Faits Divers

VAL D’AIGOUAL L’homme de la forêt condamné à enlever sa yourte

Image d'illustration d'une yourte. DR

En 2014, cet ancien plombier a décidé de changer de vie en achetant plusieurs parcelles de terrain sur la nouvelle commune du Val d’Aigoual…

« Ma vie est dans la yourte », clame Mickaël devant le tribunal correctionnel d’Alès. Ce quadragénaire, originaire du Cantal, s’est retiré en Cévennes pour vivre sur les parcelles de terrain qu’il a achetées en 2014. Un an après, il installe une yourte de 32 m2, deux panneaux solaires et une cabane de jardin avec un système de captage d’eau.

Sa vie aurait été des plus paisibles si les gendarmes de l’ancienne commune de Valleraugue n’avaient pas signalé la dangerosité et l’illégalité de son édifice. « Il y a des règles d’urbanisme à respecter. Vous avez eu de multiples rappels et on vous a laissé la possibilité de faire autrement que de comparaître aujourd’hui », rappelle la présidente de l’audience. Le procureur enchaîne : « Si tout le monde s’installe dans des espaces naturels, cela vient en totale contradiction avec le mode de vie recherché ». Elle requiert une amende de 500€ avec sursis et la remise en état des lieux.

Pour maître Derbal, l’avocat de Mickaël, le choix de vie de son client devrait être encouragé plutôt qu’attaqué : « Votre rôle, c’est de protéger cette liberté. Mon client ne constitue un risque pour personne, il n’embête personne. Des mairies détournent les moyens de l’État pour combattre un mode de vie qu’elles n’acceptent pas ». Le tribunal reste insensible aux arguments de l’avocat alésien et condamne Mickaël à 300€ d’amende avec sursis. Il ordonne surtout l’enlèvement de l’installation et la remise en état des lieux dans un délai de 4 mois, sans quoi l’homme de la forêt devra s'acquitter d'une pénalité de 30€ par jour.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “VAL D’AIGOUAL L’homme de la forêt condamné à enlever sa yourte”

  1. Comment refuser à des personnes de se loger de façon à la fois très écologique et économique sur leur propre terrain???
    Faut-il préférer des lotissements bétonnés avec la piscine??

    Les maires ont le choix de respecter chacun dans son mode d’habitat.

  2. Qui veut vivre honnêtement sur un terrain communal dont il a l’usufruit mais qui sort arbitrairement du desiderata communal parce qu’il sort des clous de par son choix de vie ne devrait nullement être rejeté mais montré en exemple. Comme il n’entre pas dans les économies de la mairie de par quelques contributions économiques, forcément il dérange et c’est à ce moment précis que l’on peut se poser la question du droit au vivre ensemble ou du muselage forcé et statué par des règles étouffantes et inacceptables… A méditer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité