ActualitésPolitique

MUNICIPALES Candidature d’Yvan Lachaud : les premières réactions

Yvan Lachaud, président centriste de Nîmes métropole. Il est arrivé à la tête de la communauté de communes lors des municipales de 2014 à la faveur d'un accord politique conclu avec le maire de Nîmes (Photo : Coralie Mollaret)

Après l'annonce officielle de la candidature du président centriste de Nîmes métropole à la mairie de Nîmes, découvrez les réactions de différents élus nîmois. 

Valérie Rouverand, conseillère de Nîmes métropole déléguée à la politique de la Ville : "C'est une nouvelle page que nous allons écrire avec Yvan Lachaud. En travaillant à ses côtés, en portant mes propres idées et mes propres convictions, j'ai pu constater que de nombreux Nîmois voulaient, comme moi, l'aider en apportant leur pierre à l'édifice de notre ville, parce qu'ils partagent sa vision d'une ville rassemblée et combative. Une ville qui offre à ses enfants les moyens de bien vivre tout en y gagnant leur vie."

Corinne Ponce Casanova, vice-présidente MoDem en charge du développement économique à Nîmes métropole : "J'ai apprécié le propos ouvert d'Yvan Lachaud, mais aussi sa vision de Nîmes. Il a envie de faire réussir sa ville, la rendre plus dynamique, plus vivante, plus visible pour l'implantation d'entreprises. Et ce qui change tout, c'est qu'il veut le faire avec tous les Nîmois. Que les décisions prises soient adaptées à leur attente pour une meilleure qualité de vie. Du bon sens ! Pour moi c'est exactement ce que j'attends du futur maire."

François Séguy, élu du Parti de Gauche à Nîmes : "Monsieur Lachaud souhaite faire à Nîmes ce qu’il a fait à l’Agglo... Les dettes de chaque budget ont explosé et je peux le montrer ! Ce qui sera fait au prochain conseil communautaire. Il ne faut pas revenir aux années Bousquet quand la dette était devenue telle que les années suivantes aucun investissement n’avait été possible."

Vincent Bouget, Nîmois et secrétaire départemental du Parti communiste français : "La déclaration de candidature du président de l’Agglo, aux manettes depuis 18 ans, est au final un non événement. Dans le fond comme dans la forme de cette déclaration, on peut souligner l’hyper-personnalisation de la démarche, la vacuité sur le sens du projet, et un positionnement très « macroniste ». Nouvel épisode de la guerre des Droites, guerre d’ego entre ceux qui portent le même bilan fait de progression des inégalités et des fractures territoriales, d’une politique d’aménagement hasardeuse et de confiscation du bien public. Une vision très passéiste... Bonnet blanc a tiré le premier... mais en fait Lachaud c’est "Nîmes en Vieux". De quoi donner encore plus envie de s’inscrire dans l’écriture collective d’un nouveau récit pour la ville et l’Agglo, à la hauteur des besoins des populations et des enjeux de notre temps... écrire une ville solidaire, écologique et citoyenne."

Jérome Talon, référent La République en marche dans le Gard : "La candidature d’Yvan Lachaud est tout sauf une surprise pour LREM30. C’est un choix assumé difficilement compatible avec un travail d’équipe, car c’est un cavalier seul clairement assimilé à « qui m’aime me suive ! ». LREM30 travaille de son côté pour les élections Européennes et ma position n’a pas changé : seule la commission nationale d’investiture engagera LREM dans le combat municipal."

Nicolas Cadène, Socialiste et rapporteur de l'observatoire de la laïcité : "Cette annonce n'est ni une surprise ni une très bonne nouvelle, parce qu'elle s'inscrit dans une pratique politique vieille de 30 ans. Sur le fond, mis à part une proposition rapide sur la communauté d'agglomération et des propos très contestables sur la dette, il n'y a rien. Sur la forme, c'est le monde politique d'hier : il recueille des signatures via ses différentes casquettes (l'agglomération, sa formation politique ou l'institut d'Alzon). Où sont les nouveaux visages et n'y a-t-il que lui ? Où sont les projets structurants pour la ville et son agglomération ? Quel est son bilan depuis 2001 en tant que premier adjoint au maire puis président de l'agglomération ? Quelle est sa vision ? Nous n'en savons rien. Mais, de fait, Yvan Lachaud est plutôt porteur de divisions."

Jérôme Puech, candidat à l'investiture Socialiste pour les Municipales nîmoises  : "La sortie médiatique d’Yvan Lachaud est un non-événement dès lors qu’elle s’appuie sur le soutien de personnes à qui il a rendu service d’une façon ou d’une autre ! C’est un vieux procédé vu et revu des campagnes électorales. Après 20 années au pouvoir municipal et intercommunal, que propose le président de Nîmes métropole de nouveau : une ville en mieux ? Avec un taux de chômage très au-dessus de la moyenne nationale, avec un endettement de Nîmes métropole approchant le demi-milliard d’euros en 2020, avec la non prise en compte de l’aspiration des citoyens d’être associés aux décisions publiques (sur les transports ou sur l’eau), avec des quartiers laissés à l’abandon et surtout avec un manque évident de prise en compte des attentes en matière de transition écologique… Nîmes est plus belle mais elle ne va pas mieux alors comment croire que cela va changer si Yvan Lachaud devenait maire ? Il précise que « s’il perd, il ne ressentira aucun manque de la politique », on peut lui conseiller alors de passer la main à des personnes qui sauront sans doute mieux que lui incarner le changement, le renouvellement, le dynamisme et la créativité dont Nîmes et son territoire ont vraiment besoin pour se tourner désormais vers l’avenir".

Yoann Gillet, président du groupe Rassemblement national à Nîmes : "La déclaration de candidature d’Yvan Lachaud devrait-elle me surprendre ? Évidemment que non. Pas plus que sa mise en scène à travers des encarts publicitaires à plusieurs milliers d’euros. Il est candidat, très bien, c’est son droit, nous sommes en démocratie. Nous serons là pour le combattre démocratiquement. Je constate seulement qu’il fait du Jean-Paul Fournier en faisant de la lutte contre le Rassemblement national une priorité. C’est ridicule. Je constate aussi qu’il s’amuse à dire vouloir « faire mieux, avec moins ». Très drôle, car ce n’est pas du tout ce qu’il fait actuellement à Nîmes métropole et pas du tout ce qu’il a fait quand il était adjoint aux finances de la ville de Nîmes. Quand M. Lachaud parle d’économie... il trompe les Nîmois. Il fait moins, avec moins. En réduisant la qualité des services ou en jouant avec des lignes budgétaires, il tente depuis 5 ans de se faire passer pour celui qui a réalisé des économies. Dans la réalité, en comparant ce qui est comparable, c’est faux. Il dit aussi vouloir faire du développement économique une priorité. C’est bien... ce sera la mienne en tous cas. Il n’y a qu’un malheur, il a cette compétence depuis 5 ans et n’a pas avancé sur ce sujet. Pire, notre territoire prend de plus en plus de retard. Il y a une chose assez exceptionnelle que je peux reconnaître à M. Lachaud : il fait l’unanimité. RN, Droite, Gauche : tout le monde s’accorde à dire qu’il n’a pas été à la hauteur en tant que président de Nîmes métropole".

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

6 réactions sur “MUNICIPALES Candidature d’Yvan Lachaud : les premières réactions”

  1. Comment ne pas être en accord avec les propos de Jérôme Puech : « on peut lui conseiller alors de passer la main à des personnes qui sauront sans doute mieux que lui incarner le changement, le renouvellement, le dynamisme et la créativité dont Nîmes et son territoire ont vraiment besoin pour se tourner désormais vers l’avenir » et voir en Yoann GILLET le seul qui répond aux critères exigés en mesure de l’emporter ?

    Conseiller R.N Nîmes

    1. Lachaud contre Gillet. C’est quoi ce non choix minable. Il faudrait choisir la peste ou le choléra. Un choix caricatural … tout bon uniquement pour les masos ou les irresponsables. Espérons pour les nimois qu’il y aura mieux que de vieux caciques ou un jeune facho.

    2. Yoann GILLET est conseiller municipal, conseiller métropolitain, conseiller régional mais surtout directeur de cabinet de Julien SANCHEZ, maire de
      Beaucaire (commune qui se transforme comme jamais) Il sait donc les arcanes de la gestion d’une ville. Homme de dossiers et de terrain, il est jeune, volontaire et à de l’ambition pour Nîmes.
      Il est temps maintenant de donner les clefs de la ville au renouveau pour inscrire Nîmes dans le 21e siècle comme les Beaucairois l’ont fait avec la réussite que l’on sait.

  2. L’eau…. à Nîmes doit – être sacrément polluée pour retrouver autant de représentant du corps médical ( 1/3) sur la liste de soutien publiée sur une page entière dans Midi Libre. On peut dire en tout cas qu’il a les moyens pour soigner sa com.

    1. Et combien de d’Alzoniens sur sa liste-parents ou anciens parents, et même un certain nombre d’employés dont des directeurs et la DRH?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité