ActualitésSociété

SAINT-CHRISTOL-LEZ-ALÈS En finir avec le harcèlement !

De gauche à droite : Alexandre Bouvier, fondateur du club de boxe de Saint-Ambroix, Naïma Guernine, enseignante, TuTrinh Dufreney, présidente de Kidpower, Jean Rampon, sous-préfet d'Alès, et Paul Robert, proviseur du lycée Jacques Prévert. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Vingt-quatre jeunes filles du lycée Jacques-Prévert à Saint-Christol-lez-Alès ont appris, ce vendredi 22 mars, à dire « stop » au harcèlement lors d’un atelier animé par l’association Kidpower.

À l’école, au travail, dans la rue : le harcèlement touche de nombreuses personnes au quotidien. Pour lutter contre ce fléau, l’association Kidpower, basée à Paris, propose des ateliers pour donner des techniques à adopter en cas d’agression. TuTrinh Dufreney, présidente de l’association et animatrice certifiée, s’est déplacée dans le bassin alésien pour former plusieurs groupes de personnes pendant trois jours.

Une demande exprimée par la population et qui fait suite, notamment, « à une tentative d’enlèvement d’une jeune fille sur la commune des Mages », se souvient Alexandre Bouvier, moniteur de boxe française à Saint-Ambroix, qui a ensuite été assailli de coups de fils de parents inquiets. « Ils souhaitaient que je donne des cours de défense à leurs enfants. Le problème, c’est que je forme seulement les plus de 16 ans. » L’association Kidpower, elle, intervient auprès de tous les âges et privilégie l’information et la prévention.

L association "Voyages culturels" a fait un lâcher de livres sur la thématique du harcèlement, ce vendredi au lycée. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

24 jeunes filles formées

Ce vendredi 22 mars, vingt-quatre élèves (des filles uniquement) ont participé à un atelier pour apprendre à faire face au harcèlement. Toutes en sortent satisfaites d’avoir découvert différentes méthodes pour se défendre, comme Flora, qui retient qu’il faut « toujours essayer de temporiser les choses lorsqu’on se fait aborder. » L’une de ses camarades, qui avoue avoir été « un peu réticente au début », est conquise. Tout comme Khadija : « Cela nous apprend à poser des limites en restant calme. Nous avons aussi appris quelques gestes pour se défendre. C’était très enrichissant. »

En pleine Semaine départementale de la fraternité et du vivre ensemble, organisée par la préfecture du Gard, cette action soutenue par l’État rappelle l’importance de la prévention, en particulier en milieu scolaire. « Les phénomènes de harcèlement à l’école peuvent ruiner des scolarités. Nous y sommes malheureusement parfois confrontés et c’est difficile de déceler le problème à temps car les victimes restent souvent silencieuses », commente Paul Robert, le proviseur du lycée Jacques Prévert. « L’école, renchérit le sous-préfet d’Alès Jean Rampon, c’est là où on apprend à vivre ensemble. Il faut lutter contre ces situations où le mal vivre ensemble s’installe et où beaucoup de jeunes perdent confiance en eux. »

Élodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité