A la uneActualitésCulture

FAIT DU JOUR Les enfants accros au micro avec Radio Sommières

Maeva Belin, animatrice, et Erwan Averty, fondateur de Radio Sommières en 2000 (Photo Corentin Corger)

Diffusée sur les ondes depuis 2000, Radio Sommières a su s'imposer dans le monde des radios associatives. Sa particularité : la plupart des émissions sont animées par des enfants âgés de 9 à 18 ans. 

Hormis une petite expérience d'une semaine auparavant, c'est véritablement sous l'impulsion d'Erwan Averty que Radio Sommières voit le jour en 2000. Ce Breton débarque par amour au bord du Vidourle et va directement mettre en place ses idées pour aider à l'épanouissement des enfants en tant qu'animateur au centre de loisirs intercommunal. Un site dont les activités sont assurées par les Francas du Gard, l'antenne locale d'un mouvement d'éducation populaire, complémentaire de l'école et reconnue d'utilité publique par le ministère de l'Éducation nationale.

Parmi les projets qui animent Erwan, celui d'une radio associative est en haut de la liste : "J'avais participé au lancement de Radio Campus Rennes donc j'avais déjà une expérience dans ce domaine." Une idée à laquelle le jeune homme est seul à croire à ce moment-là. "C'est un outil d'animation pertinent. Les gens n'y croyaient pas trop et me rigolaient au nez. Alors j'ai investi moi-même en achetant un lecteur et des CD dans un magasin pas cher", raconte t-il, tenace. Le temps lui donne raison. La mayonnaise prend et pendant neuf ans, Radio Sommières est diffusé sur la fréquence 102,9 de la bande FM, de manière temporaire, c'est à dire de septembre à juin.

Reda et Marouane à l'antenne aux côtés de Maeva (Photo Corentin Corger)

Durant cette période, sept à huit émissions sont réalisées chaque semaine. "On a débuté dans un local de 10 m2 avec deux tréteaux et une planche", se souvient le sourire aux lèvres Erwan. En 2010, la radio va changer de cap et remporte l'appel d'offre lancé par le CSA pour devenir station permanente. Une évolution également professionnelle pour Erwan, alors directeur du centre de loisirs qui décide de se dévouer pleinement au projet radiophonique.

Fonctionnant au début sur les fonds du centre, le fondateur de la radio fait le choix de la rendre autonome. Pour faire tourner les émissions sur les ondes, cela revient à un budget annuel de 120 000 €. En tant que radio associative elle bénéficie de soutiens précieux comme celui des Francas ou encore du Fonds de soutien à l’expression radiophonique (FSER) qui finance les deux rémunérations d'Erwan et Maeva, les deux salariés.

Diffusée dans le Gard et l'Hérault

Les enfants participent également puisqu'ils payent chacun une cotisation à hauteur de 50€. La mairie joue le jeu en prêtant une partie des locaux de l'espace culturel Lawrence-Durrell, refait à neuf en 2017, où la radio bénéficie de son propre studio. L'achat du matériel d'un niveau professionnel est pris en charge par les Francas.

Car ici il n'y a pas de mécénat ni de publicité et du coup pas de sondage pour montrer les chiffres de l'audimat aux commerciaux des entreprises privées. "On se bat pour ne pas rentrer là-dedans", explique Erwan. Une ligne éditoriale claire qui bannit à l'antenne les faits divers, la politique : "On se doit de protéger les enfants. Et puis je suis responsable de tout ce que disent les enfants. En vingt ans, je n'ai pas eu de souci ni de plaintes." Concernant la musique diffusée, le commercial est toléré dans les émissions mais sinon la part belle est faite aux artistes indépendants.

En 2019, ce sont près de 32 émissions qui sont tournées en direct du mardi au samedi et dont les deux tiers sont animées par des enfants de 9 à 18 ans, qui viennent le mercredi et après les cours. Ce qui fait un effectif compris entre 60 et 70 enfants animateurs bénévoles. Le 102.9 s'écoute sur le Gard et l'Hérault dans un périmètre délimité par les communes suivantes : Caveirac, Sommières, Castries, Lunel et Vauvert. En tant que radio pédagogique, les sujets abordés sont le cinéma, la littérature, la musique, les sorties et des infos insolites.

Léonie, Juliette et Nina préparent leurs émissions (Photo Corentin Corger)

Le mercredi où nous nous rendons dans les studios, c'est "Boom l'émission récré" qui passe à l'antenne, animée cette fois-ci par Marouane (14 ans) et Reda (13 ans). "On se connaît tous et on rigole entre potes. L'émission est libre, on parle de ce que l'on veut", savoure le plus âgé qui a rejoint l'aventure cette année.

Pour son collègue, parler au micro lui a permis de s'affirmer : "J'étais un peu timide et réservé. Grâce à la radio je suis plus libéré." Reda qui a même la chance parfois, "d'avoir mes amis qui m'écoutent", et qui envisage une piste pour sa future voie professionnelle, "peut-être journaliste." À l'entrée de la station, Léonie, Juliette et Nina, toutes trois âgées de 11 ans, préparent assidûment l'émission "Aux 4 coins du monde." Elles peuvent toujours compter sur le soutien de Maeva qui observe les différents progrès, "au fur et à mesure ils sont capables de sortir de leurs feuilles et d'en dire plus que : "je sais pas" ou "oui, pareil". C'est une bonne pression moins stressante qu'à l'image." 

Une passion devenue un métier

Au fil des années Radio Sommières a acquis une vraie reconnaissance dans le milieu et l'infatigable Erwan multiplie les animations dans tous les sens : "J'aime créer des nouveaux projets. Faire ce qui a déjà été fait, ça me fait chier", avoue t-il. De ce postulat, la radio est organisatrice ou partenaire de quasiment 300 événements par an. Elle ouvre aussi ses portes au public handicapé avec des enfants atteints d'autisme et également à ceux placés par la Protection judiciaire de la jeunesse. "Pour eux, c'est hyper valorisant", annote Erwan qui ouvre son studio à tous.

Grâce à la radio, Reda 13 ans, a réglé ses problèmes de timidité (Photo Corentin Corger)

Il exporte aussi la radio dans une quinzaine d'établissements scolaires du territoire sommièrois et même au-delà. Erwan a conservé son vieux matos et le prête sans arrêt pour aider des radios à se développer jusqu'à l'étranger comme par exemple au Sierra Leone. Il coordonne également une web radio nationale et communautaire, celle des Francas.

Une station qui permet aux écoles ou associations de toute la France qui font leur émission d'être diffusés pour ceux qui n'en ont pas les moyens. Cela fonctionne depuis une dizaine d'années. Radio Sommières a au total formé près de 200 animateurs dont pour une quinzaine d'entre eux, la passion est devenue un métier. "Ça rajoute de l'intérêt dans l'outil", assure Erwan. Et même si ce dernier ne se lasse pas, pourquoi pas un jour voir l'un d'entre eux devenir son successeur.

Corentin Corger

Découvrez un extrait vidéo de l'émission de Marouane et Reda :

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité