Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /data/www/root/www.objectifgard.com/wp-content/plugins/adrotate-pro/adrotate-output.php on line 690
A la uneActualitésSociété

FERIA D’ARLES Chamaco reste Chamaco, Castella triomphe et Perera marque les esprits

Bonne petite corrida de Jandilla et Vegahermosa, ici le premier exemplaire de la course, pour un certain Chamaco ! (Photo Anthony Maurin).

Bonne corrida de Jandilla pour Chamaco (silence et oreille), Sébastien Castella (salut et deux oreilles) et Miguel Angel Perera (salut et vuelta).

On l'attendait, on l'a vu, on n'a pas été déçu. Autant vous dire que pour votre serviteur cette corrida était celle du souvenir. Petite dédicace personnelle car ma première course fut une corrida à laquelle un certain Antonio Borrero dit Chamaco participait. Près de 30 ans après, le revoilà ! Les cheveux ont blanchi mais la fougue est restée intacte. Chamaco a enivré les arènes des années durant, il a tant donné à l'aficion que ce retour d'un soir était aussi celui d'une vie de dévotion. L'aficion ne s'est pas trompée et garnissait copieusement les étagères. Il faut dire que la corrida était belle, des toros de Jandilla, Sébastien Castella et Miguel Angel Perera complétaient le cartelazo.

Chamaco en début de faena (Photo Anthony Maurin).

Premier en piste, donc, Chamaco. Dur de se remettre dans le bain et dans le rythme mais le toro ne l'aidant pas, le piéton ne s'est pas fait trop mal aux reins. Il torée simple, rapide et attend de voir son second adversaire. Une épée, pas trop mal placée.

Après sa traditionnelle cogida, Chamaco a renoué avec le passé sur son second toro (Photo Anthony Maurin).

Il coupera une oreillette vite contestée par un public bien trop prompt à refuser un si petit cadeau... Une oreille, il n'y a rien de mal à la donner à quelqu'un qui fait un petit coucou et qui s'en va. Bref. Évidemment, Arles n'est pas Madrid et on se demande pourquoi ! Chamaco s'est laissé embringuer par la fougue et la passion. Un début de faena explosif, détonnant même. Sauf que... Chamaco n'a pas perdu ses habitudes, il s'est fait prendre. Plus de peur que de mal et une jolie montée d'adrénaline pour l'Espagnol qui s'est lancé dans l'huile d'olive. Les genoux plantés à terre, Chamaco se rebiffe et regagne l'affection d'un public qui renoue avec cette sensation oubliée. Contestant l'oreille, le public ne laisse pas d'autre choix à Chamaco que de planquer son trophée pour faire une vuelta heureusement dignement célébrée.

Castella, détail de cape (Photo Anthony Maurin).

On a vu un Sébastien Castella à double détente. Sur son premier, il fut d'une lenteur extrême. Se positionnant exactement dans les bons terrains, il transforme sa faena en oeuvre d'art millimétrée pour le triomphe. On dit que c'est un grand torero, Castella est un maestro, tout simplement, nous boudons pas notre plaisir. Il a avec lui la connaissance du toreo, il veut aller chercher le toro dans des terrains inédits et il le fait avec brio. Hélas, c'est à l'épée qu'il a perdu le bénéfice de son génie.

Douceur et main gauche pour le Biterrois Sébastien Castella (Photo Anthony Maurin).

Sur son second, on a retrouvé le Castella du passé. Étouffant parfois son adversaire, il s'est ancré dans une course un peu folle. Du pouvoir, il sait avoir. De la finesse, il sait faire, surtout à gauche. Lui qui avait dit qu'il voulait tirer les passes et arrêter le temps, on l'aura préféré sur son premier duel mais mettre une telle épée, quelle chose incroyable ! Les deux pavillons tombent.

Pecho de taille pour le grand Perera (Photo Anthony Maurin).

Un autre aurait pu les faire tomber mais il n'y est pas arrivé. Miguel Angel Perera est un peu dans le même sitio que Castella. Les deux hommes ne s'apprécient guère mais quand il se fera prendre toujours sans gravité, Castella lui viendra rapidement en aide. Entamée à genoux, sa faena est digne d'un livre d'école. Perera a passé en revue les classiques en y mettant sa touche personnelle. Salut au public car la mort fut longue et le descabello peu heureux.

Naturelle profilée pour Miguel Angel Perera (Photo Anthony Maurin).

Enfin, une vuelta pour récompenser Perera de ses constants efforts, logique. Une faena de grand, des passes interminables et des détails de fort belles factures. Simplicité et efficacité, Perera joue des coudes, se rapproche des cornes et termine sans bouger les pieds avec une série d'une dizaine de luquecinas du plus bel effet. Là encore trois envois et pas d'oreille. Bronca et vuelta.

Un réel plaisir de revoir Chamaco (Photo Anthony Maurin).
Porté a hombros, Sébastien Castella est une nouvelle fois sorti en triomphe des arènes d'Arles (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /data/www/root/www.objectifgard.com/wp-content/plugins/adrotate-pro/adrotate-output.php on line 651