Brèves

REPLAY Le Nîmois Patrick Magès propose un « Tête à tête » autour de la presse

Le Nîmois Patrick Magès propose depuis plusieurs mois l'émission 100% vidéo "Tête à tête", sur le réseau social Facebook. Cette semaine, au restaurant le W de Nîmes (lieu de tournage), il proposait une émission autour de la presse. Notre directeur, Abdel Samari, était l'un des invités de l'émission sur le thème de la liberté de la Presse.

Le rôle de la presse écrite dans les pays démocratiques a toujours été important, à tel point qu'on a appelé cette presse le "quatrième pouvoir", dont une des fonctions principales - à part d'informer - est d'observer de manière critique. Balzac a même rajouté et affirmé en 1840 que «La presse… attaque tout et personne ne l'attaque. Depuis l’ère de l’Internet la diffusion de l’information s’est métamorphosée. Et qu’en est-il de la liberté de la presse?

Voici le postulat de départ du débat organisé dans le cadre de l'émission "Tête à tête" avec Abdel Samari, le directeur d'Objectif Gard, et Michel Pelamourgues, journaliste du Club de la presse et de la communication du Gard. Cette émission est préparée et animée par Patrick Magès, avec Benjamin Baron à la vision.

Une émission que vous pouvez revoir :

Etiquette

Linda Mansouri

Après un Master 2 en Communication, j'ai choisi d'intégrer un journal dans l’ère du temps et trait d'union entre les Gardois... Ma mission: inventer tous les jours de nouvelles façons de vous interpeller, de vous surprendre et de créer du lien avec vous !

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “REPLAY Le Nîmois Patrick Magès propose un « Tête à tête » autour de la presse”

  1. La presse écrite, les médias en général, sont aujourd’hui dans les mains de quelques groupes, de quelques personnes. Ils servent l’idéologie dominante et non l’information, d’où la méfiance, la défiance des gens envers ce qui est perçu comme des lobbies.
    Les médias sont subventionnés, les patrons, les journalistes, les politiciens sont un réseau qui se protège en imposant leur vision autour de leurs intérêts.
    Sans généraliser ni amalgamer, il faut reconnaître l’évidence, la presse, les médias ne sont pas à la hauteur des enjeux démocratique, à l’instar de nos institutions.

    Conseiller R.N Nîmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité