ActualitésSociété

GARD Le nouveau bureau de la Chambre d’agriculture en séminaire

Une visite au caveau d'Héraclès qui déplore déjà des pertes dues au gel sur la prochaine récolte.

Jean-Fred Coste (en rouge) est un guide incollable lorsqu'il fait visiter la cave dont il est président. Mais aujourd'hui, le ton est à l'inquiétude après le gel qui a frappé la vigne vendredi dernier (photo Véronique Camplan)

Lundi dernier, les nouveaux élus du bureau de la Chambre d'agriculture du Gard ont visité des exploitations agricoles dans le Sud du département. Nous les avons rejoints au caveau D'Héraclès, coopérative viticole toute neuve à Vergèze. 

 "Nous venons d'entrer en fonction. Nous avons pris nos marques. L'idée de ce séminaire est de faire connaissance, de trouver une cohésion de groupe, explique la présidente, Magali Saumade. Mais pas seulement. "L'idée est aussi de plancher sur les actions que nous mettront en place lors de notre mandat et d'en tracer les grandes lignes", poursuit-elle. 

La nouvelle cave d'Héraclès (Photo Pref 30).

Aller ensemble sur le terrain avant de se retrouver autour d'une table, permet d'échanger autour de situations concrètes. À 14h30, premier rendez-vous au caveau d'Héraclès. L'idée était de prendre la mesure de la modernité de cette toute nouvelle cave coopérative viticole, "Temple du bio" au frontispice de la salle ovoïde et inoxydable dédiée à la vinification des vins blancs et rosés. Les vins rouges étant vinifiés dans une salle rectangulaire contiguë.

La cave du futur dédiée au bio

Le ton est donné. La suite le confirme : 126 hectolitres de capacité, une ventilation dite "free cooling", par circulation d'air dans le bâtiment ( ce qui évite les émanations de CO2), le premier quai basculant automatisé de France d'une capacité de 15 tonnes par poste, des écrans connectés qui permettent la traçabilité de chaque cuve, une cave expérimentale réservée aux essais de production des crus haut de gamme… Ici tout est moderne et au top du respect des normes environnementales avec une production de 80% en bio. Cette cave inaugurée en août dernier a été pensée par huit bureaux d'études pour ensuite sortie de terre en une année de travaux seulement.

Triste spectacle que celui de la vigne endommagée par le gel (photo Véronique Camplan)

Mais aujourd'hui, son président, Jean-Fred Coste, est préoccupé. La récolte à venir  devait permettre de commencer à amortir les coûts du bâtiment, supportés par les vignerons adhérents. Premier stress et non des moindres, à six mois de la vendange, les ennuis commencent. Vendredi dernier, un gel à moins trois degrés le long du Vistre, de Bernis à Aimargues en passant par Vestric, Codognan et le Cailar a endommagé les vignes.

Coup de gel sur la vigne !

"Cette année, nous attendions 85 000 hectolitres, déplore Jean-Fred Coste. On estime déjà les pertes à 25 000 hectolitres et on est encore loin de la vendange". Une visite dans les vignes toute proches confirme le désastre. Point n'est besoin d'être un spécialiste pour constater les dégâts. Les élus de la Chambre d'agriculture se sont ensuite rendus à  la station de conditionnement d'asperges de Serge Amouroux, à Aigues-Mortes, pour terminer leur périple à  la cave des Sablons à Aigues-Mortes.

Véronique Palomar Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité