A la uneFaits Divers

NÎMES Les écoles taurines font plier les anti-corridas en justice

À l'ombre des arènes avec les élèves des écoles taurines/ Photo Objectif Gard

La cour administrative d'appel de Marseille a décidé, ce lundi, de donner raison au centre de tauromachie de Nîmes et à l'école taurine.

Déjà rejetée première instance devant le tribunal administratif de Nîmes, la requête déposée par le CRAC Europe a de nouveau été retoquée en appel dans la cité phocéenne.

 Les deux écoles taurines pourront continuer d'enseigner aux jeunes

"L’activité des écoles de tauromachie est contraire à la dignité des mineurs et elle trouble l’ordre public", estimait dans son dossier le CRAC. Le but des anti-corridas était d'obligé l'École taurine et le Centre de tauromachie de Nîmes de cesser leurs activités car "les corridas mettent en danger les mineurs". "Les pratiques enseignées par la douleur qu'elles infligent aux animaux, sont contraires aux conventions européennes relatives à la protection des animaux", affirmaient les anti-corridas dans le dossier déposé devant la justice administrative.

Pour le bâtonnier gardois, Jean-Pierre Bigonnet, qui défend les structures taurines et plus particulièrement le Centre tauromachique de Nîmes, les arguments du CRAC ne sont pas crédibles. Il a développé de nombreux points de droit. L'un de ses arguments est pour lui imparable : "Il résulte des dispositions de l'article 521-1 du code pénal que le législateur a entendu autoriser la pratique tauromachique, tel que c'est le cas à Nîmes, car il s'agit d'une pratique locale ininterrompue. Il ne saurait dès lors être prétendu que l'enseignement de cette pratique [...] qui s'adresserait à des mineurs, porterait atteinte à l'ordre public et que cet enseignement constituerait une infraction ".  L'avocat gardois a ensuite abordé l'autre argument avancé par les anti-taurins : les "mauvais traitements à animaux".

"Le fait, publiquement ou non d'exercer des sévices graves, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique ou apprivoisé est puni de 2 ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.... Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux, lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée", soutient maître Bigonnet. Des éléments imparables que la justice administrative en première instance et en appel a pris à son compte. Le CRAC perd donc son bras de fer contre les écoles taurines qui pourront donc continuer à accueillir les jeunes passionnés.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

9 réactions sur “NÎMES Les écoles taurines font plier les anti-corridas en justice”

  1. Et voilà… La justice française corrompue par les lobbies de ces tueurs…. On est vraiment dans un pays d’arriérés et de débiles. Un jour on en sera ddébarassés ce’est qu’une question de temps.

    1. c’ est surtout de 11 départements dont vous parlez; là il est vrai que la concentration de débiles est importante

  2. Quand on ne veut pas entendre quand on ne veut pas voir que ces pratiques sont odieuses et irraisonnables, on se cache derrière des lois qui ont été écrites pour servir les caprices d un petit nombre. La corrida draine de l’argent, reçoit de l’argent de bruxelles ( les éleveurs ne pourraient pas vivre qu’avec leur ganaderia) la corrida fait se réunir des gens soi-disants importants. Le monde tauromachique fait « sa petite popote plaisir » en torturant à mort un malheureux bovin, sans un regard de compassion, sans une réflexion sur le pourquoi fait il souffrir un animal , pourquoi le torture t-il ? Au nom d’une tradtion, nous humains avons nous le droit de torturer en toute impunité? De quel droit infligeons nous une mort lente et cruelle à un animal ?

  3. A Nîmes règnent un problème d’hommes politiques et de lois ,ils sont tous aficionados ,c’est à dire tortionnaires de bovins et tout ça au nom de la culture ,(elle a le bon dos la culture ) c’est aficionados enseigne l’art de torturé un animal qui ne sais pas ce défendre ,honte à eux d’enseigné ça aux plus jeunes . Il y’a bien d’autres sports sans cruauté gratuites ,et bien plus honorable tel que la boxe et arts martiaux bien plus respectueux et honorable ,ou l’on nous pouvons parler de combats équitable .
    La tauromachie est une insulte à l’humanité et une preuve de cruauté suivi d’une lâcheté de la part de ces pratiquant .Un pur massacre pratiqué par des sans couilles .

  4. Honte à un grand et beau pays comme la France de perdurer ces traditions cruelles…. Oui aux jeux avec des taureaux mais sans cruauté ni mise à mort !!

  5. Donc le bâtonnier n’ a qu’un seul minable prétexte qui est cet alinéa7, cette aberration dans nos lois, à servir!
    Rien Rien Rien sur la cruauté, l’ éthique, la corruption des valeurs, …
    Pathétiques aficionados

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité