ActualitésSociété

NÎMES Pour le côlon, c’est donnant-donnant

Entrez à l'intérieur d'un côlon (Photo Anthony Maurin).

Dans le cadre de la campagne de dépistage précoce des cancers digestifs, en lien avec le comité gardois de la Ligue nationale contre le cancer, le CHU de Nîmes accueille sur le parvis de Carémeau un côlon géant gonflable. L'animation avait lieu mercredi et était bien sûr gratuite.

Détecté tôt, le cancer colorectal peut être guéri 9 fois sur 10 ! Les professionnels de santé et/ou les partenaires associatifs accompagnent chaque personne dans la visite guidée du côlon et, à travers cette démarche à la fois ludique et pédagogique, livrent les informations utiles pour mieux appréhender les techniques de dépistage, la maladie et les traitements des cancers digestifs.

Le côlon tour répond à des objectifs ambitieux tels que rendre accessible l’information sur le développement d’un cancer colorectal ou encore sensibiliser le public sur les moyens de prévention de la survenue des cancers. Il permet aussi d'expliquer concrètement le nouveau test immunologique de dépistage du cancer colorectal, d'informer sur la coloscopie et son rôle et de sensibiliser sur les traitements.

La Ligue contre le cancer tenait un stand d'information dans le hall du CHU de Nîmes Carémeau (Photo Anthony Maurin).

Changer l’image du dépistage et lever les tabous restent des enjeux encore importants pour une maladie qui fait des ravages mais qui, si on la dépiste tôt, peut s'avérer clémente. C'est le seul cancer digestif que l’on peut dépister facilement et comme il est le troisième cancer en France (deuxième chez la femme et troisième chez l’homme) avec plus de 42 000 nouveaux cas (23 000 hommes et 19 000 femmes) chaque année, le déceler tôt, avant l’apparition de symptômes, permet de le guérir neuf fois sur dix et de bénéficier de traitements moins agressifs.

En Languedoc-Roussillon, plus de 1 900 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année et le cancer colorectal est responsable de plus 700 décès tous les ans. Le dépistage organisé du cancer colorectal, s'adresse à tous ou presque. La majorité des nouveaux cas (71 % chez les hommes et 95 % chez les femmes) surviennent chez les personnes âgées de 50 ans et plus. Une participation de 50 % de la population cible (50-74 ans) permet d’espérer une réduction de la mortalité. En France, malheureusement, seulement 32 % de la population concernée participe au dépistage du cancer colorectal.

Le côlon complet et gonflable installé sur le parvis du CHU (Photo Anthony Maurin).

45 000 personnes sont touchées chaque année par le cancer colorectal, et 18 000 en décèdent. Pourtant, il fait partie des cancers " évitables ". Dans le cadre de " Mars Bleu ", mois de promotion du dépistage du cancer colorectal, la Ligue et le Côlon Tour repartaient donc sur les routes de France et étaient de passage à Nîmes pour informer, prévenir et sensibiliser au dépistage.

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le côlon ! (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité