A la uneActualitésSociété

SAINT-GILLES Les cartels de la feria de la Pêche et de l’Abricot enfin dévoilés

(Photo Anthony Maurin).

La feria de la Pêche et de l’Abricot a réellement pris sa place dans le calendrier taurin, comblant une date et laissant la place à des jeunes pousses. La feria de Saint-Gilles aura lieu les 24 et 25 août prochains dans les arènes Émile Bilhau.

La petite cité agricole de la plaine des Costières entre pleinement dans la cour des ferias régionales qui ont la cote. À Saint-Gilles, Julien Miletto et Pierre-Henry Callet, les délégataires, font un bon boulot en proposant chaque année depuis 2014 un moment fort, la sensation du moment.

Cette année, le combat fut âpre pour sélectionner les toreros qui prendront part aux cartels de la feria. Quand on commence à se faire connaître, on veut un peu plus que ce que l’on a. Les délégataires saint-gillois se présentent également à la délégation des arènes de Nîmes où Simon Casas règne en roi depuis 1980.

Forcément, l’empresa des arènes de Madrid et de Nîmes (et de tant d’autres) a du poids, un poids que ceux de Saint-Gilles n’ont peut-être pas. Mais cela ne veut pas dire que leur investissement, au regard de cette charmante arène, n’est pas exceptionnel !

L'affiche de la feria est signé Martine Tichit (Photo Anthony Maurin).

Passons ou plutôt revenons aux cartels de cette prochaines feria. Toro Pasion, le délégataire, à mis la jambe comme on dit. Déjà, la feria s’est dotée d’un nouveau parrain en la personne footballistique de Renaud Ripart, en Croco des Costières qui sera chez lui ici. Jeune vaillant et combatif, polyvalent, humble et souriant, il torée un peu (depuis la capéa de la presse 2018) et est devenu au fil du temps un bon petit aficionado. Pour Renaud qui était présent lors de la présentation des cartels mais qui n'avait rien préparé de spécial pour sa prise de parole, " Je suis très content d'être le parrain de cette feria. Pour moi, c'était une évidence, il faut promouvoir la tauromachie avec des petits gestes "

Allez, les cartels ! Une 24ème édition tout en couleur et en douceur. Samedi 24 août à 17h30, novillada spéciale avec un défi ganadero. Cuillé et Malaga (Pierre-Henry Callet) s'opposeront et devront faire face à trois jeunes locaux. Premier en piste, Maxime Solera qui vient de tuer son adversaire arlésien sans la muleta dans une geste de bravoure rare, Carlos Olsina qui a démontré de réelles qualités esthétiques devant son novillo lors de la dernière feria d'Arles et El Rafi, qui était lui aussi du cartel arlésien et qui a marqué les esprits par son bagage technique.

Maxime Solera à Arles lors de la dernière feria de Pâques (Photo Anthony Maurin).

Solera, vaillant, prêt physiquement avec une note finesse à peaufiner, Olsina élégant et soyeux avec un concept artistique, El Rafi déjà en haut de la l'affiche malgré le peu de courses qu'il a au compteur. Une belle et grande novillada, comme on les aime et qui devrait passionner les foules (entrée générale 30 euros).

Le lendemain, corrida. Spéciale elle aussi ! En effet, le Nîmois Tibo Garcia va prendre l'alternative dans les arènes Émile Bilhau. Le jour de gloire pour le jeune, le jour pour lequel il s'est battu, celui pour duquel il a dû tant rêver et celui pour lequel il sera accompagné de deux figura del toreo. Un Français, Biterrois pour être plus précis, Sébastien Castella et un Espagnol qui était déjà venu l'an passé et qui a éclos aux yeux de tous en 2018, Emilio de Justo. Cartelazo pour une si petite arène (de 36 à 57 euros) ! Deux des triomphateurs 2018 de Madrid, rien que ça.

Tibo Garcia va prendre l'alternative, ici lors de la dernière feria d'Arles, à Pâques (Photo Anthony Maurin).

Face à eux vont défiler six exemplaires de la ganaderia piquante Fuente Ymbro. Piquante mais toréable, piquante mais d'une noblesse exceptionnelle et proposant une caste et une bravoure bien prégnantes.

Ce que l’on sait aussi, c’est la future présence du baryton Frédéric Cornille qui interprétera l’air d’Escamillo (Carmen) lors du paseo de la corrida du 25 août pour la quatrième année consécutive. Autre spécificité de Saint-Gilles, son concours d’affiches. L’artiste vainqueur fait l’affiche de la prochaine feria. Martine Tichit est sortie première des 26 candidats avec son fond bleu, son toro astifino et ses couleurs estivales.

Les arènes Émile Bilhau de Saint-Gilles (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité