A la uneActualités

VÉZÉNOBRES La figue prend racine

La Maison de la figue a ouvert ses portes ce mercredi 3 juillet. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Après plusieurs mois de travaux, la Maison de la figue (*) a ouvert ses portes, ce mercredi 3 juillet, dans les mêmes bâtiments que le Bureau d’information touristique de Vézénobres.

De la terrasse du château Girard où elle a élu domicile, la Maison de la figue veille sur le verger-conservatoire où près d’un millier de figuiers se côtoient, les uns à côté des autres. Quelques marches relient les deux lieux, permettant ainsi de découvrir l’histoire de ce fruit devenu l’emblème de Vézénobres dès le Moyen-Âge. À cette époque, les marchands et pèlerins qui transitaient sur le chemin de Régordane s’arrêtaient dans la cité médiévale, déjà connue pour ses figues que les habitants faisaient sécher sous les abris des maisons.

Plusieurs tonnes de figues séchées étaient aussi vendues à la foire de la Saint-André, qui se tenait le 30 novembre. Une tradition tombée dans l’oubli, puis ravivée à la fin des années 1990 avec la manifestation « Jours de figues », organisée par l’association Penja Figas.

Des panneaux explicatifs permettent de comprendre l histoire de la figue à Vézénobres. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

En l’an 2000, le Conservatoire botanique national de Porquerolles choisit Vézénobres pour dédoubler une partie de sa collection de figuiers, faisant ainsi du village un lieu de mémoire et de sauvegarde autour de la figue. « Depuis sa plantation, le verger n’avait pas été taillé, explique le figuiculteur Jicé Robin. Il y a deux ans et demi, nous avons relancé sa réhabilitation pour le remettre dans un état sanitaire satisfaisant. Il fallait sauver la totalité des variétés. En un an, les arbres ont retrouvé une énergie fabuleuse et nous avons mis en place un système d’irrigation spécifique. » Parallèlement, le projet de créer une Maison de la figue prend forme.

Un espace de vidéo-projection a été aménagé. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

« Ce lieu est la vitrine de la tradition figuicole de Vézénobres », indique Magalie Bonnet, responsable des lieux. La première salle est dédiée à l’espace accueil/boutique, mutualisé avec le Bureau d’information touristique, où l’on trouve de la documentation et un point de vente de produits dérivés de la figue. À côté, un espace scénographique de 200 m² abrite des contenus explicatifs et pédagogiques, ainsi que des activités ludiques.

Enfin, pour faire vivre cette Maison, des visites guidées et ateliers seront régulièrement organisés : découverte et dégustation, cueillette dans le verger, ateliers cuisines ou encore apéros vignerons. Et pour que la figue soit reconnue au même titre que l’Oignon doux des Cévennes, la marque « Figue de Vézénobres » a été déposée et la démarche de labellisation « Site remarquable du goût » est en cours. Au sein de ce village de caractère, la figue ne pouvait pas rêver plus belles terres.

Espace accueil/boutique. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Élodie Boschet

* Le coût de la Maison de la figue s’élève à 282 280€, financés par des fonds Leader Europe, l’État, Alès Agglomération, la commune de Vézénobres et Action Tourisme.

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité