ActualitésPolitique

GRÈVE À Nîmes, le grand malaise de l’Éducation nationale

L’équipe pédagogique de Condorcet n'est pas en manque d'imagination pour frapper les esprits (Photo : Coralie Mollaret)

À  l’appel de plusieurs syndicats, professeurs, instituteurs et représentants des autres métiers rattachés à l’Éducation nationale se sont mobilisés, ce midi, devant l’inspection académique.

Ambiance révolutionnaire, rue Rouget de Lisle, ce midi... « La réforme de l’École de la confiance est un chamboulement colossal », se désespère Maud, du collectif les Stylos rouges. Un mouvement « qui réunit plusieurs syndicats et corps de métiers de l’enseignement », indique cette professeur des écoles de Rodilhan. Ce midi, professeurs, directeurs d'écoles et autres enseignants du secondaire se sont mobilisés. Tous portaient différentes revendications, dans un seul but : « garantir un avenir à nos élèves. »

Convergence des luttes

Cette convergence des luttes, contre la réforme adoptée le mois dernier par l’Assemblée nationale, témoigne d’un vrai malaise. Parmi les manifestants, on retrouve les professeurs du collège Condorcet, toujours mobilisés contre « la hausse des effectifs, sans moyens supplémentaires. » Une information démentie par l'Inspection académique qui précise que la dotation horaire globale va augmenter de façon significative l'année prochaine dans cet établissement pour faire face à cet accroissement d'élèves.

Pour autant, le mois dernier, 95% des enseignants étaient en grève. « Depuis 2014, nous constatons une hausse de 40% des effectifs. À la rentrée, on aura 640 élèves, dont beaucoup sont en difficultés scolaires », expliquaient-ils. Malgré un rendez-vous avec le directeur de cabinet du préfet, le 21 février, « rien n’a bougé », se désole Pascale Bouyahmed, du SNUipp-FSU.

Un peu plus loin, les auxiliaires de vie scolaire ont ressorti leurs pancartes. Syndiquée Sud, Betty Théodor avait initié en 2018 un collectif pour que sa profession soit reconnue. Un an plus tard, « l'inspection académique a rédigé une note pour que nos 3h30 par semaine consacrées à l’administratif le soient véritablement pour les enfants en situation de handicap. Dans le cas contraire, les établissements doivent faire des contrats différents et nous rémunérer. » Une goutte d’eau dans le vase de revendications de la profession. 

À cela s’ajoutent aussi la grogne des écoles élémentaires : « Le gouvernement veut faciliter les regroupements des écoles rurales autour des collèges. C’est la mort annoncée de la fonction de directeur ! », soupire Michaella, institutrice à Saint-Bonnet. Ce midi, pour l'ensemble des manifestants, « l’État n'a qu'une seule ambition : faire des économies. » Pour être adopté, le projet de loi de l'École de la confiance doit passer prochainement devant le Sénat. 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité