A la uneSociété

FAIT DU JOUR L’écoute solidaire pour aller mieux

David Rousseau, fondateur de Speed Helping (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Installé à Rochefort-du-Gard, David Rousseau lance Speed Helping, un concept qu’il qualifie d’« écoute solidaire. » On vous fait les présentations.

Comédien, réalisateur et photographe, David Rousseau a quitté Paris, sa ville de toujours, pour Rochefort-du-Gard il y a deux ans. Un choix de vie qui entraînera « une épiphanie », selon ses propres mots. À son arrivée dans le Gard, le comédien investit dans une maison qui nécessite de nombreux travaux. Pas bricoleur pour deux sous, il fait donc appel à de nombreux prestataires, avec pour but d’« apprendre avec eux ». « Là, j’ai fait la rencontre de plein de gens, et je me suis aperçu qu’ils avaient tous plein de choses à dire, il y avait une différence avec Paris qui m’a frappé », raconte David Rousseau.

Dans ces rencontres éphémères, « il n’y a pas vraiment de lien qui se créé, mais on va tout de même parler de plein de choses, au delà du fond, le plus important c’est l’écoute », poursuit-il. Là se situe l’« épiphanie » pour David Rousseau : « je me suis dit que cette écoute, cet échange, j’avais envie d’en faire quelque chose. » Car l’époque n’est pas vraiment à l’écoute : « ça va avec l’air du temps, cette dichotomie entre une envie de revenir à des choses basiques et la technologie qui arrive, affirme David Rousseau. Dans quelques années, l’intelligence artificielle pourra être ma meilleure amie, il va y avoir une déshumanisation, il faut nous adapter. »

« Quelque chose de vrai, de simple »

A contrario, il voit l’écoute solidaire comme « quelque chose de vrai, de simple, une manière de revenir à des choses primordiales : je parle, vous m’écoutez, vous parlez, j’écoute. » Partant de cette idée en décembre dernier, David Rousseau imagine un concept voisin du speed dating : chaque session est organisée autour d’un thème, et chaque participant a une fenêtre de dix minutes pour rencontrer une personne venue pour l’écouter, puis il écoutera une autre personne les dix minutes suivantes, et ainsi de suite pendant une heure. « Je veux créer une chaîne vertueuse », résume David Rousseau, qui voit les choses ainsi : la personne qui parle peut verbaliser ses problèmes, ce qui peut l’amener à prendre du recul, pendant que celle qui écoute s’ouvre à l’autre et se sent utile dans sa fonction.

Un principe que David Rousseau va agrémenter d’une charte, avec quelques grands principes. D’abord, « on ne conseille pas, car vous n’avez pas la solution à la problématique de votre interlocuteur, l’idée n’est pas de remplacer les psychiatres, c’est pour ça que je ne veux pas ouvrir la boîte de Pandore du conseil », présente David Rousseau. Deuxième principe : « on n’interrompt pas, on n’est pas dans une discussion, on n’attend rien de l’autre et tout le monde est au même niveau », poursuit le créateur du concept. Troisième principe, le respect du temps imparti, quitte à poursuivre la discussion plus tard à la fin de la session, le tout dans la bienveillance.

Le Parisien d’origine a testé son concept à la fin juin au Bataclan, sur le thème de la confiance dans le couple. « Au début, les gens arrivent et sont timides, mais très vite ils se mettent à parler, raconte David Rousseau. J’ai dû systématiquement couper les discussions pour respecter le temps imparti, et ensuite les gens sont restés pour discuter jusqu’à 22 heures. » Bref, une première réussie, que David Rousseau veut réitérer à Villeneuve le 27 août à 19 heures au Bistrot du Moulin, sur le thème « vivre avec la maladie d’un proche ».

Une session qui sera gratuite, David Rousseau et les trois autres personnes qui l’aident sur le projet le faisant bénévolement : « Gagner de l’argent ? Pas tout de suite, je voudrais arriver dans un modèle plus tard, mais je ne veux pas que le public paye, affirme le fondateur de Speed Helping. Le premier engagement c’est de venir, de faire cet effort. » L’homme cherche avant tout à tester le concept, avec un but : « pas aller bien, mais aller mieux pour peut-être aller bien. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Plus d’informations sur Speed Helping ici, inscriptions pour la session de Villeneuve .

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité