A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Nos aînés font-ils encore partie de nos vies ?

Le Living lab de la fondation à Nîmes.

L'Institut méditerranéen des métiers de la longévité est une fondation un peu à part mais qui a de l'avenir...

Tout au long de l’année, l'I2ML accompagne des projets à vocation sociétale en lien avec la thématique de la longévité. Ces animations, projets et produits doivent offrir un caractère ludique et pertinent favorisant le " bien-vieillir ".

Les villes sont de moins en moins jeunes et les seniors composent le plus clair de leur substrat. Que fait-on des vieux ? Comment leur permettre de rester une partie active de la société moderne ? " Avant, les personnes âgées étaient silencieuses, en bout de table. Aujourd'hui, une génération qui a connu les années 1960 et les libertés arrive et amène une nouveauté. Le monde d'aujourd'hui n'arrive pas à inclure les vieux alors que 30 % de la population seront bientôt composés de vieux... On ne peut pas ignorer un tiers de la population quand même ! ", pose Jean-Marc Blanc, directeur de l'I2ML.

(photo d'illustration)

La domotique, les voitures autonomes, les innovations en tout genre... Tout ce qui est fait pour faciliter la vie du citoyen est aussi fait pour faciliter celle du vieux. D'ailleurs, pourquoi séparer le citoyen du vieux alors que c'est justement le vieux qui vote le plus, qui consomme sans cesse, qui voyage, qui fait encore du bénévolat et qui s'occupe d'aider la cellule familiale en compensant les heurts de la vie courante.

La majorité des Français a plus de 40 ans. " Les vieux produisent de la richesse et les technologies de la silver économie doivent accompagner les besoins de la population. Les vieux doivent redevenir des citoyens reconnus et respectés. Nous devons en finir avec les stéréotypes et les poncifs. Les vieux sont loin d'être inadaptés ", poursuit le directeur.

" Le vieux n'est pas moins que les autres "

Oui, les vieux sont aussi malins que vous et moi. La première fois que vous avez eu dû faire vos lacets sans personne pour vous expliquer comment bien réaliser une ganse... C'est pareil pour un vieux qui se retrouve avec une tablette dans les mains ! Il faut un processus d'apprentissage pour tout le monde à n'importe quel moment de la vie. Jean-Marc Blanc enchaîne : " Mais comme ils sont vieux, on ne le fait pas. Le vieux n'est pas moins que les autres, les sociétés anciennes les respectaient bien plus. Nous imaginons un service ou un outil et nous le faisons en partenariat avec les personnes âgées, fragiles et les personnes qui s'en occupent. Nous avons une équipe pluridisciplinaire qui est à même de d'apporter une expertise sur tous les sujets et nous avons des partenaires privés ou publics car nous répondons également à des appels à projet. "

L'équipe de l'I2ML.

26 % de plus de 65 ans !

La Région Occitanie est composée, à plus de 26 % de personnes âgées de plus de 65 ans. Au Japon, c'est 29 % ! Notre région est un laboratoire à ciel ouvert du vieillissement. Nous avons le littoral, le soleil, les métropoles... Le vieillissement des cœurs de villes posent problème comme les zones pavillonnaires qui ont des maisons trop grandes pour des personnes âgées. Notre région est passionnante ! ", assure Jean-Marc Blanc.

Photo : I2ML.

La présence de l'I2ML à Nîmes n'est pas anodine. Et le directeur de poursuivre : " Nîmes est la ville de plus de 100 000 habitants où les vieux préfèrent habiter en France. C'est pas glamour, ça plombe le moral de dire ça mais c'est pourtant vrai et personne ne s'en flatte. Le vieillissement va obliger de nombreuses mises en place de politiques qui ne verront peut-être pas de lendemains joyeux, il faudra faire des choix ".

Un futur ministère de la Transformation démographique ?

" En France, on n'a pas vu arriver le problème des banlieues alors qu'il était flagrant. On n'a pas rien fait pour l'écologie, pour les transports... Notre société a une vision du monde qui avance à très court terme. On gouverne en silo et pour les vieux, seul le ministère de la Santé est la réponse alors que c'est le ministère de l'Environnement qui devrait parler des vieux. Les vieux ne sont, pas en majorité, dans les hôpitaux ! On demande la création d'un ministère de la Transformation démographique. "

La Région Occitanie est en train de mettre en oeuvre un cluster silver économie qui devrait mettre en perspective tous les projets qui concernent les personnes âgées. " Nous nous battons depuis plus de deux ans pour faire changer les choses, c'est dur... Aux USA ou en Scandinavie, les personnes âgées sont bien plus incluses dans la société. Le communautarisme arrive plus tard. "

Les personnes âgées font pourtant partie de la vie quotidienne des Français. Pourtant, on ne veut plus les voir... (Photo Anthony Maurin).

Le Living Lab de l'I2ML à Nîmes est tourné vers le domicile. Celui de Toulouse traite plutôt de la ville et des déplacements. De nombreux objets et services sont en pleine évolution, d'autres devraient émerger très prochainement. La tablette a révolutionné les échanges. " On peut vraiment créer du lien entre les personnes en les utilisant. Il va y avoir de nouveaux programmes qui rapprocheront les gens ", conclut Jean-Marc Blanc.

Le Living Lab de Nîmes est un laboratoire d’expérimentation mêlant la configuration d’un espace domestique à la technologie de pointe permettant l’observation et le suivi d’activité. Il a été conçu pour moduler l’espace à volonté, en fonction des besoins spécifiques de l’étude et afin de s’approcher au mieux des conditions réelles de vie variées des personnes âgées. Sa technologie (une centaine de capteurs, micros, caméras, sol intelligent) permet l’observation en direct et a posteriori ainsi que le relevé de données et métriques relatives à l’activité humaine.

Les partenaires de l'I2ML sont aussi vastes que le CHU de Nîmes : la Carsat, des mutuelles, des services à la personne, des Ehpad... Nîmes métropole subventionne la structure à hauteur de 20 % et les 80 % manquants sont débloqués par les avancées et les recherches de la fondation.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité