ActualitésActualités Gard.Société

GARD Pas de vacances pour la moitié des Gardois

Des aides existent mais elles sont mal connues.

Partir en vacances  Un rêve que tous ne peuvent pas réaliser… (photo d'illustration)

L'observatoire des familles vient de livrer son étude 2019 intitulée "Les loisirs et vacances en famille". La période est propice pour se pencher sur le côté vacances. Et le constat est plutôt triste : dans le Gard, une famille sur deux ne peux pas partir en vacances un fois par an.

L'Observatoire de la famille est né de la volonté institutionnelle de créer un outil d'observation de la vie familiale dans le Gard. Il est piloté par un comité constitué de la CAF (Caisse d'allocations familiales), de la MSA (Mutuelle de santé des agriculteurs) et de l'UDAF (Union départementale des associations familiales). Pour réaliser cette étude 1 100 familles allocataires de la CAF et de la MSA ont témoigné de leurs habitudes.

De droite à gauche : Clément, chargé de mission à l'UDAF Gard, Véronique Palmer, directrice de l'UDAF du Gard, Christophe Boulanger, responsable départemental sanitaire et social de la MSA, Gaby Soustel, président d cela MSA, François Xavier Degoul, directeur administratif de la CAF du Gard présentant l'étude de l'Observatoire des familles (photo Véronique Camplan)

Les vacances sont ici décrites comme un temps en famille hors de chez soi. Au XXIe siècle nombre d'études montrent que ce temps de repos partagé est nécessaire voire indispensable à l'équilibre de la famille et des individus qui la composent. Ce principe posé, les constats ne sont pas surprenants.

Les familles monoparentales partent très peu en vacances. Quant aux autres, la difficulté vient souvent du manque de moyens. Ce sont les enfants qui partent seuls, dans la famille le plus souvent. Mais si ces résultats ne surprennent personne, il y a un chiffre qui doit attirer l'attention : 91% des personnes interrogées déclarent ne jamais avoir fait la moindre demande auprès d'un dispositif d'aide au départ en vacances pour des raison de désinformation ou parce qu'elles se considèrent comme non éligible à ces aides.

Les membres du Comité s'alarment de ces chiffres et promettent une meilleure communication sur les dispositifs d'aide proposés par de nombreux organismes, CAF,  MSA mais aussi par les comités d'entreprise… Reste bien sur la tranche maudite de ceux qui n'ont droit à rien mais n'en n'ont pas plus de moyens pour autant. Là aussi, le comité tire la sonnette d'alarme.

Véronique Palomar Camplan

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité