ActualitésSports Gard

JEUDI SPORT Le bonheur est dans le palet

Avec désormais 56 jeunes pensionnaires, l'école de formation de hockey sur glace de Nîmes des Krokos ne cesse de grandir.

Les enfants de l'école de formation de hockey sur glace des Krokos de Nîmes (photo Krokos)

Fondé après la réouverture de la patinoire de Nîmes en janvier 2017, le club de hockey sur glace des Krokos est un club récent qui met également en avant la formation. Des enfants de plus en plus nombreux à trouver leur bonheur dans le palet.

"La formation c'est primordial. Il faut garantir une pyramide des âges pour la stabilité du club", dixit Raphaël  Facchini, directeur sportif des Krokos de Nîmes. Le message est clair pour un club qui compte seulement un an et demi d'existence. Et les jeunes gardois ont bien envie de prendre la relève. Après 36 inscriptions, en janvier 2017, pour une première demi-saison, ils étaient 56 enfants âgés de 4 à 8 ans à faire partie de l'école de formation cette saison.

Une édition 2018/2019 déjà terminée avec la fermeture annuelle de la patinoire prévue le 31 mai. L'occasion de faire le point sur les différentes équipes de jeunes de ce sport original plutôt pratiqué en montagne, loin des habitudes des Nîmois, mais qui attire : "Je suis impressionné. Je ne pensais pas qu'il y aurait un tel engouement aussi vite. Je suis optimiste pour la suite", confie Raphaël.

Un plaisir de patiner et de taper dans le palet pour le sport d'équipe considéré comme le plus rapide du monde. Un effet de masse qui a permis aux joueurs de la catégorie U9 de participer à un tournoi majeur à Briançon (Hautes-Alpes) où ils ont pu affronter des équipes suisses, tchèques ou encore italiennes. Un séjour de trois jours pris en charge par le club.

Une discipline dont la pratique reste assez chère entre l'entretien de la structure, un équipement lourd et des déplacements lointains car il n'y a pas de patinoire dans chaque ville. La licence plus les cotisations revient à 300€ par enfant chez les Krokos. Il faut quasiment ajouter la même somme pour l'équipement composé notamment des patins et de la crosse. Un harnachement qui peut monter jusqu'à 2 000€ chez les professionnels. Un budget conséquent pour une pratique capricieuse.

Si jeune, ça fait beaucoup de poids sur les épaules ! (photo Krokos)

"Pour que les enfants mordent complètement à l'hameçon, on prête le matériel dans un premier temps avant que les parents investissent", précise le représentant du club. Une passion en nette croissance. Après avoir réalisé une entente cette saison avec Avignon dans les catégories U11 et U13, le club nîmois va disposer de ses propres équipes la saison prochaine. De futures générations qui risquent également de compléter les effectifs à l'âge supérieur. "Chez les 15 ans et 17 ans, avec les études qui prennent parfois le pas, on est jumelés avec Narbonne", explique Raphaël.

Un virus de la glace attrapé aussi par certains adultes. "On a des parents de joueurs qui ont commencé à 50 ans. Ça leur permet de voir que ce n'est pas si simple et d'éviter d'hurler pour rien au bord de la patinoire", plaisante celui qui possède un diplôme d'État d'entraîneur. Ils trouvent leur place dans une équipe loisirs dédié aux débutants et aux débutantes. Les plus confirmés qui veulent s'amuser ont également leur team, pour un total de 60 joueurs loisirs.

Pour attirer un maximum de jeunes gardois vers le hockey, les Krokos comptent sur leur équipe première. Classée en 3e division, elle vient d'échouer en barrages pour accéder à l’échelon supérieur mais la montée est le réel objectif de la saison prochaine. "Avec les journées portes ouvertes et le concept "amène un ami", on a récolté une quinzaine de pré-inscriptions", se réjouit Raphaël. Des animations sont également prévues durant l'été à la galerie marchande Cap Costières.

La relève est assurée (photos Krokos)

Le club gardois espère atteindre les 250 licenciés à la prochaine rentrée. Un chiffre plus qu'honorable pour une structure qui fêtera seulement sa deuxième saison pleine. "Si on atteint ce nombre, on sera au niveau de Montpellier qui est un club plus ancien. Donc ça serait prometteur", poursuit notre interlocuteur. Un engouement pour le palet qui, d'après lui, a même surpris la municipalité. "Le seul point noir de la patinoire c'est la capacité d'accueil avec 350 places assises. On fait le plein à chaque fois. Même eux ne s'attendait pas à ça. Cela dit, il vaut mieux que ce soit comme ça." Une nouvelle passion nîmoise qui ne cesse grandir et pourquoi pas faire de Nîmes dans quelques années, une terre de glace, aux marches du... palet.

Corentin Corger

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité