ActualitésSociété

RODILHAN Sarah McCoy, icône montante du jazz, sera en concert

Sarah McCoy et son Blood Siren à voir et écouter le 6 avril à 20h30 à l'espace Bernard Fabre à Rodilhan.

Sarah McCoy Photo God Save The Screen.

L'association Jazz 70, Rakan musiques et la ville de Rodilhan organisent un grand concert à ne pas manquer. En accueillant Sarah McCoy, les Gardois pourront écouter une star montante.

En première partie, c'est l’Orchestre Syncopatique, un talentueux collectif de musiciens Jazz New Orleans de Montpellier, qui ouvrira les festivités. Après de nombreux projets personnels et professionnels, Joseph Vu Van, Benjamin Faconnier, Pierre Bayse, Laurent Simon, et Olivier Bour décident de créer ensemble un nouveau groupe. L’Orchestre Syncopatique voit le jour. Leur projet est simple : Jouer ensemble. En effet l’identité du groupe repose principalement sur la volonté de partager dans la bonne humeur leur univers, de communiquer leur passion et leur engouement mais surtout de faire vibrer et danser le public.

Mais rentrons dans le vif du sujet... Sarah McCoy a passé une bonne partie de sa vingtaine d'années à jouer du piano et à chanter dans des rades infestés de mouches, où il faisait plus chaud qu’en enfer, à la Nouvelle-Orléans. Des endroits où le chaos correspondait à la vie sur la route qu’elle vivait depuis l’âge de vingt ans. Aujourd'hui âgée de 33 ans, elle perpétue une tradition perfectionnée par Tom Waits, Amy Winehouse, Leon Russell et Nina Simone, qui ont transformé en épopées les ruines de vies en perdition.

Blood Siren, son premier pas dans un grand label, capture le gémissement hanté de l'artiste, un son qui frissonne et touche le cœur. Les chansons, qu'elle a écrites, sont aussi intimes et sans filtre que des notes dans un journal…

Sarah McCoy (Photo God Save The Screen)

Nul besoin du décor enfumé de l’emblématique Spotted Cat, bar où elle chante régulièrement, pour se frotter au blues moite de La Nouvelle-Orléans. En un seul rugissement Sarah McCoy vous catapulte dans le sud profond des États-Unis. Assise à son piano, la diva punk, voix de stentor et robe gothique, reprend le Feeling Good de Nina Simone avec un swing d’enfer et une rage à décorner les bœufs. Elle gronde, piaffe et s’esclaffe, chante la vie de hobo, la route et la rue, avec sa copine de galères, Alyssa, qui l’accompagne au glockenspiel mais se révèle aussi une bruiteuse fantaisiste.

Blues roots, soul fracassée, gospel trash, ragtime burlesque… Sarah McCoy, show woman tempétueuse et cabotine, peut tout faire avec son coffre hors normes et son émotion à fleur de peau. C’est comme entendre plusieurs femmes (Janis Joplin, Billie Holiday, Amy Winehouse…) en une. Parfois, elle chante sans micro. Elle ose aussi un numéro de guitare acrobatique, allongée les quatre pattes en l’air, avec Alyssa assise au-dessus de sa tête et une personne du public pour lui tenir son petit clavier… Sa chaleur sous la cuirasse et sa tendresse dans l’exubérance prennent aux tripes.

Tarifs : 20 euros (15 euros pour les adhérents, demandeurs d’emploi, étudiants). Réservation Fnac, Géant, Carrefour ou sur le web.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité