A la uneActualitésSociété

J’AI TESTÉ POUR VOUS Une plongée avec un requin baleine

Ça se passe au Seaquarium du Grau-du-Roi

L'animal est aussi grand que majestueux, aussi grand que ses proies sont minuscules  (photo DR)

L'été rime avec activité. Pour cette saison, Objectif Gard a testé pour vous des activités et des sorties insolites aux quatre coins du département. Cette semaine, nous sommes allés plonger sur la grande barrière de corail en Australie. Nous l'avons fait bien au sec et sans sortir du Gard. Il n'empêche que l'expérience est forte quelque soit l'âge et vaut le détour. 

Des cabines dédiées bleues comme l'océan

Dans la cabine, une petite fille est captivée par le spectacle et ne manque rien  (photo Véronique Camplan)

Pour plonger sur la Grande barrière de corail en Australie sans quitter le Gard, il suffit de prendre son ticket pour une visite du Seaquarium du Grau-du-Roi. Là, au premier étage, au niveau supérieur du grand aquarium des requins, trois cabines ont été aménagées pour le grand voyage. Au bout d'un câble, le fameux casque de réalité virtuelle. On s'en coiffe, il recouvre parfaitement les yeux et les oreilles. C'est parti.

Immersion

La Manta est la plus grande des raies. Elles peut atteindre presque huit mètres d'envergure. On la trouve trouve dans les mers et océans subtropicaux. C'est une espèce migratoire qui se nourrit principalement de zoo plancton par filtration (photo d'illustration Pixabay)

Ça démarre en douceur, nous voilà à la barre d'un voilier par beau temps sur un océan calme. Une voix d'homme nous met dans le contexte puis termine par "prêt pour la plongée ?". L'effet est saisissant. Immersion, comme lors d'une mise à l'eau de plongeur. La voix explique que nous sommes sur la grande barrière et se tait. Le panorama est époustouflant. Autour  de nous des coraux, de jolis poissons multicolores et le grand bleu. On entend que le bruit de nos bulles.

Première apparition, un "vol" de raies Mantas. Les raies sont apparentées à la famille des requins. Nous sommes dans le thème. Les voir de loin est un spectacle somptueux, elles sont nombreuses et s'approchent à coups de battements d'ailes majestueux. L'occasion de prendre la mesure de leur taille réelle mais aussi de vivre la 3D avec intensité. L'une des raies géantes que ne n'avais pas vue venir me "frôle la tête", je me penche puis lève les yeux, me retourne, le spectacle est partout. L'absence de commentaires accentue la réalité de ce que je viens de vivre. Les raies s'éloignent.

Quelques secondes plus tard, une ombre se profile. C'est bien lui, le plus grand poisson du monde, un requin baleine. Il atteint la taille d'une baleine, pouvant dépasser les 20 mètres et se nourrit par filtration de micro organismes qu'il aspire dans son énorme bouche. La grosse bête avance vers moi d'un train de sénateur et sa taille augmente de plus en plus. À mesure qu'il approche il ouvre sa bouche immense. L'effet est saisissant, j'ai vraiment l'impression qu'il va m'avaler et rien ne me raisonne. Je bondis en arrière, l'animal s'arrête à ma hauteur et me dévisage de son œil rond avant de poursuivre sa route, non sans donner un coup de queue qui motive encore un petit bond de côté.

Puis il disparaît lentement dans le bleu me laissant seule avec l'immensité magnifique. Devant mes yeux un sac plastique coule lentement tandis que la voix me rappelle la fragilité des océans et notre devoir de les protéger ainsi que les créatures qu'ils abritent. Après ce que je viens de vivre, s'il en était besoin, le message ne peut que passer.

Écran de contrôle

Un double écran permet à la fois de suivre les réactions des porteur de casque mais aussi de voir ce qu'il voit sans effet 3D (photo Véronique Camplan)

Lorsque l'on se trouve à l'extérieur de la cabine, on peut suivre les réactions de la personne "en immersion" et, sur un deuxième écran, on voit ce qu'elle voit (mais pas en 3D, ce qui ne fait pas du tout le même effet) ce qui permet de partager ses sensations avec d'autres. Une petite fille de six ans est très intéressante à observer. Tout de suite, elle prend la mesure de l'outil et regarde partout, se retourne, lève la tête, ne manque rien du spectacle et fait les mêmes bonds que moi. À la sortie, elle dit avoir adorer même si à certains moments elle a trouvé ça "impressionnant". Effrayée ? "Non juste un tout petit peu", avoue-t-elle.

Cette animation a été spécialement conçue pour le Seaquarium par une société montpelliéraine à l'occasion du mois des requins. Elle est gratuite lorsque l'on se trouve à l'intérieur du seaquarium. On peut donc recommencer autant qu'on veut dans la mesure des disponibilités, ce qui permet de ne rien manquer et de refaire une petite plongée sans aucun risque d'accident de décompression.

Véronique Palomar Camplan

 

 

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité