ActualitésPolitique

PONT-SAINT-ESPRIT Gros sous et patrimoine au programme du conseil municipal

Jeudi soir, lors du conseil municipal de Pont-Saint-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

31 délibérations, pas un vote contre : le conseil municipal de Pont-Saint-Esprit a été plutôt calme, jeudi soir, alors que des dossiers importants étaient à l’ordre du jour.

Premier (long) chapitre : le vote des comptes de gestion et des comptes administratifs 2018, photo finish de l’exercice comptable. En clair, il y a le budget, avec les prévisions de recettes et de dépenses, et les comptes administratifs et de gestion, qui constituent la réalité de ce qui a été perçu et dépensé. On y découvre que la Ville a dépensé 12,2 millions d’euros de fonctionnement et 6,9 millions d’euros d’investissement. Pendant ce temps, ses recettes ont été supérieures, si bien que la Ville présente un excédent de 2,99 millions d’euros à l’issue de l’exercice. Un chiffre salué par l’opposant Gérard Guillen, « même si on ne peut que regretter qu’il n’y ait pas une petite part de cet excédent qui serve à baisser les impôts. » « Si on ne garde pas ces excédents, on ne peut pas finir les travaux de la RD6086 », lui répondra le conseiller municipal Cyril Benoît, avant que la maire Claire Lapeyronie ne fasse un lapsus peut-être volontaire : « c’est des provisions… des prévisions. » Tous ces comptes administratifs et de gestion (budget principal, eau et assainissement) seront votés à l’unanimité moins l’abstention de l’opposant du groupe Pont Bleu Marine Alain Salsano.

Gros sous encore avec la deuxième décision modificative du budget principal 2019. Une modification de 2,07 millions d’euros qui correspond à la reprise des résultats 2018 et des reports d’investissements. « Cette décision modificative fait la part belle aux investissements, elle est volontariste », souligne l’adjointe aux finances Nadine Chaniol. Dans le tas, on retrouve 985 000 euros pour la RD6086, 428 000 euros pour la réhabilitation du centre ancien, 343 000 euros pour les équipements sportifs, 177 000 euros pour la voirie ou encore 166 000 euros pour la nouvelle gendarmerie. On y retrouve aussi le remboursement de la dette, pour 1,4 million d’euros. « La dette grève encore fortement notre capacité d’investissement », soulignera la maire, avant d’évoquer le budget participatif et les différents projets votés par les Spiripontains. L’opposition ne pipera mot, et la décision modificative du budget sera votée à l’unanimité moins l’abstention d’Alain Salsano.

Les escaliers Saint-Pierre sur la voie de la restauration

Gros sous toujours, mais pour le patrimoine cette fois, avec la demande de financement de la restauration des escaliers Saint-Pierre. Des escaliers classés, mais fermés depuis 2013 car devenus dangereux. Le conseil municipal a voté à l’unanimité une demande de financements pour la tranche ferme de restauration, qui comprend la rampe nord, le soutènement nord et le soutènement latéral nord, ainsi que les travaux sur les réseaux secs et humides. Il y en a pour 1,13 million d’euros, que la commune espère financer avec la Région, la Direction régionale des affaires culturelles, l’État et les fonds de concours de l’Agglo pour environ 65 % du montant, gardant 392 000 euros sur son autofinancement. Cette première tranche ferme doit permettre de rouvrir les escaliers, et sera suivie, si tout va bien, de deux autres tranches pour redonner à ces escaliers leur lustre d’antan. Les travaux doivent commencer dès cette année. Par ailleurs, « les escaliers ont été proposés dans le cadre du Loto du patrimoine, on va voir s’ils sont retenus », précisera Claire Lapeyronie.

Le fait que ces escaliers sont inscrits aux Monuments historiques devrait aider à obtenir les financements nécessaires. Tout comme le fait que Pont-Saint-Esprit va avoir son secteur sauvegardé : « le 11 avril nous étions au ministère de la Culture pour présenter notre dossier, il a été approuvé à l’unanimité, précise la maire. Il faut attendre le procès verbal, mais d’ici la fin de l’année Pont-Saint-Esprit aura son Secteur patrimonial remarquable (le nouveau nom du secteur sauvegardé, ndlr). Ce sont des dossiers qui peuvent prendre vingt ans, nous l’aurons mené en six ans. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité