A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Malgré son âme, Nîmes rend les armes

Face à Marseille, avec une défense diminuée, Nîmes a tenu 70 minutes avant de craquer et de s'incliner 2-1.

Les Crocos étaient bien organisés mais ils ont craqué à vingt minutes du terme (photo Anthony Maurin)

Pour cette 32e journée de Ligue 1, Nîmes s'est incliné 2-1 au stade Vélodrome face à Marseille. Valeureux, les Crocos ont résisté jusqu'à l'entame des vingts dernières minutes avant de craquer. Néanmoins, Savanier a réduit la marque sur penalty.

Pour rester dans le Top 10, Nîmes partait à la conquête de la cité Phocéenne privé de quelques armes en défense : Briançon, Alakouch, Landre et Harek. Pour résister à l'ennemi, la troupe de Blaquart savait que le premier quart d'heure serait essentiel et notamment pour la charnière inédite composée de Lybohy et Miguel. C'était le dernier rempart nîmois, Bernardon, qui était mis rapidement à contribution sur un tir enroulé de Balotelli, à l'entrée de la surface (5e).

Les Nîmois défendaient plutôt bien face à des Marseillais dangereux par intermittence qui n'imposaient pas de rythme. Miguel se mettait aussi en évidence en venant contrer au dernier moment une frappe de Thauvin (14e). En revanche, face au lob de Radonjic, Bernardoni était forcé d'intervenir et claquait la balle à bout portant (25e). Si derrière, ça tenait la route, c'était plus compliqué devant. Alioui touchait très peu de ballons et ses quelques déviations tentées ne parvenaient pas au destinataire. Comme souvent, c'est du pied droit de Bouanga que Nîmes s'offrait son premier tir cadré. Le Gabonais, des 25 mètres, envoyait une frappe tendue que Mandanda détournait (31e).

Merci le poteau !

La bataille connaissait un premier tournant avec la sortie du général de l'attaque marseillaise, Balotelli, contraint de quitter prématurément ses coéquipiers, touché au genou (33e). On se disait que c'était un bon point pour les Nîmois. Mais l'autre arme principale côté phocéen ne tardait à prendre la relève de "Super Mario". Thauvin s'échappait dans le dos de Maouassa mais ratait la cible avec un lob du droit mal maîtrisé (36e). Les Crocos commettaient peu d'erreurs et coupaient les espaces. Et aussi les jambes à l'image de Savanier, devant Thauvin, tout proche de la correctionnelle après un premier avertissement reçu pour une faute sur Payet, en début de match.

Les occasions nîmoises ont été rares cet après-midi (photo Anthony Maurin)

La perspective de rentrer aux vestiaires avec un score neutre tenait à quelques poignées de minutes. Le temps de subir deux frayeurs : Lybohy déviait le ballon sur le poteau après un tir de Luiz Gustavo (41e) et Bernardoni (44e) relâchait le cuir à deux reprises sur une mésentente avec son partenaire Libohy après une action anodine. La mi-temps était sifflée par l'arbitre et... les supporters marseillais.

Le promu montrait à l'OM qu'il en faudrait davantage pour faire la différence. Cela a failli se produire dès le retour des vestiaires alors que Payet trouvait Thauvin dans la profondeur, remis en jeu par un défenseur nîmois. Mais Radonjic, à la réception de la passe du champion du monde, était hors-jeu alors qu'il avait marqué dans le but vide (50e). Nîmes restait dans le combat et sur l'action suivante Thioub était à deux doigts de profiter de l'inattention phocéenne mais Mandanda stoppait sa tentative du gauche.

Plié en deux minutes

Les Gardois tenaient bon même si on sentait que ce but marseillais semblait quasi inévitable. Le Vélodrome croyait être libéré quand Thauvin trompait Bernardoni d'un tir enroulé du gauche (63e). Mais pour la deuxième fois dans ce match la VAR sauvait les Crocos. L'ancien Bastiais était hors-jeu d'une épaule. Les visiteurs sortaient très peu de leur camp et gâchaient les faibles munitions à l'image de Bouanga, qui ratait une transversale qui aurait pu permettre à Nîmes de se procurer une situation.

À force de recevoir des coups, le verrou nîmois finissait par sauter. Au premier poteau, Germain se plaçait derrière Ripart et reprenait de la tête un corner frappé par Payet (1-0,72e). Pas le temps de digérer que les Olympiens faisaient le break. Après un premier tir contré, Luiz Gustavo trouvait la faille sur sa seconde tentative, légèrement effleurée par Paquiez mais suffisamment pour tromper Bernardoni (2-0, 73e). Blaquart tentait de réagir en passant en 4-4-2 avec la rentrée de Bozok à la place de Bobichon.

Bouanga a failli obtenir un deuxième penalty en fin de match (photo Anthony Maurin)

C'est une main de Kamara dans la surface, mis à la peine sur un joli numéro de jonglage de Bouanga, qui relançait les Nîmois, grâce au penalty transformé par Savanier (2-1, 82e). Le fantôme d'Angers surgissait dans les travées du Vélodrome. Il y a deux semaines, alors que Marseille menait 2-0, les Angevins avaient accroché le nul en marquant deux penaltys.

Les Crocos se libéraient dans les dernières minutes mais le dernier dribble ne passait pas face à une solide défense olympienne. Le scénario d'Angers semblait se reproduire quand Sarr s'écroulait dans sa propre surface et prenait le ballon dans les mains. M. Schneider sifflait penalty mais se ravisait car Bouanga avait touché le pied du marseillais. Nîmes s'inclinait mais reste provisoirement 10e. Et finalement, même avec une équipe diminuée, le Phocée n'était pas si grand.

De Marseille, Corentin Corger

32e journée de Ligue 1. Stade Orange Vélodrome. OLYMPIQUE DE MARSEILLE - NÎMES OLYMPIQUE 2-1 (mi-temps : 0-0). Spectateurs : 62 614. Arbitre : M. Schneider. Buts pour Marseille : Germain (72e), Luiz Gustavo (73e). But pour Nîmes : Savanier (82e). Avertissements à Marseille : Caleta-Car (24e) . Avertissements à Nîmes : Savanier (19e), Maouassa (70e). 

MARSEILLE Mandanda - Sarr, Kamara, Caleta-Car, Sakai - Lopez, Luiz Gustavo - Thauvin (Njie, 79e), Payet, Radonjic - Balotelli (Germain, 33e). Remplaçants non utilisés : Pelé, Amavi, Rami, Sanson, Strootman Entraîneur : Rudi Garcia. 

NÎMES : Bernardoni – Ripart, Miguel, Lybohy, Maouassa (Paquiez, 72e) - Ferri, Savanier, Bobichon (Bozok, 78e) - Bouanga, Alioui (Guillaume, 63e), Thioub. Remplaçants non utilisés : Valette, Alakouch, Valdivia, Valls. Entraîneur : Bernard Blaquart. 

 

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité