Actualités

ALÈS Coup d’arrêt pour Porte Sud

Le préfet du Gard Didier Lauga a haussé le ton hier. (Photo Corentin Corger)

Hier, le préfet du Gard, Didier Lauga, a signé trois arrêtés préfectoraux qui somment notamment le promoteur Claude Dhombre à suspendre les travaux à Porte Sud.

Le centre commercial Porte Sud ouvrira-t-il, comme annoncé, courant août ? Rien n’est moins sûr. En cause, trois arrêtés préfectoraux signés de la main du préfet du Gard, Didier Lauga. Il rappelle à la SARL Foncière de France, gérée par Claude Dhombre, les précédents arrêtés sur la nouvelle modélisation hydraulique demandée (relire ici). Celle-ci n’aurait pas été respectée écrit le représentant de l’État qui considère « que la note hydraulique repose sur des hypothèses biaisées, notamment par défaut de prise en compte du PPRI (Plan de prévention contre le risque inondation, Ndlr) ».

Didier Lauga estime surtout, et c’est certainement le point le plus inquiétant, « que la sous-estimation des hauteurs d’eau en crue sur le site du projet fait peser un risque important pour les futurs usagers et employés de ce centre commercial ». Il inflige donc une amende administrative de 15 000€, une astreinte forfaitaire de 1 500€ par jour et ordonne une suspension temporaire des travaux.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “ALÈS Coup d’arrêt pour Porte Sud”

  1. L’Etat a mis du temps à faire appliquer la loi, du coup le promoteur affairiste fort de ses soutiens politiques a continué pendant des trimestres ,à se moquer de la loi et notamment du PPRI. Il a voulu, comme d’habitude, passer en force et maintenant, il va certainement faire un chantage à l’emploi comme si c’était son souci premier. En réalité , dans une zone sursaturée en commerces, cela conduit à détruire des emplois ailleurs et souvent le solde entre création et perte d’emplois est négatif.
    Les commerçants qui avaient envisagé de transférer leur activité devraient se retourner contre le promoteur et celui ci, contre les maires (Ales puis St Hilaire) qui ont validé son permis de construire en sachant pertinemment que c’était une zone inondable aléa fort. Au passage l’argument des supporters du promoteurs et de Roustan qui consiste à dire « oui mais Cora , Darty et cie sont aussi en zones inondables selon le PPRI  » ne tient pas ; d’une part parce que l’aléa est moins fort mais surtout parce qu’il s’agit de constructions commerciales réalisées avant le PPRI. Le PPRi a été justement créé pour empêcher d’en rajouter d’autres et limiter le pire en cas d’inondation. C’est un document supérieur opposable aux tiers (public ou privé) comme on dit dans le jargon juridique..
    Quel assureur prendra le risque de couvrir ces commerces s’ils parvenaient à la suite d’ultimes tractations, pressions politiciennes roustaniennes voire magouilles à ouvrir ? Qui assumera de mettre sciemment en danger des salariés et clients ? Et à quoi sert un PPRI si c’est pour l’ignorer quand un promoteur se manifeste? Sommes-nous revenus à l’ancien régime avec une loi pour les manants et une autres pour les « nobles » , les friqués?

    1. Réponse : bien évidemment que oui.

      C’est même pire que l’ancien régime, même s’ils n’ont pas encore officiellement le droit de vie et de mort ou le droit de cuissage sur les gueux-ses, ils ont parfaitement le droit de condamner à la ruine un bassin entier, sous le poids de leur corruption et de leur inlassable affairisme. Et Roustan sera réélu dans un fauteuil avec ça, acclamé par la partie de la population qui lui doit quelque chose, même si c’est trois fois rien, accompagnée par tous ceux qui applaudissent la rénovation des rues piétonnes et de l’entrée d’Alès. C’est d’ailleurs bien la seule chose qu’il peuvent applaudir, puisqu’en 25 ans, il n’a strictement rien fait d’utile pour la population, et certainement pas de tenter de réduire le chômage, sinon d’acheter la jeunesse des cités populaires par quelques emplois fictifs et contenter son électorat retraité en imposant un silence sépulcral sur la culture et la vie de la commune.

      Aujourd’hui, vous passez en ville un samedi soir, et c’est le désert et le silence. Mais les animations des proches du maire rapportent bien, merci, comme le carré rose, Alès plage ou les feux d’artifices qui coûtent une fortune aux contribuable. Pendant ce temps, des rumeurs circulent : l’édile vivrait dans un château, possèderait la moitié des immeubles de la ville et collectionnerait les voitures de collection. Bref, le parfait Balkany de province… Et on s’étonne ensuite de la rage populaire et du désintérêt pour la politique ??

      Le centre commercial ouvrira ses portes pour la simple et bonne raison que le capital l’a décidé, et que dans une démocratie libre et non faussée, rien n’arrête la « puissance d’entreprendre » des premiers de cordée et de leurs laquais politiciens. Penser qu’on peut empêcher le tigre d’attaquer ses proies et le rendre végétarien, c’est plus que de la pensée magique, c’est de la naïveté pure.

  2. Petite précision pour Jojo 30 afin de rétablir certaines contre-vérités !
    La commune de Saint-Hilaire n’est concernée dans ce projet que par le parking de ce complexe commercial. Il y a eu 3 demandes d’urbanisme successivement déposées concernant ce parking qui ont été toutes les trois refusées par la commune. A l’issue du 3ème refus, la commune a été assignée par le promoteur au tribunal administratif qui a donné raison au promoteur au motif que la réglementation du PPRI d’une manière générale autorise la création de parking et elle a donc ordonné à la commune d’accorder le permis pour le parking de ce projet. Le tribunal s’est exprimé exclusivement sur cette demande de parking concernant la commune de Saint-Hilaire-de-Brethmas et n’a pas jugé sur l’ensemble du projet.
    En tant que Maire élu depuis 2014 je me suis toujours attaché à instruire toutes les demandes me concernant de la manière la plus impartiale que cela me plaise ou non. Nous avons tous des droits et des devoirs et mon rôle en tant que représentant de l’État pour la commune de Saint-Hilaire est de répondre à cet impératif de justice et d’équité dans le respect du droit, que ce soit en urbanisme ou pour d’autres sujets relevant de la compétence communale et des devoirs rattachés à ma fonction.
    Je m’interdis expressément de procéder à des excès de pouvoir par contre il peut effectivement m’appartenir d’engager des batailles d’ordre politique comme pour le projet de complexe immobilier et golfique et dans ce cas-là de mener le combat sur le plan politique comme lorsque nous avons initié et organisé la consultation referendaire concernant ce projet et ce à l’époque en opposition totale avec les positions de l’association St Hilaire durable qui elle, ne souhaitait mener ce combat que sous forme de manifestations et de happening. C’est d’ailleurs cette différence de vision qui a principalement provoqué le schisme avec Béatrice Bernard Chamson qui était membre de notre équipe.
    De la même manière il m’appartient de batailler contre la volonté des représentants de l’État dans le Gard d’imposer à la commune des ensembles de logements sociaux hyper concentrés qui produiront les mêmes effets désastreux que ceux que nous connaissons déjà depuis des décennies en France ou dans d’autres pays, mais dans ce cas-là, la bataille se déplace sur le terrain juridique et réglementaire contre les excès de pouvoir des représentants du préfet du Gard.
    Bien cordialement Jean-Michel Perret Maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas

  3. Quelques précisions concernant les allégations de Mr Perret au sujet de Porte Sud; un permis tacite a été accordé le 15/03/2018 pour le parking du centre commercial » mois après la réinstruction du dossier de permis demandé par la DDTM en décembre 2017. Mr Perret avait tout le loisir pour refuser le permis puisque le PPRI interdit toute réalisation de ce type. Il a différé sa réponse, laissé passé les délais de recours et a donc signé le PA tacite (PA 03025917A0003)Je me suis opposée à ce projet dès le début, le promoteur etant venu le présenter aux élus. Mr Perret avait même prévu l’urbanisation commerciale dans la révision du document d’urbanisme (le PADD) avec une délibération à l’appui.
    Il faut rappeler que les parcelles sont classées en rouge aléas forts rupture de digue dans le PPRI; seules des réalisations d’intérêt général peuvent y être autorisées.

    C’est une des raisons qui ont conduit le maire à me retirer mes délégations, mais aussi mon opposition au projet de régularisation de la construction illégale de la salle de réception de Mr Georges à la Rouquette, tout comme celui du PA de 40 villas de tourisme grand standing à proximité, dans une zone agricole classée comme telle dans le PADD.

  4. Que des mensonges et de contrevérités par une personne aigrie qui a été rejeté à l’unanimité par toute son équipe.
    Oui effectivement le permis des parkings a été accordé après avoir été condamné par la justice administrative à l’accorder.
    Non il n’a jamais été question pour notre équipe d’intervenir de quelle que manière que ce soit pour régulariser la salle de réception construite de manière illégale je rappelle que j’ai personnellement représenté la commune au tribunal pour réparation du préjudice à ce sujet.
    Non il n’a jamais été question d’un permis d’aménager de 40 villas mais d’une vingtaine de chalets de loisirs dans une zone non agricole mais classé à destination touristique, pour preuve les services du préfet n’ont jamais trouvé à redire et ont validé ce permis toujours valable.
    Entre parenthèses il faudra qu’on m’explique si on veut la mort de notre commune et de notre bassin d’emploi ou si on trouve pertinent de favoriser une certaine forme de développement économique tout en respectant les réglementations d’urbanisme.
    Il ne sert à rien de mentir si on prétend vouloir me combattre je respecte les débats d’idées et d’opinions mais je trouve pitoyable de s’abaisser à des coups bas sous la ceinture en proférant des mensonges je veux bien assumer mes décisions et mes erreurs je ne suis pas parfait mais au moins que cela se fasse honnêtement.
    N’importe qui peut venir consulter à la mairie tous les éléments factuels de ce que je suis en train d’écrire ici.
    cordialement Jean-Michel Perret Maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité