Actualités

ALÈS Des parents inquiets pour leurs enfants en difficulté

Parents et sympathisants des enfants du Camsp. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Après plusieurs départs de personnels au Centre d’action médico-sociale précoce d’Alès (Camsp), plusieurs parents s’inquiètent de la prise en charge de leurs enfants suivis par cette structure.

Même en plein mois d’août, le handicap ne prend pas de vacances. Ces parents d’enfants qui présentent des difficultés de développement le savent mieux que personne. Réunis mercredi soir à la Maison du peuple de Tamaris, ces mamans et papas ont évoqué la situation actuelle du Camsp, un établissement géré par le Centre communal d’action sociale de la ville, qui accueille 80 enfants âgés de 0 à 6 ans.

« En quelques semaines, il y a eu une grande vague de départs. Fin mai, la directrice est partie à la retraite sans être remplacée et puis d’autres professionnels – psychomotriciens, orthophoniste, ergothérapeute… – se sont mis en arrêt maladie ou ont démissionné », explique Hugo Carré, papa d’un petit garçon suivi par le Camsp.

Dans ce contexte tendu, les parents sont inquiets mais aussi en colère. Inquiets pour la prise en charge de leurs enfants « qui souffrent de grosses pathologies et ne peuvent plus être suivis normalement avec un tel manque de personnel. » Et en colère contre le CCAS « qui ne donne aucune information officielle sur tout ce qu’il se passe. »

Un nouveau directeur en octobre ?

Début juillet, une réunion avait pourtant eu lieu avec Joëlle Riou, responsable du CCAS, Christophe Rivenq, directeur général des services, et les parents d’enfants du Camsp. « On nous a dit qu’un nouveau directeur devrait arriver en octobre, mais nous n’avons ni son nom, ni sa date officielle d’arrivée. Pour les autres postes, on nous dit que les recrutements sont en cours. Mais qui s’en charge puisqu’il n’y a pas de directeur ? », questionne Hugo Carré.

Dans l’intérêt de leurs enfants, plusieurs parents et sympathisants du Camsp souhaitent réactiver l’association « Parents et amis du Camsp », déjà existante mais en sommeil jusqu’à présent. Le but est de créer du lien entre les parents qui ne se connaissent pas tous, mais aussi de s’unir « afin de porter une seule et même voix et faire bloc ensemble » auprès de l’administration. Les premiers jalons ont été posés jeudi soir tandis qu’en parallèle les parents ont alertés l’Agence régionale de santé et le défenseur des droits sur les conditions actuelles.

Élodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité