la tour. L'abrivado avance à un train de sénateur, les taureaux sont encadrés par les chevaux, eux-mêmes escortés par les cyclistes. Personne n'essaie de troubler l'ordre de marche en tentant de faire échapper les taureaux.

Le respect de la tradition

Des accompagnateurs zélés (photo Véronique Camplan)

Alors oui, certains trouveront cet abrivado un peu "calme". C'est qu'il est juste dans le respect de la tradition. "Avant que les chars existent, les gardians amenaient les taureaux pour la course de la manade aux arènes. Et ça ne venait à l'idée de personne de les faire échapper. Ils auraient pu se blesser ou causer des troubles", raconte notre voisine. "C'est comme ça que ça doit se passer, renchérit-elle, "et c'est comme ça que c'est beau." Une évidence qui en découle, des conditions de sécurités optimisées, ce qui n'est pas un détail.

Soleil au rendez-vous

Abrivado Tour Carbonière (photo R.T)

Le soleil fait son apparition et les gardians font durer le plaisir de cette promenade pas comme les autres, tradition ancestrale et plus que jamais vivante. Les jeunes sont partout, se régalent sans oublier d'avoir un œil à la sécurité. Tout le monde y met du sien et même les taureaux, que cette foule rieuse mais calme n'invite pas au désordre.

Une jeunesse motivée !

Des jeunes amoureux de leurs traditions sans hésiter à la revisiter un peu en escortant à vélo, taureaux et chevaux (photo Véronique Camplan)

Une fois les taureaux arrivés à bon port, la foule arrive au village. Les jeunes sont heureux que tout se soit déroulé sans incident. "C'est une preuve que l'on peut faire vivre la tradition sans problème", se réjouit l'un d'eux. "Ce qui nous plait surtout ce sont nos traditions", affirme le second soutenu par son camarade. Pour cela, bien sûr, il faudra peut-être faire marche arrière sur certaines pratiques. Ici on l'a compris et rien ne vient gâcher la fête.

Apéro au soleil, avant la course de l'après-midi

Abrivado Tour Carbonnière (photo Véronique Camplan)

"C'est une bien belle journée", se félicitent les clients du Café le Glacier, un des deux bars restaurant du plan. C'est le temps des retrouvailles autour de l'apéro, qui sera suivi d'un déjeuner, le tout conduisant jusqu'à l'heure de la course de l'après-midi. Au programme les taureaux de la manade Blatière-Blessac pour le printemps des Royales.

Véronique Palomar-Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité