ActualitésAutres sportsSports Gard

FOOTBALL Stade Beaucairois-Langlade : une affaire de « non-dits »

Photo d'illustration (Photo Anthony Maurin).

C'est un dossier complexe que nous allons tenter de vous résumer. Au départ, un simple match au niveau Seniors en Départementale 2 entre la réserve de Beaucaire et le club de Langlade. Mais après une première histoire de joueur beaucairois non qualifié, une affaire d'insultes racistes aurait ternie le deuxième match. 

C'est un imbroglio qui dépasse largement le Nîmes-Rennes reporté en Ligue 1 pour permettre aux Bretons de disputer plus tranquillement l'Europa League. Même au niveau local, un match de football peut créer de nombreuses histoires. Tout commence, début décembre, lorsque pour un match reporté de la 7e journée de Départementale 2, Beaucaire reçoit Langlade.

Au moment de la vérification des licences, le club visiteur se rend compte qu'un joueur de Beaucaire a joué la veille avec l'équipe première en Nationale 3. La règle pondue par la Fédération stipule dans les grandes lignes qu'un joueur de moins de 23 ans peut jouer avec l'équipe réserve si elle évolue en National ou en Régional. Ce qui n'est pas le cas ici. "Honnêtement, on ne le savait. Si on avait été informé, on aurait enlevé le joueur et terminé", commente Xavier Mouret, président du Stade Beaucairois 30.

Une ligne de défense que ne semble pas partager son homologue de Langlade, Orlando Pulido. "C'est complètement faux, ils étaient bien au courant." Pour lui, l'arbitre a refusé de prendre sa réserve avant match prétextant que la feuille de match était déjà signé. "On peut annuler et revenir en arrière. Je pense qu'il y a eu une mauvaise connaissance de la tablette". Orlando insiste et demande à faire la réclamation sur une feuille de papier mais là aussi, sa demande est refusée.

"Quand j'ai convoqué les deux capitaines avant la rencontre, personne n'a souhaité déposer de réserve", amende l'arbitre, Thibaud Banchereau. Après la rencontre qui se termine sur un match nul 2-2, Langlade dépose sa réserve signée par tous les protagonistes. Au passage, pour ne rien arranger, Beaucaire égalisait après huit minutes de temps additionnel.

Le District Gard-Lozère entre en scène et donne, en première instance, match gagné à Langlade. Beaucaire fait appel de la décision plaidant le fait que l'entraîneur aurait modifié son équipe s'il avait été informé de ce point du règlement. Sans que le représentant local de la FFF soit capable d'expliquer clairement la décision, même le président Francis Anjolras n'a pas pu nous répondre car il n'est, soi disant, pas au courant de l'affaire, le District va changer son fusil d'épaule et donner le match à rejouer.

Lésé, le président langladois estime que "Beaucaire a une structure plus importante et est avantagé". Ce dernier passe à la vitesse supérieure et dépose un recours auprès de la Ligue Occitanie. Les dirigeants des deux équipes ont été convoqués, le 5 mars. Ils ont appris vendredi que la décision est mise en délibéré au 26 mars. Sauf que cet appel n'est pas suspensif et la rencontre s'est donc rejouée à la suite de la décision du district Gard-Lozère.

Match arrêté après des insultes racistes

C'est là que se déroule le deuxième volet de cette affaire rocambolesque. "Ils ont été insupportables tout le match. Ils ont déposé trois réserves et n'ont fait que râler", déplore Xavier Mouret, qui reprend les propos rapportés par ses dirigeants et joueurs présents. "Avec l'appel déposé à la Ligue, l'intérêt pour eux c'est que le match n'ait pas lieu", complète t-il.

De là à inventer des insultes racistes prononcées par un supporter ? "Je l'ai entendu", assure Orlando Pulido. Beaucaire mène 1-0 quant à la 78e minute, un joueur beaucairois est taclé sur la droite du terrain. "Sale nègre, tu es fou", aurait entendu le joueur présumé, le président et l'entraîneur de Langlade, Karim El Khedim.

Ce dernier se dirige vers ladite personne accompagnée de deux enfants, qui aurait réitéré ses propos devant lui. Devant ce fait grave, le club visiteur décide alors de quitter le terrain et de ne pas terminer la rencontre. De manière surprenante, du côté de Beaucaire et des officiels (arbitre + délégué) on assure n'avoir rien entendu. Sur le rapport d'après-match, il est bien précisé que c'est Langlade qui a souhaité arrêter la rencontre.

Le district s'est saisi de l'affaire et a appliqué le règlement : les trois points de la victoire sont donnés à Beaucaire et Langlade écope d'un point de pénalité pour ne pas avoir été au terme de la rencontre. "Je trouve ça très grave que personne ne cherche à savoir. Avec cette politique de l'autruche, un jour un drame va arriver", concède Orlando.

Une décision dont le président de Langlade réfléchit à faire appel. Car cela a une incidence sportive puisque cela permet à la réserve beaucairoise de prendre la première place du championnat et de prétendre à la montée à l'échelon supérieur. "Je n'ai rien du tout contre eux, c'est une histoire un peu débile", conclut Xavier Mouret, président du SB30. Pour son homologue, la pilule a dû mal à passer : "On est le petit Poucet dans cette affaire. Depuis le début, tout est fait pour les arranger. Cela montre de gros dysfonctionnements." En attendant, le verdict de la Ligue Occitanie le 26 mars, le match retour à Langlade pointe déjà le bout de son nez, le 7 avril prochain.

Corentin Corger

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité