ActualitésSociété

NÎMES Les Hasta et leur Oxala, un cheval de légende

(Photo Anthony Maurin).

Nîmes recèle plusieurs pépites par forcément connues de tous. Cette année, chez les Hasta Luego, place à la séquence émotion.

Les Hasta, pour les intimes, sont une troupe de dresseurs de chevaux, de voltigeurs et surtout de professionnels du grand spectacle vivant. Oxala, leur cheval vedette, celui de tous les succès, la star, leur amour, se retire et ils lui rendent un petit hommage. Après plus de vingt ans d’art équestre, il met un terme à sa merveilleuse carrière. Il tire sa révérence comme seuls savent le faire les vrais grands artistes.

En plusieurs tableaux mêlant dressage, voltige, liberté… ils évoquent la carrière d’exception de leur compagnon de route et de piste. Il a fallu lui en murmurer des choses aux oreilles pour que ce cheval impétueux, turbulent fils d’une grande lignée lusitanienne, soit de toutes de leurs aventures et maîtrise toutes les disciplines équestres. Plus qu’un hommage, ce spectacle, qui reprend ses rôles, est une véritable plongée dans l’univers fabuleux de cette étoile…

(Photo Anthony Maurin).

Durant les mois de juillet et août, au rythme d'une à deux séances hebdomadaires, et accompagnés par un texte écrit et lu par Daniel Saint-Lary, plus de 30 chevaux expriment en 1h30 de spectacle toute la poésie et la magie de l’art équestre.

Au programme, des numéros époustouflants comme l’incontournable voltige et ses figures acrobatiques nécessitant adresse et virtuosité, le travail en liberté dont la plus belle définition reste " en liberté ne reste que la vérité ", l’équitation de travail qui fait ressortir la maniabilité, la vitesse et la sensibilité du cheval, les sauts d’école présentant tous les exercices ancestraux de l’équitation classique, dressage, carrousels, pas de deux…

Un spectacle complet qui prouve que le talent des écuyers et des chevaux demeure infini. Pour prolonger le rêve un moment unique est proposé : dans le patio des écuries tout le public peut rencontrer les artistes chevaux et cavaliers et déguster assortiments de tapas chaudes et froides.

Dans une ambiance Bodega festive et chaleureuse, animé par le groupe Los Chiquitan, chaque spectateur peut ainsi partager ses émotions sous la chaleur étoilée du ciel d’été. Une soirée de rêve et d’évasion placée sous le signe du cheval !

Les spectateurs passent de l'autre côté du miroir et ont la possibilité de visiter les infrastructure, de se rafraîchir et de se restaurer sur place, au cœur des écuries (Photo Archives Anthony Maurin).

Depuis trois générations, ils installent la légende d’une famille d’exception, héritière de la tradition circassienne et qui compte aujourd’hui parmi les plus grandes stars de l’art équestre international. Les Hasta Luego déploient depuis trente ans leurs talents de dresseurs et de cavaliers. C’est la plus ancienne écurie française de chevaux de spectacle. Pas à pas, cette famille a forgé sa réputation, avec une même passion et une exigence intacte. Elle perpétue cet engagement et ce savoir-faire.

Dresseurs et cavaliers hors pairs, ils entretiennent avec leurs chevaux une relation de confiance absolue, mêlant travail, patience et rigueur. Ces trente dernières années, ils n’ont cessé d’aller de l’avant à la recherche de nouveaux horizons, avides d’émotions et de prouesses techniques toujours plus spectaculaires.

Les spectacles ont lieu à 19h30, le mercredi 17 juillet, le mardi 23 juillet, le mardi 30 juillet. Puis le mardi 6 août, le mercredi 7 août, le mercredi 14 août, le mardi 20 août, le mercredi 21 août et le mercredi 28 août. Tarifs : 25 euros, 19 euros, 16 euros et 12 euros, gratuit pour les moins de 5 ans. Le spectacle est suivi d’une rencontre avec les artistes dans le patio des écuries, restauration sur place, buvette, tapas, ambiance festive bodega.

Domaine de l’écurie Hasta Luego, 940 chemin de Florival – D135. 30000 Nîmes (suivre ensuite les flèches avec plan d’accès à télécharger sur www.ecurie-hasta-luego.com)

(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité