A la uneActualitésCultureSociété

MARGUERITTES Le 4e salon international du couteau se déroulera les 1er et 2 juin prochain.

Un engouement grandissant pour un artisanat dons la cote ne cesse d'augmenter.

Michel Gillet, président de la confrérie marguerittoise des forgerons couteliers  au travail (Photo D.R)

Un rendez-vous à ne pas manquer, celui du 4e salon du couteau les 1er et 2 juin prochain à la salle polyvalente de Marguerites, avec 55 exposants, un grand carré de forge et de nombreuses démonstrations. Ou comment renouer avec l'art ancestral de fabriquer l'outil le plus utilisé au monde. 

La Confrérie marguerittoise des forgerons couteliers, une bande de passionnés unis par des valeurs de partage, de transmission, d'entraide, de fraternité mais surtout le savoir-faire et la passion de la transformation du fer, imagine il y a quatre ans d'organiser un salon du couteau. Tous bénévoles, ils y consacrent du temps et de l'énergie et sont soutenus par la mairie de Maguerittes qui met à leur disposition la salle polyvalente. Et l'aventure commence.

Quatre ans après, ce sont 55 exposants venus de la région, de l'hexagone et d'au-delà des frontières, qui viendront présenter leurs créations et leurs savoir-faire sur deux jours. Une manifestation qui bénéficie aujourd'hui de l'appui logistique de la Chambre de métiers et de l'artisanat du Gard et de la collaboration d'un esprit curieux, celle de Philippe Berta, député de la 6e circonscription du Gard.

Salon du Couteau (photo Véronique Camplan)

"Si l'on avait organisé ce salon dans les années 70, nous aurions eu trois exposants, constate Pierre Raymond, un des membres fondateurs et porte parole de la Confrérie. Aujourd'hui ce sont 5 000 personnes dans le monde qui sont reconnues comme capables de fabriquer des couteaux entièrement de leurs mains." Un savoir gommé par l'industrialisation et redécouvert aujourd'hui.

Le couteau est le premier outil fabriqué par l'homme, il y a 150 000 ans. On l'appelle un biface et il est déjà adapté aux usages multiples. Aujourd'hui, il s'invente un nouveau couteau tous les jours et selon la Confrérie, le salon nous en fera découvrir quelques-uns. Car nombre d'exposants seront des couteliers réputés qui feront le déplacement avec leurs plus belles créations. Si l'on doit n'en citer qu'un, ce sera Fred Perrin, ancien instructeur des forces spéciales, qui est l'homme qui vend le plus de couteaux au monde.

Un carré de forge installé

Cette année, le carré de forge sera encore plus imposant que l'an dernier et les hommes ne ménageront pas leurs efforts pour offrir de spectaculaires démonstrations. Un exercice qui fascine garçons et filles de tous âges, comme l'ont constaté les forgerons pendant les derniers jeux romains où ils ont sorti de leurs mains des armes de rois barbares.

Comme chaque année pendant le salon, un concours viendra récompenser un coutelier dans la spécialité choisie. Cette année, le couteau tactique, aux usages militaires d'intervention mais aussi de secours. Car, comme le faisait remarquer, Henri Brin, président de la Chambre de métiers et de l'artisanat du Gard, "le couteau est à la fois l'outil le plus utilisé par tous au quotidien et une arme létale".  Peut-être est-ce cette ambivalence qui le rend si fascinant ? Ou peut-être pas... "À l'ère du virtuel, taper sur une enclume pour transformer du fer incandescent est l'une des façons les plus naturelles de rester en équilibre", comme se plait à dire Pierre Raymond.

Cette année, c'est promis, la fête sera aussi belle que les pièces présentées, dont les prix varient de 30 à 3000€, ce qui satisfera, cuisiniers, convives, campeurs, collectionneurs et même, le député qui compte un ami dans la confrérie et se réjouit déjà de l'événement. Il ne peut s'empêcher d'évoquer la métaphore qu'il emploie pour ses étudiants, leur expliquant "qu'un couteau suisse a plusieurs lames et que c'est comme ça qu'il faut envisager la vie … Chaque lame ayant un usage même les plus petites …" À méditer.

Véronique Palomar Camplan

Pour retrouver toutes les informations sur le salon, rendez-vous sur la page Facebook : Confrérie marguerittoise des forgerons couteliers.

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité