A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Défaite avec circonstances atténuantes…

Les Crocos se sont inclinés 2-0 face à Dijon, à Vauvert, ce samedi.

Les Nîmois (Photo Anthony Maurin).

Moments aux émotions diverses à Vauvert pour cet ultime match de préparation pour les Crocos du Nîmes Olympique. Une rencontre amicale et caritative en l’honneur et en hommage à Redouane Abbaoui, 36 ans, père de famille et entraîneur de Vauvert assassiné en mai dernier. Depuis hier, un incendie ravage les abords de la commune… Pas facile de penser au ballon.

Les Crocos sont venus pour affiner leur préparation sans prendre de risques. Les recrues non qualifiées, Stojanovski et Duljevic, sont sur le banc. Park, qui n’a pas encore signé, est présent mais ne figure pas sur la feuille de match. Ayant ressenti une douleur hier lors de l’entraînement matinal, Anthony Briançon est laissé au repos par Bernard Blaquart, l’entraîneur.

La feuille de match (Photo Anthony Maurin).

Après sa dernière défaite contre Reims 3-1, le DFCO voulait se remettre dans le bain, mais devait le faire sans trois joueurs « cadre ». En effet, Wesley Lautoa (cuisse), Florent Balmont (hanche) et Jules Keita (fessier) ne faisaient pas partie du déplacement.

0-2 rapidement

Coup d’envoi et cinq petites minutes plus tard, Dijon inscrit le premier but sans avoir eu d’occasion. Sur une balle en profondeur, M. Baldé se présente seul devant Bernardoni qui ne peut rien faire… 0-1. Dans la minute qui suit, Bernardoni s’impose dans un duel et repousse l’assaut dijonnais. Les débuts nîmois sont difficiles, mais Dijon ne domine pas les débats.

Avant le match, Nîmois et Dijonnais (Photo Anthony Maurin).

Alakouch, Ferhat et Ripart (capitaine) se trouvent bien. Derrière, Loïck Landre commet l’irréparable en fauchant un attaquant dijonnais dans la surface aux environ de la 20ème minute. L’arbitre siffle logiquement un pénalty que va arrêter Paul Bernardoni parti sur son côté droit avec panache. Sauf que… l’arbitre fait retirer le péno. Bernardoni repousse une nouvelle fois le tir. Sauf que… Un autre attaquant arrive en force et reprend de volée le cuir. 0-2.

Dans le dur

Les Crocos ne se procurent que peu d’occasions, ont quelques corners, mais ne parviennent pas à atteindre la zone dangereuse. Devant une tribune pleine comme un œuf et un stade plus que rempli, les Nîmois font l’effort, mais ratent souvent la dernière passe. Vers la demi-heure de jeu, Ferhat dribble et passe son opposant avant de décocher une belle frappe sèche légèrement au-dessus de la barre dijonnaise.

Les deux formations sur la pelouse (Photo Anthony Maurin).

Mi-temps. Lucas Valls remplace Loïck Landre et se met devant la défense. Miguel a glissé au centre avec Martinez et Paquiez passe quant à lui sur le côté gauche. Ferhat se procure la première occasion sur une belle frappe hélas non cadrée à la 47ème mais le trio d’attaque Philippoteaux, Ripart et Ferhat reste en place. Lucas Valls fait une bonne rentrée en tant que sentinelle permettant à Bobichon et à son frangin Théo de décrocher un peu plus et de se projeter vers l’avant. Lucas Buades entre lui aussi en jeu.

Ah, les règles zélées...

De manière générale, les Crocos sont plus en jambes et sont revenus des vestiaires avec de meilleures intentions. Seulement, sur un terrain à l’herbe haute et détrempée, se blesser est un jeu d’enfant qu’il faut éviter à une semaine du début du championnat. Stojanoski et Duljevic entrent en jeu à la 67ème minute, juste avant que Lucas Valls ne se fasse mal à l’épaule gauche (luxation ?) sur un choc avec un Dijonnais. Les quatre changements sont faits...

Même le coach adverse met la pression au corps arbitral pour que les Crocos puissent avoir un changement supplémentaire au vu de la blessure de L. Valls. Rien à faire ! Du coup, Nîmes termine à 10 contre 11 faute d’un arrangement alors qu'il n'existe aucun règlement en la matière !

Renaud Ripart, capitaine en l'absence d'Anthony Briançon, n'a pas marqué à Vauvert même si un capote l'attendait (Photo Anthony Maurin).

Puisque l'arbitrage n'invite pas à la sérénité, les joueurs commencent à se chauffer. Le match file, les deux formations se neutralisent mais ne jouent presque plus au football. Les occasions se font très rares et les Crocos hésitent à pousser. Pourquoi ?

Le public n'est pas encore déçu mais l'ambiance tombe d'un cran. À la dernière minute, une belle frappe de Théo Valls heurte le montant droit de Dijon... Dommage ! Quand ça ne veut pas... Les Crocos s'inclinent 2-0 et se préparent à affronter le Paris Saint-Germain, le 11 août prochain, au Parc des Princes.

Depuis Vauvert, Anthony Maurin

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité