A la uneActualitésSociété

GÉNÉRAC Après deux nouvelles attaques imputées au loup, les éleveurs sont à bout

Les éleveurs rencontrent ce soir le préfet pour demander des battues d'élimination.

Attaque de loup (photo Véronique Camplan)

"Entre loups et éleveurs, il n'y a pas de cohabitation possible." Le message est clair. Après deux attaques en deux jours, quatre bêtes tuées et plus d'une dizaine blessées, dont la moitié devront être euthanasiées, l'exaspération des éleveurs est à son comble. Le préfet reçoit aujourd'hui éleveurs et représentant locaux de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles).

Générac et les communes alentours comptent nombre d'éleveurs. Depuis 2017 ils ont constaté 400 attaques et comptabilisé 100 bêtes sont mortes. "Un préjudice estimé à 100 000 € en comptant les investissements pour la protection des troupeaux", affirme Fanny Tamisier, éleveur à la tête de 800 têtes, responsable des éleveurs à la FNSEA, à la Chambre d'agriculture et au syndicat ovin.

Un loup pris surpris par un photographe à Bellegarde (photo d'archives)

Pour les éleveurs, nul doute possible, ces forfaits ont été commis par le loup des Costières. Depuis 2017, date à laquelle il a été repéré pour la première fois, les témoignages de ceux qui l'ont vu sont nombreux. Une caméra et un appareil photo posés à proximité des pacages aurait capturé son image à plusieurs reprises. Aucune ne le montre néanmoins en train d'attaquer un troupeau.

Les éleveurs affirment avoir pris leurs précautions : clôtures électriques, parc restreints et éclairés. Certains ont même opté pour le patou, un chien spécialisé dans la garde des troupeaux contre les intrusions. Rien n'y fait. Jimmy Felon, éleveur se dit découragé. "J'ai un patou pour 300 bêtes, constate-t-il. En cas d'attaque, il ne peut pas être partout". Les éleveurs sont aussi confrontés au excès de zèle de l'animal qui a tendance à se monter agressif avec tout types d'intrus.

"J'ai des terrains en bordure du chemin de Compostelle. Les patous, n'aiment pas les marcheurs…" ,déplore un éleveur qui pointe que, concernant le canidé, "les clôtures électriques ne l'arrêtent pas plus, ni la lumière." Quant aux bergers "modernes", ils font deux surveillances quotidiennes. Les moutons sont dans des champs clôturés sans surveillance, surtout la nuit et le matin tôt, périodes de prédilections des attaques.

Fanny Tamisier à côté d'une de ses bêtes victime d'une attaque (photo Véronique Camplan)

Le loup n'a donc jamais été pris sur le fait.  "Il y en a peut-être plusieurs", pensent certains éleveurs devant l'ampleur des attaques et leur répétition à intervalles rapprochés. Certains en auraient vu un gris et un noir… D'autres restent attachés à la version du loup unique. "C'est un viandard, une bête sauvage. J'aime les pâtes, j'en mange trois fois par jour. Il en fait autant avec les moutons", affirme un un éleveur dont l'exaspération est à son comble.

Au point qu'il souhaite à plusieurs reprises une attaque sur un humain pour faire bouger l'opinion. Un argument repris quasiment à la ronde. "Une attaque sur un enfant ça nous ferait du bien,"  affirme l'un deux au micro d'une consœur.  Des propos durs mais qu'ils expliquent par le fait que la profession se sent abandonnée par l'État et ignorée par l'opinion publique.

Le préfet a promis de recevoir en fin de journée une délégation d'éleveurs et des responsables de la FNSEA. Ces derniers lui demanderont le retour des brigades de louvetiers pour des surveillances, non pas de 19h à minuit, mais toute la nuit ainsi que des battues destinées à éliminé le prédateur. Concernant les attaques d'hier et d'aujourd'hui, la direction des services vétérinaires a procédé à des prélèvements qui sont en cours d'analyse.

Véronique Palomar-Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

6 réactions sur “GÉNÉRAC Après deux nouvelles attaques imputées au loup, les éleveurs sont à bout”

  1. « Une attaque sur un enfant, ça nous ferait du bien », quelle tristesse d’en être arrivé là. A force de nier la dangerosité du loup, on pousse les éleveurs au désespoir. Les citadins et d’abord les « décideurs » feraient bien d’écouter leur détresse.
    En France, les dernières attaques mortelles sûres du loup sur l’homme datent de 1880 (loup prédateur) et 1883 (loup enragé). Mais en Russie, il y en eut en 2009 et 2015, et en Inde, durant l’hiver 2018-2019.

    1. Quelle tristesse surtout d’en arriver à dire de telles conneries… Mais bon l’attaque sur un enfant ils peuvent l’attendre un moment donc ils vont devoir faire avec. C’est fou quand même que seuls les éleveurs français soient pas capables de cohabiter avec les prédateurs (les loups bien sûr mais aussi ours et lynx)… Quand on sait qu’une clôture électrique placé à 25cm du sol et une autre à 63cm suffit à empêcher des loups de passer… Les loups européens ont été tellement traquer, d’aujourd’hui la peur de l’homme est génétiquement ancré chez ces loups. Et cela se voit même chez les loups en parc.

  2. Oh et j’oubliais, même lorsqu’ils n’avaient plus de loups en France, il y avait quand même des attaques sur les troupeaux. Un complot ? Les Illuminati? Des chiens simplement, et ils n’ont pas arrêtaient d’attaquer des troupeaux depuis le retour du loup en France. Sauf que depuis que les loups ont fait leurs retour en France, dès qu’il a une attaque sur un troupeau, les éleveurs crient de suite aux loups. Ben oui une attaque de chien, ils seront pas indemnisés, alors qu’avec une attaque de loup oui. Et puis c’est plus vendeur et spectaculaire… Les loups attaquent aussi des troupeaux, je ne le nie pas, mais c’est 0,01% du chapelet par an. C’est ridicule. Ironiquement la France est le pays dont les éleveurs ont le plus de difficulté face aux loups alors que c’est aussi le pays qui indemnise le plus les pertes dû aux loups et les systèmes de protection… 80% est pris en charge.

    1. « 0,01 % du chapelet » (sic, pour cheptel), ça c’est du scientifique… D’où tirez-vous ce pourcentage ? De l’ONCFS, cette noble institution chargée d’accompagner la diffusion du loup sur notre territoire ? Quant aux fameux chiens errants, c’est fou ce qu’ils pullulent depuis le retour d’un certain canidé par le Mercantour…

      Pour ce qui est de mes « conneries », je vous mets au défi de réfuter les faits datés que j’ai avancés. Les attaques prédatrices de loups sur l’homme sont très rares en France après 1820, mais elles ont continué en Finlande (jusqu’en 1880-1881), en Russie, en Inde… Il y en eut même en Amérique du nord, voyez les cas tragiques de Kenton Carnegie (2005) et Candice Berner (2010).

  3. Exterminer le loup, quelle belle perspective ! Pourquoi ne pas faire appel à des spécialistes pour pouvoir trouver des solutions afin de conserver ce rare spécimen. Et là cohabitation est peut être possible si l’animal peut trouver à manger dans la nature… Mais peut être qu’il n’y a plus rien dans la nature ? Plus de lapin,lièvre, gibier à plumes ! Quand on lit les commentaires des paysans , on a plutôt l’impression d’être face à un animal doté de supers pouvoirs ! Il passe les clôtures électriques, les patous et les caméras !!?

  4. bonjour, mes grands parents ont connu le loup, les renards. la nuit, le troupeau était enfermé, si il n’était pas possible de les protéger, ils laissait deux bêtes malades ou âgées en dehors de l’enclos (loin) pour sacrifice , l’enclos avait 2 mètres de haut orné de cloches et boites de conserves pour alerter d’une attaque, les chiens avaient des colliers anti-loups avec des clous, le cou des agneaux brebis moutons chèvres était protégé avec une toile pour attacher un raccord acier (tuyaux, gouttières)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité